AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Goldberg - stay golden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: Goldberg - stay golden   Lun 6 Oct - 4:59


   
Barnabas Herschel Goldberg

   
feat Robert Downey jr.
   


               

   
   
RDJ
   
 
- Etat Civil -

    Lieu de Naissance : Indianapolis, USA
    Date de Naissance : 23 juin 1969
    Âge  :  45 ans
    Statut Familial : Célibataire sans enfant, époux du Starbuck et de mon lit king.
    Taille  : 1m74
    Poids:  attends, c'est pas le genre de truc qui se demande pas aux meufs, ça ? Bah moi, je plaide l'égalité des sexes !
    Couleur des yeux  :  bruns
    Couleur des cheveux  :  bruns. again.

   
- Profession  -

    Groupe : ça dépend vraiment de comment vous me considérez. Selon certains, je roule ma bosse et je ne suis qu'un honnête citoyen. D'ailleurs, ma mère vous confirmera que je suis un gentil bonhomme ! Pas convainquant ? D'accord, alors je suis un bad wolf comme ils disent par ici. Paraît que blanchir de l'argent et s'adonner à des activités illégales, c'est pas très net.
    Métier :  encore une fois, tout est une question de point de vue. Je suis avocat selon mes papiers, sauveteur et héro selon mes meilleurs clients et bâtard de première selon le reste du monde.
    Poste et Grade: aucun, j'ai pas cette classe. L'uniforme, ça me gratte le cou de toute façon.
   
           
- Personnalité -


    Caractère
Sarcastique - faut pas toujours croire ce que je dis, j'ai tendance à me moquer un peu de tout le monde et lancer des petites piques cachées. Vous allez voir, on s'habitue.
Sûr de moi - il faut croire en soi, les autres ne le feront pas pour vous ! Je vis avec cette vision du monde depuis ma jeunesse en fait. Les autres, ils craignent comme disent les jeunes d'aujourd'hui. On peut pas dépendre d'eux!
Généreux *tousse* - mouais, je donne pas grand chose en fait, mais ça fait jolie sur la présentation, non?
Impatient - bon, c'est surtout le matin avant ma dose de caféine, mais aussi quand je suis fatigué, quand j'ai pas mangé, quand la journée est trop longue, quand il pleut depuis deux jours, quand... bon okay, tout le temps.
Franc - vous voulez mon opinion? Vous l'aurez. Vous la voulez pas, vous l'aurez quand même. Je suis comme ça moi, honnête, franc, tout ça. C'est une qualité, si si.
Déterminé - comme ma mère dit toujours, quand j'ai une idée en tête, je l'ai pas dans les pieds. Dès que je me fixe un but, je me dois de l'atteindre, coûte que coûte!
Tricheur - ça découle un peu de ma détermination. Je n'ai pas de limite, je ferai tout, mais alors là tout en mon pouvoir pour atteindre mes buts. C'est maladif même...
Organisé - je ne laisse rien au hasard. J'ai parfois l'air trop détendu et bavard, ça fait partie de mon charme, mais attention, je suis doué comme avocat et vos affaires sont sûres avec moi!
Discret - je parle beaucoup, mais je sais gardé un secret. Des secrets même. C'est un peu ça, ma vie en fait. Je garde les secrets de tout ce beau monde contre de l'argent.
Provocateur - j'aime suscité chez les gens des réactions, bonnes ou mauvaises. Plus je ne vous aime pas la tronche, plus vous allez prendre. Sinon, je suis un peu vulgaire sur les bords, mais c'est attachant!


    Daily Life
1 → Comme je l'ai déjà dit, la vie sans caféine ne mérite pas d'être vécu et donc, on peut dire que j'adore le café. Il n'y a que la promesse d'une bonne grande tasse de cet or noir encore fumant qui peut m'extirper du lit le matin. Sans ça, vaut mieux ne pas compter sur moi.
2 → Autant j'adore le café brûlant, autant je déteste Facebook, Twitter et autres médias sociaux qui font l'éloge de l’imbécillité des gens qu'on connaît. Non, je ne veux pas jouer à castle-fight-tomato-growing-angry-bird-Saga. Non, les États-Unis ne sont pas nés il y a 2014 ans. Non, les USA, c'est pas le plus meilleur pays de toute l'univers au complet yo. Enfin, je garde mon compte tout simplement pour ma mère. Faut bien que quelqu'un like ses photos de chats et ses messages gênants.
3 → En parlant de ma mère, je l'aime plus que tout au monde. Je vais la voir plusieurs fois par semaine et on se fait une bonne bouffe ! J'aime aussi mon père hein, faut pas croire que je favorise celle qui me donne des bisous, mais bon, en même temps, les mâles, ça se dit pas « Je t'aime ». Ça se fait pas entre messieurs.
4 → Bah, je dis ça, mais faut savoir que côté coeur, j'aime explorer les possibilités! Y'a de jolis joueurs dans les deux équipes et faut bien tous leur rendre visite. D'ailleurs, quand je suis seul, je me regarde des pornos, un peu comme tout le monde en fait.
5 → Mais faut pas croire que je suis un obsédé, non non. Ma mère m'a bien élevé voyons! Le plus souvent, quand je suis seul chez moi, je mets mon pyjama et je mange des chips devant Netflix. Faites pas genre vous aimez pas The Mindy project ou Suits en marathon. C'est LE passe-temps de notre siècle!
6 → Parfois Souvent, je prends aussi une brioche à la cannelle avec mon café. Et je culpabilise. Je me dis toujours que je devrais aller courir pour brûler ce surplus de gras. Et puis, non.
7 → Je n'ai pas d'animal de compagnie car chacune de mes cohabitations avec des plantes s'est soldée par un échec si lamentable que j'en viens à me demander si je suis même fait pour vivre avec les autres.
8 → J'aime bien lire le journal le matin avec un café et des rôties au beurre d'arachide. Les nouvelles, ça me rassure, surtout quand elles sont horribles. Je me dis que je ne suis pas le seul être abjecte en ce bas monde.
9 → J'ai déjà réussi à faire un 2048 au jeu du même nom. Et depuis, je m'y tâte un peu tous les matins. Et tous les soirs. Et je n'y suis pas encore arrivé. Bon Dieu que je déteste ce jeu!
10 → Je suis scotché à mon téléphone cellulaire. Je fais même partie de cette race hybride d'humanoïdes à l'oreillette greffée sur la tête. Au volant, sous la douche, en plein moment intime, rien n'y change : je réponds au téléphone. On ne dit pas non à une affaire en or.

   Gimmick : On me reconnaît pour plusieurs raisons. Déjà, y'a ma photo placardée un peu partout dans Indianapolis avec mes pubs qui passent à la télé aussi. Sinon, y'a bien mon petit côté pince-sans-rire qui fait grincer des dents à à peu près tout le monde. C'est fou à quel point votre questionnaire me pousse à me poser des questions et à réaliser à quel point je suis dégueulasse comme personne.
    Expression ou Citation favorite : J'ai tendance à utiliser beaucoup d'expressions bien imagées, des jeux de mots navrants et des mots passés mode. Ça fait mon charme, vous allez voir. C'est de l'or en barre. Haha. GOLDberg. OR en barre. Comment je fais des beaux jeux de mots, avoue !

   
           
- A propos du contexte -


    - Comment votre personnage est-il affecté par l'explosion ?   Alors cette histoire, ça me les gonfle, si vous saviez! Non mais déjà, c'est l'immeuble de mon client, Gabriel le british riche comme Crésus, donc vous pouvez imaginer que je dois tout gérer. Entre les assurances qui plaident les morts suspectes et l'enquête en cours pour ne pas avoir à payer un rond et le caractère de cochon de M. Arkwright, les jours se suivent et me font chier. Personne ne sait vraiment ce qui s'est passé et j'avoue être assez surpris par les événements. J'ai même versé une larme quand ils ont annoncé qu'il y avait des morts. Déjà qu'une explosion en soi, c'est mauvais pour les affaires. Des morts, ça vous tue un business sur le coup. Depuis, je travaille presque nuit et jour sur les dossiers de Gabriel, mais je me doute que bientôt, on va se retrouver encore plus dans la merde avec cette enquête sur le dos. J'en viens parfois à me demander pourquoi je continue ce job qui me bouffe l'existence. Puis, je réfléchis deux secondes et je trouve quinze bonnes raisons de garder mon titre. Pouvoir, tunes et statut de dieu grec, c'est la vie quoi!
           
- Eléments Biographiques  -

Mon histoire, hum. J'imagine que vous vous attendez à un retour aux sources, dans le genre les origines du mal? Bon d'accord, je me lance! Mais après, faudra pas venir me dire que je ne sais que parler de moi, vous l'avez bien cherché!

Tout commença un 23 juin, alors que je naissais dans le Methodist Hospital. À vrai dire, je n'ai aucun souvenir de cette journée-là, donc on peut passer au prochain point saillant, ma tendre jeunesse. J'ai toujours été un garçon charmant, aimable, adorable même. En tant que petit dernier d'une fratrie de trois garçons, j'aurai connu le meilleur et le pire de l'amour familial. Autant j'étais la bête chétive qu'on se devait de couver et de protéger, autant mes grands frère me pétaient au visage et se délectaient de mes grimaces écœurées par l'odeur nauséabonde. Mes premières expériences de victime se sont soldées par des pleurs de ma part et de lourdes remontrances de ma mère, ce qui, j'imagine, suscita chez mes bourreaux une nouvelle flamme vengeresse. Grâce à leur acharnement, j'ai fait pipi au lit jusqu'à mes huit ans. Ah non mais c'était pas ma faute, ils me mettaient les doigts dans un verre d'eau dès que je fermais les yeux, du coup ma petite vessie se relâchait. J'étais vulnérable et eux, les tyranniques Benjamin et Caleb, en profitaient bien. Ils avaient tout eu, entre les souliers neufs et les prénoms dans le vent, ils l'avaient facile. Moi, j'étais Barnabas, alias Barney pipi au lit, un gamin maigrichon qu'un rien n'effrayait. Bon dieu que je les détestais, j'en rage encore! Pourtant, j'avais ce truc qu'ils n'auront jamais. Parce que si mes deux débiles d’aînés ont eu l'avantage longtemps, je restais le seul à avoir manifester une certaine intelligence.

« J'te jure Caleb, c'est une offre en or ! Alleeez, tu sais que tu en as besoin ! »

Ça, c'est moi, y'a quoi… un peu moins de quarante ans ? Déjà, à mon jeune âge, j'avais compris comment faire pour gagner ma vie de jeune rêveur. Mes parents ne nous donnaient pas d'argent de poche, à mes frères et à moi. Du coup, j'escroquais mes grands frères qui gagnaient une misère en tondant les pelouses du quartier et en passant les journaux à l'aurore. Enfin, escroquer, c'est un grand mot. Ils étaient bêtes, les deux grands là et j'arrivais à tout leur vendre : jouets, bonbons mais surtout mes services. Un mauvais résultat scolaire? Je forgeais la signature de ma mère en contre partie d'un  billet de dix balles. Je faisais leurs lits, je mentais pour eux et rendu à un certain âge, je faisais même quelques devoirs. Grâce à mes deux cancres de frères, j'avais accumulé un bon petit pactole. J'économisais tout aussi : argent d'anniversaire, de la fée des dents, générosité de mes tantes et les paiements de mes frères. Mon compte en banque allait bien, même qu'on m'appelait monsieur au comptoir, si c'est pas beau ça! Bon, d'accord, ils m'auraient appelé monsieur même si j'avais été fauché comme les blés j'imagine, mais ça me sidérait à chaque fois de voir comment on me traitait comme un roi là-bas. Et c'est de là que m'est venu mon envie d'être riche! Et ouais, si vous vous attendiez à du mélodrame de la pauvreté de ma famille quand j'étais petit, bah vous avez tout faux. Non, moi, je suis né avec la cuillère en argent dans la bouche, mais j'ai toujours voulu avoir toute l'argenterie pour moi tout seul.

Après, c'est l'époque folle de l'adolescence et ça, vaut mieux pas trop s'attarder dessus. Pas que ça ne soit pas intéressant, mais bon c'est assez moyen comme truc. Entre ma première bière, mon premier baiser sous les escaliers du stade de foot de l'école et mes premières soirées bien arrosées, faut me voir comme un gamin bien ordinaire. J'étais ni cool, ni impopulaire. Barnabas – ou Barney plutôt, non mais attendez, on peut pas marcher librement dans les couloirs d'une école secondaire avec Barnabas comme prénom sans s'attendre à se faire battre – était un garçon sympa, sans être le meilleur ami de personne. Je pense qu'on me voyait toujours comme le petit frère utile de service, comme mes frères me voyaient en fait. Je faisais des devoirs pour les gens et j'accumulais encore mon fric. Quand on me demandait ce que je voulais faire dans la vie, je répondais que je voulais être l'homme le plus riche au monde. Et les rires des adultes me blessaient toujours un peu. Comment ça, c'était un rêve idiot? Ah non mais Barney Goldberg, c'est de l'or en barre, faut y croire! Et j'allais leur prouver à tous combien j'étais bon. J'étais le meilleur même.

Et puis j'avais raison, au final.

Je me souviens encore de l'odeur du tapis et de la peinture fraîche quand j'ai ouvert la porte de mon bureau la première fois. Ils disaient tous que j'étais fou d'ouvrir mon propre business si rapidement après mon assermentation par le Barreau. Je leur riais au visage. C'est le propre des gens de croire tout de suite au pire. Après tout, même Jésus faisait rire de lui alors que le mec, c'est le fils de Dieu et il faisait des miracles. Respect, mec! Bon, je dis pas non plus que je suis Jésus, hein, j'oserais jamais! Pourtant, on peut pas vraiment nier que nos buts sont similaires, au fond. Les gens en difficulté, c'est ma vie, ma vocation même! Je suis toujours là pour aider la veuve et l'orphelin à affronter vents et marées. Je ne vis que pour donner à mon prochain. Et surtout, le truc c'est qu'avec les gros drames viennent les emmerdes. Et souvent, ça veut dire pour moi que je vais faire de l'argent. Ouais, je l'avoue, je suis de ces gens-là qui ne pensent qu'en chiffres et en signes de dollar. Vous avez un problème? Venez voir Barney Goldberg, un homme en or! Et je vous offrirai des mouchoirs gratos lorsque vous pleurerez dans mon bureau. Je suis comme ça moi, je ne regarde pas à la dépense quand vient le temps d'aider mon prochain. Jésus en costard-cravate, oui.

Je vous vois me regarder d'un drôle d'air, comme si vous me connaissiez, c'est ça? Bah ouais, en fait, vous avez sûrement vu ma pub à la télé ou bien mes affiches dans les bus et dans le journal. Et ouais, Barney Goldberg, le seul, l'unique. Allez, je fais de la magie. Avec moi, tous vos problèmes vont disparaître, c'est garanti ou argent pas remis parce que vous payez pour les services, pas le résultat.

Allez, on s'appelle!
   
           
- Behind The Screen  -


   Pseudo :  lyric llama, mais on peut m'appeler par mon petit nom, Valérie !
   Age : 23 ans et 6 cheveux blancs. (Oui, j'ai pleuré.)
    Double Compte ? Et nan, c'est ma première tentative !
    Découverte du forum : En fait, je suis poto avec une admin (si c'est pas beau la vie des gens fabulous  geek ) et elle voulait trop que je vienne, alors je me suis dit que FH, c'était pour moi ! Et donc, j'ai communiqué avec votre Tom Hiddles pour créer ce personnage qui, je l'espère, va dépoter sa mémé 8D
    Une première impression ? C'est beau, c'est bien, c'est classe. J'aime et j'adore  Wink
   
   
code fiche : (c) Sheppynette
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Goldberg - stay golden   Lun 6 Oct - 20:29



Et ouais, et ouais, c'est moi ! Désolée de t'avoir fait attendre si longtemps, mon bel étalon sauvage

VIENS ICI QU'ON FASSE PÉTER LE BLÉ ah

Frostiron 4evah *ahem*
Revenir en haut Aller en bas
 

Goldberg - stay golden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche technique et news de Stay with me
» Riggs Vs Goldberg
» Golden Demon: Games Day
» Projet Golden Demon Allemand
» Randy Orton Vs Goldberg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Call 911 Now ! :: Previously on FH-