AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 But you can lay with me so it doesn't hurt - Livia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Livia I. Preston
chicagoans
Messages : 50
Date d'inscription : 07/04/2016
Job : Ancien agent sous couverture reconverti en fleuriste.
Côté coeur : Évitons d'en parler, merci.
Pseudo : Clumsy
Avatar : Scarlett Johansson
Copyright : schizophrenic


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: But you can lay with me so it doesn't hurt - Livia   Jeu 15 Mar - 14:33

Olivia Irina
Preston  
feat Scarlett Johansson
34 ans - Fleuriste - Neutrals
Inventé - Clumsy - 21 ans - Présence 7/7

Date de Naissance :  3 Février 1984
Lieu de Naissance : Lyon, France
Origines: Française, russe
Statut Civil :Célibataire
Statut Familial : seule
Orientation Sexuelle : hétérosexuelle
   
Sportive
Ordonnée
plutôt solitaire
 Séductrice
Joueuse
Douce

Know Me Better

01.Je suis très nulle en cuisine, heureusement que j'ai une voisine adorable qui, a plus de quatre-vingts ans, me concocte des petits plats (je pense qu'elle a en fait peur que je fasse sauter l'immeuble) 02. Je vis seule avec ma chienne Hope, un berger australien que j'ai adoptée dans un refuge. Elle est adorable, mais ne supporte pas la solitude, alors je suis obligée de l'emmener avec moi à la boutique. Elle me sert un peu de mascotte, et réjouit les petits et les grands 03. Je suis née en France d'une mère russe, pianiste de renommée mondiale, et d'un père américain qui ne travaille pas à proprement parler.  04.Ma mère était souvent absente, et quand elle était là elle ne me prêtait pas un grand intérêt, hormis pour mes notes en cours et ma recherche de la perfection au piano. Si cet instrument est le seul lien qui nous relie, il n'a pas été source de complicité, seulement d'un long travail pour le maîtriser. Mais mes capacités ne l'ont jamais vraiment impressionnée. 05. C'est donc avec mon père que j'ai passé le plus clair de mon temps, on a un lien très fort. Quad ma mère n'était pas là il transformait les repas équilibrés à base de légumes vapeur en plats plus ludiques, et les révisions en jeux. Mais il ne s'est jamais imposé face à ma mère, parce qu'il voyait que je me pliais aux exigences de celle-ci sans broncher.06. J'ai pu apprendre à parler, en plus du français, le russe et l'anglais grâce à mes parents. J'ai aussi pu apprendre à monter à cheval sur le vieux percheron de la famille. 07. Quand j'ai eu quatorze ans, on a déménagé à New-York, pour le travail de ma mère. J'y ai rencontré une partie de ma famille, dont Max, mon cousin, qui est rapidement devenu comme mon grand frère. J'ai été pas mal affectée par le fait de quitter la France, alors mes parents m'ont offert une guitare, qui est devenue ma nouvelle meilleure amie. 08. A la fin de mon adolescence, j'ai compris que ma mère ne me voyait que comme une espèce de robot qui se devait d'exceller partout, et j'ai commencé à être en colère parce que j'avais beau me plier en quatre pour la satisfaire, rien ne lui convenait jamais vraiment. J'ai perdu au fur et à mesure toute forme d'admiration pour elle. 09.A peine le lycée terminé, j'ai eu envie de me lancer dans la police, parce que j'avais soif d'aventure. Et si ça pouvait emmerder ma mère parce que je ne mènerais pas de brillantes études de médecin ou d'avocat, c'était un bonus.  10. En plein milieu de mon ascension dans le milieu, j'ai appris que ma mère était atteinte d'une leucémie foudroyante, et qu'elle ne s'en sortirait probablement pas. Au début j'ai refusé de la voir, mais j'ai dû faire un effort pour mon père qui perdait l'amour de sa vie. En attendant la fin, je ne me suis jamais expliquée avec ma mère, et elle n'a jamais voulu briser la glace non plus. Je ne le regrette pas vraiment. 11.C'est une période au cours de laquelle je sortais, dès que je le pouvais, et ramenais souvent des hommes dans mon lit. J'avais l'impression de rattraper le temps que j'avais perdu à travailler sans relâche. 12.Un peu avant mes trente ans, j'ai pu accéder à la branche des renseignements à la CIA, ce qui m'a permis de devenir agent sous couverture. Pouvoir me glisser dans différents rôles, m'infiltrer au cœur du camp ennemi et manipuler à mon aise "les méchants", voilà ce qui me plaisait vraiment. 13. C'est là que j'ai rencontré Gabriel. Il était un agent des forces spéciales, embauché en tant que tout nouveau garde du corps d’un riche homme d’affaires Italien, le temps des quelques jours qu’allait durer son voyage à Manhattan pour assister à une conférence. Homme d’affaires dont j'étais « l’assistante » depuis plusieurs mois, dans le but de surveiller ses soupçonnées magouilles. La CIA n'avait pas prévenu Gabriel et ses supérieurs du fait que j'étais un agent infiltré afin de m'éviter d'être compromise. Dès notre première rencontre j'ai ressenti une tension entre nous. Il était d'une arrogance sans bornes, et évidemment, piquée au vif, je ne pouvais qu'entrer dans son jeu. Un jeu dans lequel nous n'arrêtions pas, au fil des jours, de nous chercher, d'essayer de prendre le dessus sur l'autre. Je crois que je n'avais jamais ressenti une telle enfin de casser le nez de quelqu'un. Ni de lui sauter dessus. 14. La conférence rassemblait énormément de gens importants, et promettait d’attirer l’attention de personnes mal intentionnées. Ce qui devait arriver arriva.  Malgré une sécurité renforcée, il y eut une fusillade. Un groupe de malfaiteurs avait réussi à entrer de force, armés jusqu’aux dents. Dans un devoir de protection, Gabriel défendit vaillamment son patron, et alors qu’il allait le mettre à l’abri, je lui ai pris une de ses armes sans lui demander son avis pour riposter sur les agresseurs. Au moment où je me suis mise à découvert pour changer d’angle de tir, quelqu'un tira dans ma direction. Pourtant je n'ai pas pris la balle, puisque cet abruti s'est jeté devant moi. Touché à l’épaule. Il a été envoyé à l’hôpital, et y est resté toute la semaine suivante avant de pouvoir rentrer chez lui. Le jour où j'ai appris son retour, avant de savoir si je voulais l’engueuler pour sa connerie ou le remercier, je me suis retrouvée à frapper à sa porte. Et le lendemain matin, j'étais nue dans son lit. Et seule, surtout. Nous n'avions pas beaucoup parlé la veille, si ce n'est qu'il avait appris ma véritable identité. Les gestes avaient remplacé les mots, et même avec un Gabriel blessé, la nuit avait été aussi violente que douce. A l’image de ce qu’on éprouvait. Enfin, c’est ce que j'avais cru. Parce qu’en me réveillant seule le lendemain, avec un mot qui m'annonçait qu’il avait accepté un job en Russie, qu’il devait partir tôt ce jour-là, et que je serais bien gentille de fermer la porte à clé derrière moi et de laisser celle-ci à la gardienne de l’immeuble, tout ce que je pouvais croire, c’était qu’il s’était bien foutu de moi.

Chicago, My home

 Arrivée à Chicago : C'st après cette histoire que j'ai décidé de tout arrêter. Comme si je ne voulais plus rien avoir à faire avec cet homme, y compris le milieu des autorités. Alors j'ai pris un chien, et je me suis laissée porter jusqu'à Chicago. Mon père m'a suivi peu de temps après, il s'est installé à l'extérieur de la ville, dans une ferme qu'il a récupérée. Ce que vous pensez de la Windy City ? Elle est synonyme de nouveau départ pour moi. Je ne connaissais pas du tout, mais mon père est là, et mon cousin Max aussi. Je me suis reconvertie en fleuriste et personne n'est au courant de qui j'ai été. J'aime beaucoup cette ville et son rythme de vie qui nous emporte si facilement.  Go Bulls ? Le sport médiatisé ne m'intéresse pas vraiment, mais j'aimerais bien assister à un match rien que pour l'ambiance. Go Blackhawks ? Même réponse que pour le basket. Votre endroit préféré en ville : Je dirais ma boutique, je m'y sens vraiment bien, au milieu de toutes ces fleurs. Je peux aussi échanger avec mes clients, dont beaucoup sont réguliers. 

Dirty Business

 Etes-vous lié à une organisation criminelle : Hormis mes infiltrations, non. Je les ai longtemps combattues, elles ne m'effraient pas.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

James E. Gallagher
Shamrock
Messages : 135
Date d'inscription : 29/01/2017
Job : Business Man
Avatar : Andrew Scott
Copyright : Myself


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: But you can lay with me so it doesn't hurt - Livia   Dim 18 Mar - 18:14

Tu es validé !!
En route vers l'infini et au-delà !!

La carte au trésor



Maintenant que tu t'es acquitté de la lourde tâche qui t'incombait de te présenter à toute notre communauté, il est maintenant grand temps pour toi de la rejoindre. Comme tu as terminé ta fiche en 1 semaine, nous t'accordons déjà pour bien commencer   10 points  bonus à ton total de points. Pour savoir à quoi servent les points et comment les dépenser je t'invite à aller lire ce sujet : Le système de points.

Comme tu es un membre de la première heure et qu'on est hyper touché que tu restes pour cette nouvelle aventure tu as droit à un crédit de 100 points supplémentaires.   :cute3:  

Pour entretenir des liens avec les autres membres du forum et ainsi faire évoluer ton personnage, je te propose d'aller créer ta : fiche de liens ainsi que ta  fiche de RP. Si tu as besoin de créer un scénario ou des préliens qui sont hyper importants pour ton personnage, cela se passe ici : Most Wanted. N'hésite pas à aller voir de temps en temps dans la zone invités si tu ne peux pas aider quelqu'un, sait-on jamais tu pourrais y trouver une bonne surprise.

Enfin n'hésite pas à faire vivre le forum ! Visite la Chatbox, propose des choses (idées d'intrigues, de choses à améliorer) ou pose tes questions dans le SAV et floode dans le Bocal de Maurice. N'hésite pas à tagguer avec le code @"pseudo" les personnes qui sont visées par tes sujets et ou à contacter le staff, on est là pour ça aussi.

Dans tous les cas, amuse-toi bien parmi nous !



_________________

Good old fashion vilain
"And on the south side, up in chicago I heard they beat a boy to death who meant no trouble Assassination , i just don't understand 'cause when you fight for peace that's when they gun you down"


Revenir en haut Aller en bas
 

But you can lay with me so it doesn't hurt - Livia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Call 911 Now ! :: Your Character :: Bureau des Candidatures :: Ils sont Chicagoans!-