AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You're, you're, you're Just my Type

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Maggie E. Lockhart
CHICAGOANS
Messages : 59
Date d'inscription : 29/01/2017
Job : assistante du procureur
Côté coeur : divorcée

Avatar : Sarah Rafferty
Copyright : liloo_59


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: You're, you're, you're Just my Type   Dim 12 Fév - 11:38

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

La journée de Maggie avait commencé sur les chapeaux de roue. Elle avait commencée par une nuit agitée avec sa petite dernière qui avait été malade. Rien de tel que de se faire vomir dessus à une heure du matin... Arrivée peu avant sept heures et demie après avoir largué ses progénitures à la garderie et la petite malade à sa soeur qui était de repos, le téléphone sonnait déjà au bureau du procureur et cela ne pouvait rien annoncer de bon pour le reste de la journée. Sans avoir eu le temps de poser ses affaires, elle avait pris l'appel avec la voix la plus professionnelle et aimable dont elle était capable ce matin là. Le correspondant ne se montra pas très poli et déversa un seau de colère et de mots grossiers sur Maggie. Encore une belle journée qui s'annonçait. L'assistante d'Elias serra les mâchoires en attendant que le flic mal embouché lui laisse enfin placer deux mots. Il ne fut pas déçu du voyage. Si cet inspecteur Morello pensait qu'il allait obtenir ses grâces comme ça de bon matin il se fourrait le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Elle griffonna qu'il avait appelé dans son calepin et se promit de le faire passer en dernier dans la liste des priorités d'Elias quand il arrivait au bureau. Nanmého! Il se prenait pour qui ce type ?! Il devait être nouveau car c'était la première fois que la quadragénaire avait à faire à lui. Le pauvre n'allait pas être déçu du voyage... Elle avait une réputation à défendre.

A la suite de quoi, Maggie prit le temps de poser ses affaires là où elle les rangeait habituellement et s'occupa de traiter les documents qu'Elias lui avait laissé la veille au soir et commença à lire les mails reçus au bureau. Tout fut prêt avant l'arrivée du magistrat et il n'avait plus qu'à apposer sa signature en bas des diverses injonctions et demandes de perquisition. Elle l'informa du cas Morello et naturellement, Elias alla dans son sens. S'il voulait son papier il n'aurait qu'à se déplacer. Maggie imaginait déjà quelle tête il devait bien avoir. C'était facile, une tête qui ne lui reviendrait pas. Entre deux tâches, la mama lion qu'était l'assistante du procureur, jetait régulièrement des coups d'oeil à son portable pourvoir si sa soeur ne lui avait pas écrit pour lui donner des nouvelles de sa petite. Mais pour l'heure pas de nouvelles car elles devaient toutes les deux être chez le médecin et ne devaient pas être sorties du cabinet. Maggie se disait que ce ne devait pas être bien méchant mais on ne savait jamais... Quand elle leva le nez de son écran, elle aperçut au loin dans l'entrée du bureau, un certain Lieutenant Finley qu'elle connaissait depuis des années maintenant. Autant Morello ne lui reviendrait pas, autant Finley était une toute autre histoire. Elle se para dans son plus beau sourire, bomba légèrement la poitrine et déclara : « Lieutenant Finley, que me vaut le plaisir de votre visite aujourd'hui ? » Quand elle était au bureau, elle aimait bien aborder la conversation avec un ton formel qui disparaissait souvent rapidement après les échanges de politesse.

© Captain FreeBird

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Dim 12 Fév - 17:38

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

Celle d'Oliver avait commencée par un jogging dans son quartier, une vingtaine de minutes dans le froid hivernal, rien de tel pour vous réveiller de bon matin. Même si bien sûr, en rentrant chez lui pour se doucher après avoir couru, lui n'avait plus spécialement trop froid. Une fois sec et changé, il s'était offert un bon petit déjeuner tout en consultant les nouvelles à la télé. Qui étaient toujours un peu les mêmes ces derniers temps, il fallait bien le dire mais ça mettait un fond sonore dans l'appartement et il avait compris depuis longtemps que mettre du jazz si tôt n'était pas dans la journée n'était pas vraiment du goût de ses voisins. Dommage mais il faisait avec et une fois qu'il en eu fini avec le tout, il déposa le tout dans l'évier. Il était bientôt l'heure de partir pour se rendre au commissariat et de rejoindre sa partenaire pour une nouvelle journée de boulot à parcourir les rues de la ville ou à remplir de la paperasse. A choisir il préférait la première partie mais selon les affaires du jour ou celles toujours en cours, il devrait comme toujours s'adapter à la situation. Attrapant ses clés et sa veste ainsi que son portable après avoir nettoyé le peu de vaisselle sale de son petit déj, notre flic quittait son nid douillet pour aller prendre sa voiture. Une bonne vingtaine de minutes plus tard, il arrivait au parking du commissariat et retrouva son bureau quelques minutes plus tard après avoir choper un café au stand ambulant dehors et saluer les collègues au passage.

La matinée avait bien commencée quand il reçu un appel d'un de ses indics. Un appel providentiel pourrait-on dire car d'une, il allait leur permettre d'enfin boucler une de leurs affaires en cours et de deux parce qu'ils allaient avoir besoin d'un mandat, ce qui signifiait devoir faire un tour du côté du bureau du procureur. Un fin sourire s'esquissa donc sur le visage du flic lorsqu'il raccrocha de son coup de fil, proposant tout naturellement à sa coéquipière d'aller chercher le mandat. Oh il vit bien la lueur pleine de malice dans les yeux de cette dernière à sa proposition, il savait aussi qu'il aurait le droit à un commentaire dès qu'il reviendrait mais il s'en fichait. Prenant sa veste, il quittait donc les lieux pour se rendre au cabinet du proc Stanford. Sortant de l'ascenseur à l'étage souhaité, il s'avançait dans l'entrée, apercevant déjà la chevelure flamboyante de la charmante assistante de ce dernier. Oh oui, ils se connaissaient depuis un moment déjà c'est vrai, tout comme cela faisait aussi longtemps qu'ils flirtaient en toute innocence -ou pas...- mais il avait appris un détail fort intéressant récemment. Le divorce de cette dernière. Pas qu'il se soit réjouit de la nouvelle, ça devait être quelque chose de difficile à vivre pour elle mais oui, ça lui donnait mine de rien le champ libre. Leur petit jeu n'était jamais allé au-delà de petites joutes verbales et de sourires appuyés, Oliver n'était pas du genre à briser un mariage comme certains. Mais puisqu'enfin le timing semblait leur être favorable, peut-être que cette fois-ci, il tenterait sa chance car il était clair qu'il y avait quelque chose entre eux, une certaine flamme on va dire. Souriant alors qu'il arrivait à sa hauteur alors qu'elle l'interpellait, il s'appuya contre le rebord de son bureau, prenant un air volontairement charmeur. « Hum, ça dépend, est-ce que le fait de vouloir entendre votre voix constitue un bon motif selon vous ? » dit-il en esquissant un sourire amusé. « Si ça n'est pas le cas, j'ai une raison valable en réserve, ne vous en faites pas. » ajouta-t-il en lui souriant.

© Captain FreeBird

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maggie E. Lockhart
CHICAGOANS
Messages : 59
Date d'inscription : 29/01/2017
Job : assistante du procureur
Côté coeur : divorcée

Avatar : Sarah Rafferty
Copyright : liloo_59


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Dim 12 Fév - 21:41

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

Maggie n'était pas née de la dernière pluie. Elle voyait clair dans le jeu de policier. Son sourire charmeur, l'aisance avec laquelle il prenait appui sur le rebord de son bureau. Le moins que l'on puisse dire était que cet inspecteur avait un certain charisme. Il dégageait une certaine prestance que bon nombre d'inspecteurs qui passaient par le bureau du procureur n'avaient pas et cela elle le voyait en toute objectivité. Elias par exemple faisait partie des ces hommes qui comme Oliver imposaient tout de suite une certaine autorité et forçaient le respect. Joshua, le nouvel adjoint ferait bien d'en prendre de la graine car s'il était arrogant il lui manquait ce truc en plus pour passer au stade au-dessus. Mais il apprendrait, il était là pour ça après tout. Aucun doute qu'elle n'aurait pas voulu se retrouver dans les griffes du quadragénaire. Non pas que la perspective qu'il lui passe les menottes n'était pas déplaisante mais cela uniquement dans un tout autre cadre qu'une enquête de police. La vue n'est pas déplaisante pour l'assistante du procureur mais la rouquine sait qu'une telle position lui offre une bien jolie vue sur certains de ses atouts. Nope pas folle la guêpe... « Voyons Lieutenant, si ce n'était que ma voix qui vous intéressait vous auriez simplement décroché votre téléphone. » répondit-elle en se penchant légèrement en avant comme pour faire une confidence au policier avant de conclure par un clin d'oeil. Satisfaite de l'effet produit, la rouquine retrouva sa position précédente. Depuis le nombre d'années qu'ils se côtoyaient, elle savait qu'Oliver ne venait pas chercher en personne ses mandats pour les beaux yeux d'Elias. La plupart des autres flics passaient un coup de fil, envoyaient un mail ou se déplaçaient quand ils partaient sur le lieu de la perquisition et passaient devant le palais de justice. « Bien, maintenant que nous sommes sur la même longueur d'onde. Que puis-je faire pour vous ? Car vous n'êtes pas là que pour mes beaux yeux et comme vous n'avez pas votre costume spécial tribunal j'en conclus que c'est pour le boulot. Malheureusement je crains que votre requête prenne un peu de temps, le procureur vient juste de partir en audience. Il ne devrait pas être de retour tout de suite. Et si vous pensez à son adjoint, il est en vacances à l'autre bout du monde... »

© Captain FreeBird

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Dim 12 Fév - 23:03

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

Oliver n'avait pas commis la faute que beaucoup d'hommes avaient du faire face à la jeune femme. La sous-estimer précisément parce qu'elle était une femme, très séduisante de surcroît. Lors de leurs premiers échanges, il avait sentit que sous cette magnifique chevelure rousse se cachait un cerveau et que mieux valait pour lui d'être dans ses bonnes grâces. C'était d'ailleurs en grande partie ce qui l'avait attiré chez elle, cette capacité à avoir une répartie fulgurante et toujours d'une précision limite chirurgicale. Car oui il avait parfois assisté à certaines scènes de démolition d'un égo masculin mal placé par la jeune femme et il devait admettre que c'était limite jouissif de voir la tête que faisait les prétentieux ayant eu l'audace de croire qu'elle n'était là que pour répondre au téléphone et sourire aux passants. Alors évidemment qu'il savait très bien qu'elle était consciente de son petit jeu mais c'était justement ce qui était amusant dans la chose, vous vous en doutez bien. Ce qui ne l'empêchait pas pour autant de ne pas profiter de la vue offerte par leurs positions respectives quand elle se pencha pour lui répondre. « On dirait bien que je suis grillé. Heureusement que je suis du bon côté de la loi alors, j'aurai fais un piètre criminel dans le cas contraire. » lui rétorqua-t-il en esquissant un sourire amusé. L'observant reprendre sa place initiale avant de reprendre la parole, il était évident qu'il ne venait pas jusqu'ici parce qu'il voulait voir Elias vu que quasi tous ses collègues préféraient largement éviter de mettre les pieds au palais s'ils le pouvaient. Mais ce dernier étant de sortie, en effet, il se retrouvait coincé là un moment vu ce que venait de lui annoncer la jeune femme. « Il en a de la chance dis-donc, à croire que j'aurai vraiment du écouter mon père et faire droit moi aussi. » dit-il en tentant de rester sérieux même si pour rien au monde il ne changerait de carrière et ne dirait ça devant son père en personne. Faisant une moue dubitative une fraction de seconde, il détourna la tête vers l'assistante à nouveau. « On dirait bien que vous êtes coincée avec moi jusqu'à ce qu'il revienne alors. Pour alléger ce calvaire je propose d'aller prendre un café. C'est moi qui invite, bien entendu. » lança-t-il alors en tâchant de prendre un air attristé même si le léger sourire qui pointait au coin de ses lèvres ne donnait clairement pas le change une seule seconde.

© Captain FreeBird


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maggie E. Lockhart
CHICAGOANS
Messages : 59
Date d'inscription : 29/01/2017
Job : assistante du procureur
Côté coeur : divorcée

Avatar : Sarah Rafferty
Copyright : liloo_59


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Dim 26 Fév - 20:23

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

Maggie ne put qu'approuver la conclusion du policier. Pas que l'imaginer être un méchant criminel n'éveillait pas quelques idées chez la secrétaire mais cela ne les aurait pas conduit à avoir les conversations qu'ils avaient actuellement. « Et je ne suis que la secrétaire... Imaginez le désastre face au procureur » fit-elle en donnant un léger coup de tête en direction du bureau clos d'Elias. Effectivement Joshua avait de la chance d'être à l'autre bout du monde. Qu'il en profite car la criminalité n'a jamais connu autant de regain que ces derniers temps à Chicago. Cela faisait tristement les gros titres de la presse locale à la presse internationale. Rien que pour le mois de janvier il y avait eu presque une centaine de morts suite à des règlements de compte entre gangs. Non il ne faisait pas bon vivre à Chicago dans les quartiers chauds du sud et de l'ouest en ce moment. Heureusement Maggie habitait dans une zone relativement tranquille avec ses enfants mais cela ne signifiait pas qu'ils étaient hors d'atteinte non plus et les penser intouchables aurait été une bien grosse erreur. « C'est marrant mais je ne vous vois pas mais alors pas du tout en avocat... » répondit-elle la mine pensive. « Ou alors il faudrait sacrément changer de garde-robe, car votre costume là... » Elle secoua la tête avec une légère grimace en se souvenant du complet non taillé sur mesure qui ne mettait pas tout à fait le policier à son avantage. Dans un même temps, c'était le lot de tous les flics qui passaient à la barre. Ils n'étaient pas payés comme ses avocats prétentieux et sûr d'eux pour la plupart et tout le monde ne pouvait pas s'offrir un costume complet à plus de quatre chiffre avant la virgule. Une autre anomalie du système que la rouquine avait parfois du mal à comprendre. « Je ne peux décemment pas refuser dans ce cas » Maggie se leva de son siège, bascula les appels de son téléphone vers celui de sa collègue avant de prendre son manteau, son écharpe et son sac à mains. « Vous ne connaîtriez pas un certain Morello par hasard ? » demanda-t-elle à tout hasard avant qu'ils ne monte dans l'ascenseur. Elle accompagna le gentleman jusqu'à un food truck stationné à deux pas du palais où la majorité des gens qui faisaient la queue travaillaient pour le département de la justice.

© Captain FreeBird

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Lun 27 Fév - 17:06

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

Oliver savait qu'un mauvais tournant dans la vie pouvait parfois amener de bonnes personnes à faire de mauvaises choses, il en avait été témoin à plus d'un titre depuis son entrée dans les forces de l'ordre d'ailleurs. Aussi s'efforçait-il de ne pas juger de suite quelqu'un à cet égard mais clairement, pour ça part, il n'était pas du genre à commettre un crime, même aussi mineur soit-il et il aurait sûrement fait un criminel déplorable comme il venait de le dire en plaisantant avec elle. « Je trouverais donc d'autres façons de me ridiculiser. » rétorqua-t-il tout simplement, esquissant un sourire, se doutant qu'il aurait pu ajouter que l'une d'entre elle se produirait sûrement face à elle. Ce qui était tout à fait plausible même si jusqu'à présent il avait toujours fait en sorte que ça n'arrive pas. Il dégageait c'est vrai une certaine confiance en lui habituellement mais il l'était toujours un peu moins quand elle était dans les parages, heureusement, ça ne se voyait pas vraiment ou alors elle le ménageait en faisant comme si elle ne le voyait pas. L'un dans l'autre, ça ne changeait rien de toute façon, au contraire, qu'elle parvienne à le troubler ainsi constituait pour lui une raison supplémentaire de lui porter son intérêt. Rebondissant sur ce qu'il avait répondu à l'information qu'elle lui avait donné sur la raison de l'absence du substitut, il haussa un sourcil, à moitié amusé, en l'entendant lui dire qu'elle ne l'imaginait pas une seconde en avocat. Il est clair qu'il n'avait pas la garde robe qui correspondait à l’apanage de ces derniers, toujours tirés à quatre épingles, à les croire sortis tous d'une revue de mode pour homme ou d'un défilé de couturier. Celui qu'il possédait pour ses rares passages à la barre en attestait d'ailleurs son point. Il n'avait pas les moyens de mettre de l'argent dans de vulgaires vêtements qu'il portait si peu c'est un fait. De plus, il préférait largement le confort de ses propres fringues, car aller courir après un suspect en costard trois pièces, vous verrez combien c'était pratique. Mais bien entendu, il n'allait pas s'offusquer de son commentaire, sachant très bien que ça n'était dit que pour le faire réagir à nouveau. « L'habit ne fait pas toujours le moine vous savez. Et je sais, il commence à dater mais si vous connaissez un tailleur qui prend pas trop cher, je suis preneur. » déclara-t-il avant de proposer qu'ils passent le temps ensemble autour d'un café, réglé à ses frais, en attendant le retour de celui qu'il était venu voir originellement. Esquissant un léger sourire à sa façon d'accepter son offre, il la laissa s'occuper de ce dont elle avait besoin afin de se rendre en sa compagnie dehors pour aller prendre ce café et il la laissa entrer la première dans l'ascenseur quand ce dernier ouvrit ses portes devant eux. « Pas de vue non, mais de réputation, pourquoi ? Il vous a posé problème ? » demanda-t-il alors qu'il appuyait sur le bouton donnant à la sortie, l'accompagnant jusqu'au food truck où ils allaient prendre leur boisson. La laissant choisir la sienne, il commanda ensuite, payant le tout avant d'aller s'installer à l'une des tables mises un peu plus loin, remuant le nuage de lait qu'il avait dans son gobelet. « Je devrais donc changer de garde robe selon vous ? Ça expliquerait peut-être certaines choses remarquez... » dit-il en haussant un sourcil, faisant référence à sa vie privée. Il tentait d'aborder un tout autre sujet mais il ne voulait pas être présomptueux ni surtout amener des problèmes à leur connaissance commune qui avait laissé filrter l'information quelques temps auparavant. Bah oui, il n'allait quand même pas lui demander de but en blanc si c'était bien vrai qu'elle était à présent divorcé. Il avait un peu plus de classe que ça notre cher flic. Même si ce dernier ne se reflétait pas forcément sur ses fringues.

© Captain FreeBird


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maggie E. Lockhart
CHICAGOANS
Messages : 59
Date d'inscription : 29/01/2017
Job : assistante du procureur
Côté coeur : divorcée

Avatar : Sarah Rafferty
Copyright : liloo_59


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Lun 6 Mar - 21:05

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

Maggie approuva la réponse du policier d’un mouvement de tête. En effet, l’habit ne fait pas le moine et à force de fréquenter le palais de Justice et les affaires qui y sont traitées on s’en rendait bien vite compte. Les profils qui passaient par le bureau d’Elias étaient tellement variés… Et encore, ces gens là n’étaient que ceux qui avaient des affaires avérées en cours, les choses devaient être bien pires pour Oliver qui lui était en avant garde.  « Je peux vous arranger ça sans problème. J’ai le contact idéal » Elle emboita le pas de l’inspecteur jusque dans l’ascenseur où elle évoqua le nom de l’importun qui l’avait enquiquiné toute la matinée. Les chances pour qu’il le connaisse effectivement étaient minces. Il y avait pléthore de commissariat en ville et tous les flics ne se connaissaient pas. Ils avaient beau avoir le même employeur cela s’arrêtait là. Mais il semblait que le fameux Morelle ait une réputation et le fait qu’Oliver ait pu en entendre parler attisa la curiosité de l’assistante du procureur.    « Il a gagné une jolie position dans ma blacklist… Qu’est-ce que vous avez entendu dire sur lui ? » Elle avait déjà sa propre idée du personnage mais il était toujours intéressant d’avoir aussi les rumeurs qui courraient parmi les siens. Il pouvait être un simple abruti ou avoir des circonstances atténuantes. Cela n’excusait en rien son attitude de mufle mais on ne savait jamais. Avec la violence qui faisait rage à Chicago ces temps-ci, Maggie voyait des discours se durcir et se muscler face à la perte d’un élément ou d’une mission qui tournait mal. Oliver y était confronté aussi et pour autant il n’avait pas changé son attitude vis à vis de la rouquine. Une preuve supplémentaire que ce flic là était un mec bien. Face au stand, la quadragénaire commanda un latte au caramel pour les pépites de caramel salé ajoutées en topping sur l’importante couche de mousse de lait de la boisson, une petite fantaisie dont elle était friande ces derniers temps. Elle se laissait volontiers porter par les propositions que le tenancier Teddy lui faisait souvent mais aujourd’hui elle restait sur ses positions habituelles. Ils s’assirent à quelques mètres de là à une table vide. Maggie posa son sac à mains à ses pieds et testa la température de son latte quand Oliver se demanda si son look n’avait pas un lien avec son probable célibat endurci. Du moins c’est ce que la rouquine interpréta.    « A mon sens vous auriez l’air d’un sacré clown à vous promener en complet trois pièces pour courir après des suspects… » La pensée d’Oliver s’exécutant ainsi fit sourire la secrétaire. Il s’imagina parfaitement le craquage du pantalon au niveau de la couture arrière aux fesses avec vue sur le caleçon ou le boxer.   « Et si vous pensez que votre tenue est à l’origine d’un quelconque problème dans votre vie, je peux vous donner l’adresse d’un bon psy en même temps que le tailleur » dit Maggie sur le ton de la confidence en ajoutant un clin d’oeil sur la conclusion de sa phrase. D’expérience, la secrétaire avait même plutôt tendance à penser que plus il y avait d’argent dans les vêtements d’une certaine classe de la société moins ils étaient honnêtes pour preuve son ex-mari. Il aimait les costumes à quatre chiffres avant la virgule et était une belle pourriture. Non elle n’était pas prête de lui pardonner son infidélité, elle lui en voulait toujours autant et il lui faudrait sans doute plusieurs années pour digérer l’affront qu’il lui avait fait.   « Néanmoins, si cela peut vous rassurer, mon ex-mari portait ce genre de costume » dit-elle en désignant un avocat passant devant eux l’air visiblement pressé.    « Et cela n’explique pas certaines choses… Allons Oliver, qu’est-ce qui vous tracasse vraiment ? »

© Captain FreeBird

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Lun 13 Mar - 15:00

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

Oliver lui aussi avait pu vérifier la véracité de ce proverbe au poste, et plus d'une fois vous vous en doutez bien. Il y avait de tout au commissariat et quelques fois, le coupable n'était clairement pas celui que l'on croyait. Il avait vu des bikers tatoués de partout être bien plus humain que certains costards-cravate se pensant supérieurs aux autres parce qu'ils avaient un salaire à plusieurs zéros et un diplôme en poche, qui était censé leur accordé une intelligence supérieure à la moyenne et une certaine immunité. Une autre raison pour laquelle il tenait à faire son travail de la façon la plus juste qui soit, ne cédant pas aux préjugés et aux apparences. Plaisantant donc avec elle sur le sujet, il sourit en hochant la tête lorsqu'elle annonça avoir le contact parfait pour ça, ce qui ne l'étonnait guère à vrai dire. S'il y avait bien quelqu'un dans cette ville qui connaissait le "who's who" par coeur, ça devait être Maggie. Ça faisait d'ailleurs partie de ses super-pouvoirs selon lui, ça plus celui d'avoir la répartie fulgurante et un don pour juger les gens. Arrivés dans l'ascenseur, il répondit à sa question, car en effet, le nom évoqué lui était familier mais de réputation plus qu'autre chose vu qu'ils ne bossaient pas dans le même district. « Il doit avoir des tendances maso déjà, s'il est arrivé sur la liste. » rétorqua-t-il, un léger sourire amusé s'affichant sur son visage l'espace d'une seconde face à cette révélation. « Type plutôt brut de décoffrage, plutôt old-school et un peu misogyne, pas connu pour manier l'art et la manière de se conduire face à quelqu'un surtout s'il a l'impression qu'il ne va pas obtenir ce qu'il veut mais pas pour autant un mauvais flic. » répondit-il pour compléter sa réponse. Il tentait toujours de ne pas dire du mal des collègues mais certains, comme Morelli laissaient toujours une certaine empreinte sur les gens, alors ça n'était pas si difficile de casser du sucre sur son dos. Puis lui avait la présence d'esprit de savoir qu'il y avait un code à suivre pour faciliter la collaboration avec le proc, celui des gens civilisés. Mais il pouvait comprendre que certains n'y voyaient plus l'intérêt face à la montée des dossiers à traiter en ce moment avec la vague de crimes frappant Chicago. Enfin, toujours est-il que le changement de sujet était le bienvenu à présent qu'ils étaient dehors au stand près du palais. Suite à une remarque de la jeune femme, il se demandait si en effet, son look pouvait être à l'origine de son célibat. Évidemment ça n'était qu'une plaisanterie de sa part mais ça l'amusait de voir qu'elle continuait malgré tout sur la lancée, affirmant qu'il aurait l'air bien ridicule à poursuivre ses suspects dans un tel accoutrement. « Je confirme. » dit-il simplement, la scène étant en effet plus que réaliste pour le coup et il rit doucement lorsqu'elle poursuivit en lui offrant en plus du numéro du tailleur celui d'un psy pour l'aider s'il croyait vraiment que sa garde robe était un problème. « Comme quoi ça paie d'avoir dans ses connaissances une femme pleine de ressources. » fit-il remarquer en haussant un sourcil, sachant très bien qu'elle comprendrait le compliment dissimulé dans ses propos. Il fut cependant surpris par ce qu'elle dit alors, ne s'attendant pas à ce qu'elle parle si facilement de son ex. D'après ce que lui avait dit sa coéquipière, le divorce était encore récent mais après tout, c'était Maggie dont on parlait, il ne devrait même pas s'étonner de la voir si détachée, du moins en apparence. Car il se doutait qu'elle était blessée malgré tout. "Quel crétin irait tromper une femme pareille ?" était une question qu'il se posait souvent d'ailleurs et il osait prétendre que ça ne serait pas son cas si jamais il avait cette chance là un jour. « Ce qui me tracasse vraiment ? Vous lisez donc vraiment en moi comme dans un livre ouvert je vois. » dit-il en prenant le temps de boire quelques gorgées de son café avant de lui répondre, pour l'effet dramatique que cela avait. Une chose qu'ils semblaient là aussi avoir en commun. « Ce qui me tracasse c'est que je sais pas quel type de restaurant vous préféreriez pour un rendez-vous. C'est quand même fâcheux, je ne voudrais pas que notre premier rencard soit un fiasco. » annonça-t-il alors, le plus sérieusement qui soit, avant de reprendre son gobelet à ses lèvres et d'en boire une bonne rasade, attendant sa réponse.

© Captain FreeBird


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maggie E. Lockhart
CHICAGOANS
Messages : 59
Date d'inscription : 29/01/2017
Job : assistante du procureur
Côté coeur : divorcée

Avatar : Sarah Rafferty
Copyright : liloo_59


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Dim 19 Mar - 19:03

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

La description qu'Oliver fit du flic importun correspondait tout à fait à l'image que l'assistante du procureur s'était faite du bonhomme. Aucune expression de surprise n'agita les traits de la rouquine. Elle se contenta d'acquiescer en se sentant quelque part rassurée de ne pas avoir fait fausse route. Son super pouvoir comme elle se plaisait souvent à l'appeler fonctionnait encore à merveille.  « Un homme délicieux... J'ai comme la sensation qu'il va réussir à grimper dans le top cinq en très peu de temps » commenta-t-elle avec un demi sourire. La secrétaire sentait la chaleur traverser le gobelet en carton et ses gants en cuir venir lui réchauffer doucement les mains. On était encore en plein dans l'hiver à Chicago et il y avait encore de la neige amoncelée sur les trottoirs de la ville. Il fallait avoir une certaine habitude des grands froids pour savoir apprécier les journées comme celles-ci à rester un peu dehors et ne pas foncer se réfugier dans les entrailles du premier diner ou du premier café venu. La quadragénaire accepta volontiers le compliment que lui fit le policier à propos de ses ressources. Les années dans un influent cabinet d'avocat puis au palais de Justice avaient permis à Maggie de se constituer un sacré carnet d'adresses. D'une part parce qu'il était vital pour elle de pouvoir répondre aux diverses demandes qui pouvaient jaillir de l'esprit tordu de son patron mais aussi parce qu'il était toujours utile de savoir qui était qui et qui faisait quoi. Dans la vie on ne savait jamais ce qui pouvait arriver.  « Et encore vous ne savez pas tout » répondit-elle du ton de la confidence avec un clin d'oeil appuyé, égale à elle-même. En attendant qu'il lui révèle ce qu'il semblait le préoccuper elle but un peu de son latte en prenant soin d'agiter un peu le gobelet histoire que le sirop ne reste pas agglutiné au fond. Maggie resta silencieuse ne voulant pas brusquer le policier en s'attendant à ce qu'il lui annonce quelque chose de grave à mesure que les secondes s'écoulaient. Puis quand elle sut enfin l'objet de tant de suspense, la secrétaire ne put dissimuler une once de soulagement.   « Vous en avez mis du temps dites donc... » fit-elle avant de soupirer. Georgia, la partenaire du flic avait-elle mis tant de temps à parler de ce qu'elle lui avait confié ou l'inspecteur Finley était-il finalement un peu lent ? Car oui, la quadragénaire avait volontairement parlé de son divorce à la blonde en espérant qu'elle glisse la bonne parole à l'oreille de son coéquipier avant qu'il sache qu'il avait dorénavant le champ libre. « Et en plus il faudrait que je vous mâche le travail ? » demanda-t-elle en haussant un sourcil.    « Je suis libre vendredi soir. » conclut-elle avant de prendre une nouvelle gorgée de son café.

© Captain FreeBird

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Lun 27 Mar - 17:41

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

Acquiesçant avec ironie à son analyse, Oliver se doutait bien qu'elle aurait encore bien des raisons de le faire figurer dans cette liste car un type pareil, c'était plus têtu qu'une fichue mule car ça se croyait avoir raison même quand tout indiquait qu'il avait tort. Il avait presque même hâte de voir ce qu'il allait pouvoir faire la prochaine fois, étant certain qu'il en entendrait parler par la jeune femme dans la foulée. Un petit plaisir coupable si on veut, car il ne devrait pas se réjouir d'une telle confrontation mais de savoir qu'elle irait le remettre à sa place en bonne et due forme sans qu'il puisse répliquer, c'était aussi bon que de regarder un bon match une bière bien fraiche à la main. « Je parierais bien dessus mais ça serait de l'argent trop facile. » commenta-t-il un léger sourire amusé sur le visage. Ce qu'il ne paierait pas pour véritablement assisté à la scène quand celle-ci se produirait. Mais l'heure n'était pas à se laisser divaguer sur le sujet et notre cher flic arguait que son allure pouvait être la source de son célibat. Ce qui évidemment n'était pas le cas mais c'était plus marrant de continuer à discuter ainsi avec elle, surtout que comme toujours, sa répartie rendait tout ça plus intéressant. « Et je crois que je préfère ne pas tout savoir. » rétorquait-il amusé à sa dernière réplique. Oh ça oui pour sûr, il préférait ne pas connaître l'étendue réelle du réseau de connexion qu'avait la jeune femme au sein de la ville mais il se doutait que c'était imposant. Depuis le temps qu'elle travaillait à ce poste, normal qu'il en soit ainsi vous me direz mais c'était comme il le pensait toujours, avant tout une question d'aura et de relationnel et sur ces terrains là, personne n'arrivait à la cheville de la jolie rousse. Ce qui était aussi une des raisons pour lesquelles son patron était aussi chanceux de l'avoir à ses côtés car elle lui mâchait le travail, pour ainsi dire. Enfin façon de parlé bien entendu mais il se doutait que son aide lui était quand même bien précieuse vu le nombre d'affaires qu'il avait à traiter quotidiennement. Ce n'était cependant plus le sujet là encore puisque la jeune femme semblait avoir remarqué qu'il était devenu pensif, ce qui était le cas et il s'en amusa. Il ne semblait pas pouvoir lui cacher grand chose mais pour le coup, il se dit que c'était l'occasion ou jamais de finalement se lancer puisqu'elle avait fait mention de son ex-mari. Oui Georgia lui en avait touché deux mots mais par respect, Oliver ne s'était pas mis à lui courir après dans la foulée. Il avait quand même des principes et qui sait, leur flirt n'avait pu être que ça et rien de plus même si c'était évident que ces deux là avaient une alchimie bien palpable. Du coup, après avoir ménagé le suspens encore quelques instants, histoire de faire ça de façon légère, il fini par se lancer et l'invitait à sortir. pas directement, ça serait trop banal dans leur façon de se tourner autour depuis le temps mais il ne s'attendait pas à une telle réponse. Il en avait mis du temps ? Donc elle espérait qu'il le fasse plus tôt ? Agréable surprise au final et il ne pu s'empêcher de rire un peu à ce qu'elle ajouta. En même temps, venant de Maggie, il aurait du s'en douter vous me direz. « Mieux vaut tard que jamais, pas vrai ? Puis attendre ça n'est pas toujours forcément une mauvaise chose vous savez. Un vin ne fait que se bonifier avec le temps. » fit-il remarquer avant de sourire, reposant son gobelet devant lui. « Et puis si je mettais si longtemps à me lancer, pourquoi ne pas avoir fait le premier pas ? On est au XXIè siècle après tout, nulle obligation que l'homme dirige tout. » ajouta-t-il en plaisantant. Bien sûr qu'il préférait quand même être celui qui faisait le premier pas mais au moins ainsi, ils pouvaient continuer à prendre ça à la légère. Même si ça ne l'était pas pour lui, car s'il se lançait sur cette voie, croyez-bien que c'était parce qu'il comptait construire quelque chose avec elle. Les histoires d'un soir ça n'était pas pour lui. « Un bar à sushi ça resterait dans les classiques mais je ne voudrais pas partir le ventre vide alors je mets une option sur une adresse dont j'ai le secret. 19h chez vous ? » demanda-t-il alors, esquissant un léger sourire, ravi de voir qu'elle acceptait son offre même si elle ne l'avait pas fait de façon explicite mais à sa réponse, il avait compris que c'était tout comme. Après tout ces deux là avaient parfois leur propre langage quand ils échangeaient, il comprenait donc ce que ses quelques mots voulaient dire en vérité.
© Captain FreeBird

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maggie E. Lockhart
CHICAGOANS
Messages : 59
Date d'inscription : 29/01/2017
Job : assistante du procureur
Côté coeur : divorcée

Avatar : Sarah Rafferty
Copyright : liloo_59


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Dim 9 Avr - 18:19

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

Les bons vins se bonifient avec le temps il est vrai mais parfois il ne vaut mieux pas trop attendre car la frontière ténue entre le vin parfait et le vinaigre est parfois mince. Mais tout venait à point et c'était finalement la seule chose à retenir. Maggie arbora une mine amusée quand Oliver mit sur le tapis le fait qu'ils vivaient dans un siècle nouveau et que les moeurs s'étaient libérées. Les conventions avaient changé et effectivement, même si certains avaient du mal avec la pratique, il était tout à fait normal qu'une femme fasse le premier pas. A terme, si Oliver ne s'était pas manifesté, Maggie aurait sans doute pris le contrôle des opérations. Elle était patiente mais tout de même. Ils jouaient au chat et à la souris depuis suffisamment longtemps, l'heure était venue de passer au niveau supérieur et d'aller s'attaquer à un autre donjon, celui des choses sérieuses. « Nulle obligation que l'homme dirige tout. » répéta l'assistante du procureur Standford avec un demi-sourire.  « Ne vous en faites pas pour ça, vous verrez quand je prendrai les choses en mains... » glissa la quadragnéaire en forçant sa voix à prendre un timbre plus suave et en plongeant un regard provocateur dans celui du policier. Elle lui fit un nouveau clin d'oeil avant de reporter son attention sur les passants qui traçaient leur route en ignorant les personnes assises sur le bout du trottoir et sirotant leurs boissons chaudes.

En vérité, le lieu avait peu d'importance pour la secrétaire juridique. Oliver pouvait bien l'emmener où il voulait, l'essentiel était qu'ils passent la soirée ensemble. Néanmoins, la rouquine avait dans l'idée que le Lieutenant des renseignements voudrait faire les choses bien pour ce rencard officiel. Une chose était sûre, la mère de famille n'avait pas l'intention de contrarier les plans d'Oliver.  « Parfait » Il ne restait plus qu'à espérer que les deux intéressés ne se mettraient pas trop de pression en vue de ce rendez-vous et que celui-ci ne tourne pas au fiasco. Maggie attrapa son téléphone portable personnel et pianota dessus. Ses gants compatibles avec les technologies tactiles étaient une pure merveille. Plus besoin de se geler les mains dès qu'il fallait prendre un appel ou répondre à un message quand on était dans la rue.   « Je vous laisse écrire votre numéro, ça pourrait être utile pour vendredi... Entre autres... » dit-elle avant de tendre l'appareil à Oliver. Echanger leurs numéros personnels marquait une nouvelle phase dans leur relation. Maggie avait dans son répertoire le numéro professionnel d'une bonne partie des flics qui étaient amenés à travailler avec Elias. Parmi eux, bien évidemment, il y avait celui d'Oliver mais elle ne voulait pas commencer à mélanger travail et vie privée. « Attention, pas question de parler boulot sur cette ligne. » le prévint-elle en récupérant son bien.

© Captain FreeBird

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Jeu 13 Avr - 14:16

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

Que voulez-vous que je vous dise moi, Oliver avait des manières et une certaine intégrité morale quant à la façon correcte de se comporter face aux femmes, surtout face à celles qui lui plaisaient énormément. Il n'avait pas voulu se précipiter après avoir appris que la jeune femme était divorcée et ensuite, l'opportunité ne semblait pas se présenter mais avec une telle perche tendue vers lui, il s'était enfin décidé à se lancer. Peut-être pas de la manière dont il l'aurait espérer mais puisqu'elle semblait plutôt prendre ça avec le sourire, c'était bien là l'essentiel non ? Qu'elle ne lui rit pas à la figure et prenne ses jambes à son cou. Bon, peu probable puisqu'en effet cela faisait quand même un bon bout de temps qu'ils se tournaient autour ces deux là, rappelons-le mais qui sait. Elle aurait pu se raviser, changer d'avis à son sujet ou ne lui trouver du charme que parce qu'elle ne pouvait pas l'avoir du à son mariage. Puis mieux valait tard que jamais, non ? Et au moins elle ne perdait pas son répondant vu le sous-entendu qu'elle lui retourna alors avec une voix particulièrement enchanteresse selon lui, qu'il avait hâte de pouvoir entendre dans un cadre plus...privé. « J'espère que je ne ferais pas que le voir alors. » rétorqua-t-il en haussant un sourcil, ne pouvant se défaire du sourire qu'elle avait fait naître sur son visage après une telle déclaration. Après tout, c'était aussi cet aspect là de sa personnalité qui l'attirait chez elle en complément de tout le reste, bien entendu.

Il était quand même un peu plus soulagé à présent qu'elle avait accepté son invitation et Maggie avait raison sur un point, Oliver allait faire en sorte de faire ça dans les règles. C'était qui il était après tout, un mec droit et un peu vieux jeu quand il s'agissait de séduire une femme. Il savait très bien où l'emmener pour leur rendez-vous et exposa son plan à la jeune femme qui approuva. Il serait sans doute un peu nerveux mais ça serait de la bonne nervosité pour une fois. Pas de fiasco à l'horizon donc en théorie. Souriant en la voyant lui tendre son téléphone pour qu'il entre son numéro dans ce dernier, ce sourire s'élargit aux derniers mots qu'elle ajouta et il saisit le téléphone pour y insérer ses coordonnées. « Entre autres oui. » répéta-t-il tout en tapotant les numéros sur l'écran tactile avant d'enregistrer le tout sur l'appareil. Lui tendant à nouveau pour qu'elle le récupère, il acquiesça à sa requête. Lui non plus n'avait guère envie de passer la soirée à parler boulot -même si oui, son boulot était ce qui occupait la majeure partie de sa vie-. « Ni des caprices de votre patron en ce cas. » déclara-t-il en plaisantant avant de reprendre quelques gorgées de son café. « Pas d'allergie alimentaire au fait ? Juste par précaution. » demanda-t-il, préférant au pire revoir ses plans d'origine si jamais elle en avait. Il ne voulait clairement pas avoir à finir la soirée aux urgences à cause d'un simple problème d'allergie alimentaire, ça serait vraiment bête que leur premier rencard, qu'ils avaient attendus d'avoir pendant des plombes se termine ainsi. Certes il serait mémorable pour le coup mais clairement il envisageait une toute autre fin que celle-ci. Non, pas celle que vous croyez, petits coquins, Oliver savait se tenir. Mais clairement, la case urgences ne faisait pas partie de ses plans alors autant prévenir que guérir à ce stade.
© Captain FreeBird


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maggie E. Lockhart
CHICAGOANS
Messages : 59
Date d'inscription : 29/01/2017
Job : assistante du procureur
Côté coeur : divorcée

Avatar : Sarah Rafferty
Copyright : liloo_59


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Sam 6 Mai - 20:46

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.


Ah ça non il ne ferait pas que le voir. Le regard que Maggie adressa au Lieutenant se supplanta à toute autre forme de communication. Pas besoin de mots, mieux valait laisser travailler l'imagination du représentant des forces de l'ordre. La secrétaire avait déjà hâte d'être à leur rendez-vous. Il faudrait absolument qu'elle aille faire un peu de shopping d'ici là. Pas question de laisser quoi que ce soit au hasard pour cette occasion. Robe, chaussures, rendez vous chez le coiffeur et l'esthéticienne, son agenda venait subitement de se remplir et laisserait peu de place à autre chose si ce n'est un verre avec une copine mais à la maison. On ne lâche pas les copines! Mais pas un mot de cette rencontre de vendredi. La rouquine ne voulait pas s'attirer le mauvais oeil alors qu'ils attendaient ça depuis si longtemps.  Pour que le policier ait également son numéro, elle lui envoya un sms en inscrivant simplement son prénom dans le corps du message. Inutile de faire davantage de fioritures, parfois le plus simple restait le mieux.

Prévenant Oliver l'interrogea sur d'éventuelles allergies alimentaires. Rares étaient les hommes qui avant un rendez-vous galant s'intéressait à ce genre de détail. Son ex-mari s'en était rendu compte à ses dépends en lui préparant un plat indien avec des amandes. La soirée avait tourné au vinaigre quand l'allergie de la rouquine s'était manifestée. Maggie avait l'habitude de demander à ses invités s'ils souffraient d'allergies également. Etant concernée, l'assistant du procureur avait pour habitude de s'inquiéter de savoir si c'était réciproque. Fait rare chez quelqu'un ayant le bonheur d'en être préservé. Une preuve supplémentaire indiquant qu'Oliver était au-dessus du lot. En toute honnêteté, cela impressionna l'assistante du procureur Standford et la conforta davantage dans l'image qu'elle avait de lui. «   Les amandes sont mon petit talon d'Achille. Et vous ? Quelque chose à déclarer ?» Il était toujours utile de savoir à quoi s'en tenir aussi chez lui. Jusqu'ici elle n'avait rien détecté.

La quadragénaire avait bientôt descendu la moitié de sa boisson chaude quand elle décida de donner une nouvelle orientation à leur conversation. « Maintenant que nous avons réglé notre petite affaire, parlons gossip » lança Maggie avec cet air de quelqu'un qui a une idée derrière la tête. « Miss MacFergus nous ne ferait-elle pas des petites cachotteries ? » L'assistante d'Elias était une véritable commère. Mais attention, pas au sens noble du terme, si tant est qu'il puisse y en avoir un. Maggie était la championne pour laisser traîner ses oreilles où il ne fallait pas. Au palais de Justice cela lui permettait de savoir tout ce qu'il s'y passait et aussi de pouvoir alerter Elias en cas de besoin. Il pouvait changer de stratégie en fonction de ce que pouvait lui dire son assistante et cela pouvait aussi l'aider à prendre l'ascendant sur certains juges ou savoir comment aborder les affaires en fonction d'un tel ou un tel.  « Oh voyons, ne me dites pas que vous n'avez rien remarqué »  

© Captain FreeBird

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: You're, you're, you're Just my Type   Mar 9 Mai - 18:28

You're, You're, You're just my type.

Oliver & Maggie
"When there's loving in the air, Don't fight it just keep breathing. I can't help myself but stare. Double check for double meanings. I'm a man who's got very specific taste. You're, You're, You're just my type. You got a pulse and you are breathing. You're, You're, You're just my type. I think it's time that we get leaving. You're, You're, You're just my type.

Ça pour travailler, son imagination travaillait déjà depuis un bon moment déjà en vérité. Peut-être pas de façon aussi active que maintenant suite au regard que venait de lui lancer la jeune femme mais il s'était déjà demandé ce qui pourrait arriver entre eux dans d'éventuels scénarios. Rien de vulgaire je vous rassure, même dans ces cas là il avait ses principes et il savait très bien alors que ça en resterait toujours au stade de la fiction. Mais là on parlait bel et bien de la réalité et lui aussi avait hâte de pouvoir enfin avoir un tel moment avec elle. Il en irait de sa petite préparation pour l'occasion lui aussi même si ça serait sans nul doute moins extensif que pour Maggie. Il irait prendre une nouvelle chemise, irait voir le barbier et ça s'arrêterait là. Pas de quoi radicalement changer son emploi du temps quoi ce qui ne voulait pas dire qu'il porterait moins d'attention aux détails. Il savait bien que les apparences comptaient, surtout pour un premier rencard mais il ne paniquait pas non plus totalement pour une simple et bonne raison. Il connaissait déjà qui il aurait face à lui, de quoi retirer une bonne partie du stress et de l'angoisse qu'on peut avoir autrement lors d'un tel rendez-vous. Il était déjà certain de lui plaire un minimum et d'apprécier la jeune femme, de quoi en effet le mettre à l'aise sur un plan mental.

En effet, cela faisait un moment que ces deux là attendaient une telle soirée et il ne voulait certainement pas prendre le risque que quelque chose aille de travers, voilà pourquoi il n'irait pas dire à sa coéquipière qu'il sortirait vendredi. Il aurait déjà assez de questions de sa part quand elle l'apprendrait. Ayant donc le numéro de la rousse enregistré dans son téléphone, il s'enquit de savoir si elle avait certaines allergies. Simple question de bon sens, il ne voulait surtout pas faire l'impair de lui faire avaler quelque chose à laquelle elle était allergique, les forçant ainsi à finir la soirée aux urgences plutôt que dans un autre lieu, sans vouloir se montrer trop optimiste sur cette partie là d'ailleurs. « Je note pour les amandes. Non, rien à déclarer de mon côté, je doute que la bêtise humaine soit réellement considérée comme étant une allergie admissible. » répondit-il en plaisantant, sourire aux lèvres. Trait d'humour qu'elle comprendrait aisément il en était certain puisque elle aussi devait hélas la subir par moments dans son boulot.

Ce fut pourtant le sien que la jeune femme évoqua après un nouveau changement de sujet. Enfin plutôt un certain aspect de son travail en la personne de sa coéquipière. Maggie semblait certaine d'avoir remarqué un comportement suspect chez la jeune femme, se demandant si Oliver lui aussi l'avait observé mais vu la façon dont il fronçait les sourcils face à sa question, il devint évident qu'il n'en avait aucune idée. « Remarqué quoi exactement ? » demanda-t-il pour voir si de plus amples détails sur ce que pensait avoir repérer l'assistante du proc l'aiderait à voir de quoi elle pouvait bien parler. Il était c'est vrai proche de sa partenaire -normal vous me direz, c'est le boulot qui l'exige, quand vous bossez autant de temps avec quelqu'un, collés l'un avec l'autre en quasi permanence- mais il n'avait pas non plus l'audace de trop fourrer son nez dans ses affaires...en tout cas en général il essayait d'éviter. Ce qu'elle ne faisait pas avec lui remarquez, puisque c'était elle qui lui avait suggéré de venir ici pour inviter Maggie à diner, l'ayant informé de son nouveau statut de femme divorcée. Mais après tout, il était flic et observateur ça oui, mais il n'en restait pas moins un homme et pas vraiment le plus intéressé sur les rumeurs qui circulaient dans le district ni aux histoires personnelles de chacun, ayant déjà assez à faire avec sa propre vie privée.
© Captain FreeBird


Revenir en haut Aller en bas
 

You're, you're, you're Just my Type

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SHREK 6 ans type Bichon beige (Dépt 78) ADOPTE
» [Validée]Fiche technique d'Akira Kuukyo
» CRACKER mâle type yorkshire 4 ans SPA DOUAI 59 ADOPTE
» Petite question sur le Mithril
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Call 911 Now ! :: Chicago :: A l'Est, le coeur de Chicago :: Palais de Justice-