AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't let me down {Layla/Tobias}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: Don't let me down {Layla/Tobias}   Lun 21 Nov - 13:53


DON'T LET ME DOWN

Layla M. & Tobias W.

C'est précisément ce matin-là, qu'il fut en retard. Un couché tardif, à cause de sa sortie à pas d'heure du bureau. Une bonne partie de la nuit passé sur les derniers épisodes de séries qu'il n'a pas eu le temps de voir. Et un sommeil si profond qu'il n'a pas entendu son premier réveil. Heureusement, Tobias est devenu quelqu'un d'averti, et il n'a pas oublié d'en mettre un deuxième, juste assez tôt pour ne pas arriver trop en retard au commissariat, et juste assez tard pour récupérer quelques minutes de sommeil.  A peine a-t-il le temps d'enfiler un jean, un tee-shirt, et sa veste American Apparel, que le voilà déjà clés de sa voiture en main. Le bip sonore retentit, il entre à l'intérieur de son 4x4, et met le contact.Son arme de service et sa plaque cachée sous sa veste, il ne prend pas le temps de vérifier qu'il a de l'argent sur lui. Il aurait dû le faire, il le fait tout le temps. Et, ce matin-là, il part sans un sous en poche. Heureusement, c'est un habitué de l'endroit où il se rend. Rien, ni personne, n'osera se mettre en travers de son Starbuck.

- « Comme d'habitude, Sergent ? » la voix de la vendeuse se veut sensuel, comme tous les matins. C'est elle qui le sert à chaque fois, un sourire en coin des lèvres qui ne lui est destiné qu'à lui, Tobias ne le sait que trop bien. « Une Bière-au-Beurre, supplément un glaçon. Une ! »
- « S'il vous plait. » Mais, découvrant soudainement qu'il n'a pas un rond en poche, il tire dessus pour montrer à la vendeuse le manque de liquidité. Peut-être est-ce sa moue enfantine, qui a fait rire la femme. Mais, ce n'est pas ça qui l'a forcé à répondre la suite.
- « Ne vous en faites pas, c'est moi qui l'offre ! »

Le voila rassuré, il n'aurait pas supporté de partir au boulot sans avoir sa dose matinale. Tobias se décale, pose son dos sur un mur de façon à pouvoir voir la porte d'entrer. Il attend que sa boisson soit prête, et jette un coup d'oeil à sa montre. Bizarrement, la route n'était pas pleine, aujourd'hui. Et même s'il est parti en retard de son appartement, il se retrouve à l'heure habituelle dans le Starbuck. Le jeune policier a eu peur de louper sa seule chance pour l’apercevoir, elle. Il sait d'avance que ce simple fait aurait bousiller sa journée.

Au bout de deux petites minutes, la vendeuse lui fait un grand signe de la main. Tobias se décide enfin à bouger du mur, approche, et attrape le gobelet où est écrit {Sergent W. coeur}. Le coeur est dessiné avec soin, et ça le fait sourire. Il lui rend sa bonne humeur, et s'écarte pour laisser passer les autres clients. Le tatoué n'a pas le temps de chercher une table, pour se poser quelques minutes, que déjà, une tignasse rousse passe par la porte vitrée.

Il boit alors, sa première gorgée matinale. Une boisson chaude, sucrée à la perfection. Quelque chose de voluptueux, et d'onctueux à la fois, qui coule entre ses lèvres. Une boisson qu'il prend avec un unique glaçon en son centre, qui émerveille ses papilles gustatives lorsque le chaud, et le froid, se confronte dans sa bouche. Et c'est quelque chose d'encore plus magnifique, quand on sait qu'il est issu d'une franchise adorée par Tobias : Harry Potter. Bref, il ne s'émerveille pas autant sur sa boisson, aujourd'hui. Ses yeux, pétillants rien qu'à l'idée de l'entrevoir quelques minutes, se sont posés sur elle.

Elle, qui entre dans ce café bondé, s'approchant du comptoir. Elle n'attend que quelques secondes, pour passer commande. Et même si Tobias est trop loin, pour entendre ce qu'elle dit, il parvient à lire sur ses lèvres -bien qu'il n'en ait pas besoin, ces quelques mots :

- « Un Café Caramel Macchiato, s'vous plait. »
- « Et un CCM, pour mademoiselle ! » Tobias n'entend pas la réponse de la serveuse, et il ne fait même pas attention à la façon dont elle te parle, bien différente de lorsqu'elle s'adresse à lui.

Y aurait-il, peut-être, une pointe de jalousie ? Peut-être a-t-elle remarqué, la façon dont il te regarde, tous les jours ? Il vient chaque jours de la semaine, même quand il ne travaille, en espérant la voir. Au fond, malgré son travail au Département des Déploiements Stratégiques, il n'imagine pas une seule seconde que tu puisses l'avoir déjà repéré. Il pense être discret, mais ce n'est pas le cas. N'est-ce pas ? Bon dieu, Tobias, tu as trop l'habitude d'être toi-même.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Don't let me down {Layla/Tobias}   Lun 21 Nov - 19:43



Comme chaque matin, tu passes au Starbuck. C’est une putain d’habitude que t’as pris il y a quelques temps maintenant. Depuis que t’es à la fac’ en fait. Tous les matins, tu commandes la même. A New-York, tu faisais partie de ces personnes privilégiées, que les vendeurs connaissaient que trop bien. Chaque matin, tu n’avais même pas besoin de demander ce fameux Café Caramel Macchiato que tu chéris tant. Ils te connaissaient. Tétais même presque devenue copine avec eux. Puis t’as débarqué à Chicago pour des raisons médicales. Et tu te retrouves dans un Starbuck pas très loin de chez toi, avec une vendeuse complètement aigrie malgré son jeune âge. Et ton ex. Tous les matins tu le croisais. Tu lui adressais à peine un regard. Il ne méritait même pas ça. Lui. Celui que tu considérais comme l’homme de ta vie passé un moment. Celui qui t’a trahi. Celui à qui t’en voudras toute ta vie de t’avoir blessé et humilié. Et chaque jour, de chaque heure il est là. Assis à une table à délecter sa boisson. Comme s’il t’attendait. Dans le fond, tu pourrais venir plus tôt. Ou plus tard. Tu pourrais faire en sorte de l’éviter. De ne plus le voir. Mais peut-être qu’inconsciemment, t’as envie de le voir. Tu chasses rapidement cette idée de ta tête et entre dans le Starbuck. Tu le repères rapidement et comme à ton habitude, tu l’ignores. Tu n’as rien à lui dire. Mais il a toujours ce petit « truc » qui t’avais fait craquer des années auparavant. Tu commandes rapidement ta boisson et paie la vendeuse. Tu ne prends même pas la peine de la remercier lorsqu’elle te tend le gobelet. Tu ne l’aimes. Elle et sa façon de te parler. Elle est pauvre. T’es riche. Vous ne venez pas du même milieu. Tu ne cherches pas vraiment à comprendre. Tu prends place à une table. Loin de Tobias. Le plus loin possible de lui. Tu poses ton gobelet et sors ton macbook de ton sac. Aujourd’hui, tu dois finir un article pour le cours que tu auras dans l’après-midi. Tu n’as pas d’idée. Pas d’inspiration et ça t’énerves. Tu ouvres machinalement ton devoir et relit ce que tu as écrit. T’aimes pas alors t’effaces.
 
Tu décides finalement d’appeler une copine. Pour savoir ce qu’elle a écrit. Pour savoir si elle voudrait te rejoindre aussi pour que vous puissiez travailler ensemble. Tu te penches vers ton sac et sors ton téléphone dernier cris. Tu cherches son numéro dans le répertoire et lance l’appel téléphonique. Elle n’a pas le temps de décrocher qu’un homme cagoulé entre dans le Starbuck. Tu coupes court à l’appel et décide de poser ton téléphone sur la table. Tu le regardes. Il braque la vendeuse. « Donne-moi ta putain de caisse ! » Il marque un temps d’arrêt mais la vendeuse n’a pas l’air d’aller assez vite. « Bouge-toi, là ! » Tu commences à avoir peur. Tu décides finalement de ranger ton ordinateur dans ton sac et de le fermer discrètement. T’as gardé ton téléphone. T’hésites un moment avant d’appeler le 911. Il se retourne finalement vers la salle. « Le premier qui bouge, je lui en colle une, c’est compris ! » Tu regardes la scène impuissante. Sans rien dire. Tu regardes l’homme. Puis ton téléphone. Puis à nouveau le criminel. Il a le dos tourné. C’est maintenant ou jamais. Sauf que tes doigts tremblent et tu peines à taper le numéro d’urgence.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Don't let me down {Layla/Tobias}   Lun 21 Nov - 20:49


DON'T LET ME DOWN

Layla M. & Tobias W.

Pourquoi faut-il toujours qu'il se passe quelque chose, dans les rues de Chicago ? Et surtout, pourquoi, est-ce que cela arrive, au moment où vous vous retrouvez dans le Starbuck ? Le coeur de Tobias a manqué un battement, et il a faillis recracher la gorgée de Bière-au-Beurre qui était dans sa bouche. Il a regardé l'homme cagoulé entrer, pointer son arme sur la serveuse. Tout le monde s'est mis à paniquer en une fraction de seconde. Et lui, il est resté là. A regarder la scène se dérouler comme s'il n'était qu'une vulgaire caméra de sécurité : spectatrice, mais pas acteur de la scène.

- « Donne-moi ta putain de caisse ! » l'ambiance devient plus pesante, plus lourde, à mesure que la vendeuse s'active. Lentement, et pas assez vite au goût du délinquant. « Bouges-toi, là ! »

L'horreur est plus présente que jamais, lorsqu'il se retourne vers la salle. Tobias ne tient plus son gobelet, il l'a lentement posé sur une table. Et son regard n'a pu se poser que sur une personne, comme s'il sentait quelque chose de nouveau arriver. Ton téléphone à la main, il te voit hésiter. Passer un coup de téléphone au 911 ? Essayer de sauver les autres, au péril de ta vie ? Un haut-le-coeur le prend assez vite, lorsqu'il imagine la scène qui peut se produire si le braqueur te découvre. Des scènes, comme il n'en a vu qu'à l'école de police. Sanglantes, aussi sanglantes que la scène qui s'est déroulée chez lui.

- « Le premier qui bouge, je lui en colle une, c’est compris ! »

Profitant d'être tourné dans le dos du braqueur, il se dépêche -à pas feutrés, de se déplacer parmi les clients apeurés. Il se fraye un chemin pour arriver derrière toi. Jamais, depuis bien longtemps, il n'avait été aussi près de toi. Et pendant quelques secondes, il sent ce parfum qui lui remémore tant de souvenirs. Ces week-ends entiers, passés ensemble. Ces cinémas, et ces restos entre amis. Des soirées privilégiées dont il se rappellera toute sa vie. Mais la réalité des choses reprend bien vite une tournure horrible. Sa voix, basse, s'adresse à toi dans ton dos.

- « Arrête, et reste discrète. N'attire pas... »

Tobias n'a pas le temps de finir sa phrase, que déjà, il voit le braqueur se retourner. Il ne pose pas son regard spécialement sur vous, mais il pointe l'arme dans votre direction. Comme s'il cherchait à voir le moindre détail qu'il avait pu louper. Toby s'est glissé devant toi, sans même s'en rendre compte. Formant comme un mur, entre toi et l'agresseur. Sa main droite s'est glissée dans son dos, prête à attraper son arme de service pour tirer sur l'homme cagoulé. Mais il n'en fait rien. Il ne veut pas déclencher des rafales de balles qui pourraient blesser des dizaines de personnes. Dont toi, dont lui.

Honnêtement, il ne s'attendait pas à ce que la scène prenne une tournure aussi noire. Aussi pénétrante, aussi dangereuse. Et il ne s'attendait pas à ton comportement, qui va suivre. Mais les choses sont telles qu'un de ses pires cauchemars va se dérouler. Le compte à rebour est lancé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Don't let me down {Layla/Tobias}   Lun 21 Nov - 21:37


T’as ton téléphone à la main. Le criminel est là devant toi. Il te tourne le dos. Sur l’écran de ton smartphone, le numéro d’urgence est inscrit. Il te manquerait plus qu’à appuyer sur ce petit téléphone vert pour les appeler. Mais pour leur dire quoi ? Comment être discrète, alors que l’homme n’est qu’à quelques mètres de toi ? Est-ce que tu devrais appuyé ou ne rien faire ? T’hésites. T’essaie de trouver la force d’appuyer sur la touche d’appel. Mais rien n’y fait. Pendant qu’il a le dos tourné, Tobias en profite pour te rejoindre. Il veut que tu restes discrète. Qu’est-ce qu’il en a à foutre de toute façon ? Dans ce genre de situation, c’est toujours chacun pour sa pomme. Le criminel se retourne. Il regarde tout le monde. Comme s’il avait loupé quelque chose. Que cherche-t-il ? Sa première victime ? Dans le fond, il ferait mieux de tuer la vendeuse. C’est elle qui ne va pas assez vite dans toute cette histoire. Tobias se place alors devant toi. Comme s’il voulait jouer les héros. Ca t’exaspère. Tu lèvres les yeux au ciel. Il passe sa main dans son dos comme pour chercher quelque chose. Mais tu ne vois pas ce que c’est. Le braqueur se retourne finalement et tu balances à Tobias en chuchotant :

« Arrête de jouer les héros. C’est le genre de rôle qui te va pas. » On sent dans ta voix que tu lui en veux. Que tu le détestes. T’as chuchoté mais t’as eu aussi cette agressivité dans la voix. Ce ton méchant. Froid. Mais t’es comme ça. Tu ne pardonnes pas. Tu décides finalement d’abandonner ton appel pour les secours. T’es pas assez bien caché pour le faire de toute façon. Sur le même ton, je balançais à Tobias : « Et ne me dis pas ce que je dois faire, ton avis je m’en contre fou. »

Tu décides finalement de te lever. Hors de question de rester près de lui. Hors de question qu’il te protège. Il a perdu ce privilège le jour où il t’a trompé. Mais le braqueur se retourne à ce moment-là. Il te voit te lever. « Bah alors ma belle, t’as pas compris ce que j’ai dis toute à l’heure ? » Son ton est tellement glacial qu’il te fait froid dans le dos. Mais tu le regardes. Tu n’as pas vraiment pris sa menace et tu préfères lui rétorqué : « Je change juste de place, c’est pas la fin du monde, non plus. » Il te regarde. Il a cet œil mauvais qui te ravaler ta salive. Tu ne pensais pas que c’était le genre à avoir le cran de tirer. Après tout beaucoup de criminel braque les gens avec une arme sans jamais appuyer sur la détente. Mais lui, il n’est pas de ceux-là. Il a un instinct de tueur. T’entend le bruit du canon et tu sens une douleur aigue au niveau de ton épaule. « C’était juste à titre d’exemple pour ceux qui ne prennent pas ma menace au sérieux. Le prochain y passe ! »

Tu t’écroules par terre et ta tête cogne contre le carrelage. T’as mal à l’épaule. Avec ton autre main tu touches ton épaule. Tu vois qu’elle est pleine de sang. Et tu paniques. Ton cœur s’accélère. Une larme coule le long de ta joue. Pas de tristesse. Juste de peur. T’as mal à la tête aussi. Et puis tu te dis que ton heure est peut-être arrivée. Ce n’est pas ton cœur qui lâchera, c’est ta connerie qui te perdra. Et là, tous pleins de question traversent ton esprit : est-ce que tu vas t’en sortir ? Est-ce que les pompiers vont arriver à temps ? Est-ce le tueur va laisser quelqu’un t’évacuer ? Tu fermes les yeux. T’essaie de penser à rien. T’espère juste te réveiller dans lit. T’aimerais simplement que ce soit un cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Don't let me down {Layla/Tobias}   Lun 21 Nov - 22:40


DON'T LET ME DOWN

Layla M. & Tobias W.

Le coup est parti si vite, qu'il n'a même pas eu le temps de réagir. Une simple balle. Un simple tire. Le bruit qui s'en échappe résonne à ses oreilles, comme aucun autre bruit dans le monde. Le canon bouge, la balle s'échappe. Et dans une ligne parfaitement droite, vient s'écraser dans le corps de la petite rousse. Son visage s'est tourné en quelques secondes, assez vite pour te voir t'écrouler à terre. Ta tête s'écraser au sol avec une violence incroyable, et le sang se mettre à suinter de ta blessure. Imprégnant tes vêtements, laissant une large tâche rouge. D'une couleur qu'il ne connait que trop bien.

- « C’était juste à titre d’exemple pour ceux qui ne prennent pas ma menace au sérieux. Le prochain y passe ! » cette voix, si froide, glaçante, et poignante à la fois. Il ne l'oubliera jamais.

Tobias repose son regard sur l'agresseur, alors que d'un geste ferme, il empoigne son arme sans pour autant la tendre. Ses idées sont complètement troublées. Il n'arrive pas à se concentrer, et ne sait plus réellement quoi faire. Le 911 n'est pas appelé, et Toby espère au fond de son coeur que la vendeuse a eu le temps d'appuyer sur le bouton de sécurité. Qu'ils ne mettront pas longtemps à arriver, à appeler les urgences. Que tout le monde sorte de cette histoire en vie.

Son coeur bat à cent à l'heure, et il a l'impression de l'entendre se répercuter dans ses oreilles. Un écho incroyable et puissant, qui pourrait lui donner mal à la tête. Prit d'un léger vertige, il ne perd pourtant pas la vue. Ses yeux posés sur l'agresseur, il ne voit pas flou. Aussi net, que lorsqu'il est sur le champ de tire. Il ne sait plus quoi faire. Les pensées de Tobias se mélangent, dans un brouhaha incessant. Mais un bruit d'arrière plan vient aiguiser sa curiosité. Un bruit de sirène, lointain. Qui se rapproche petit à petit.

Retrouvant ses esprits, Tobias pose rapidement son regard sur la serveuse, qui lui lance un regard sur d'elle. La peur se lit sur son visage, mais d'un simple coup d'oeil, Toby a comprit qu'elle a bel et bien appuyé sur le bouton d'alarme. Son coeur se sent soudainement plus léger, et en quelques secondes, le voilà déjà qui pointe son arme sur le braqueur. L'autre a l'air surpris, et pourtant, il ne se démonte. Il se met même à rire, d'un rire gras, dévoilant ses dents jaunâtres.

- « Poser votre arme au sol ! » cria-t-il d'une vois forte, qui porte en écho dans la pièce sans bruit. D'un élan qui démontre pourtant bien son appartenance, il vise sa cible avec une expression sûr de lui.
- « Et voilà encore un qui se prend pour un héro ! »

Le braqueur lève sa main, et va pour pointer son arme sur Tobias. Au même moment, un autre tir se fait entendre. de la part d'aucun d'entre eux. Un tir extérieur, de la part d'un jeune policier lors de ses premières patrouilles. Un tir qui passe à côté, et qui surprend le cambrioleur qui pensait avoir encore quelques minutes avant que la police n'arrive. Il se met alors à tourner, se préparant à tirer vers l'extérieur. Mais Tobias ne lui en laisse pas le temps, et tire le premier. Deux coups, deux balles qui viennent directement se loger dans la poitrine du braqueur. L'homme tombe à terre. La police arrive. Les ambulances suivent.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Quatre heures, c'est le temps que ça lui a prit. Faire sa déposition, donner son arme pour l'analyse des balles. Se rendre à son bureau pour annoncer l'affaire à son patron, et le voilà déchu de son poste pour quelques jours. Obligation salarial, qu'on lui a dit. Quelques jours de repos pour reprendre de ce léger choc. Une chose est sûre, Tobias aurait préféré qu'on lui donne rendez-vous le lendemain matin pour le boulot. Mais ce n'est fut pas ainsi, et on lui demanda de quitter le bureau.

Chose qu'il aurait faite, d'une manière ou d'une autre. Reprendre le volant de son 4x4, direction l'hôpital. C'est grâce à ses connaissances qu'il a su dans quelle chambre tu te trouvais. Que tu venais de sortir de chirurgie. La balle n'est plus là. Il n'a pas vraiment retenu si elle t'avait simplement transpercé, ou s'ils avaient du la retirer. Ce qui compte réellement ? C'est que t'en sorte indemne. Alors, il s'est dirigé dans la chambre en courant. Ouvrant la porte, il t'a trouvé endormi. Voulant à tout prit attendre que tu te réveille pour être sur que tout va bien, il s'est assit. Et a attendu. Pas si longtemps que ça. Après tout, tout le monde sait que Layla Moore est une battante. Ce qui l'inquiète le plus ? Ton coeur. Parce qu'il ne sait pas comment ton corps va réagir face à ce qu'il s'est passé ce matin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Don't let me down {Layla/Tobias}   Mar 22 Nov - 20:31



Tu ne te souviens pas de grand-chose. Tu te souviens d’être à terre. Entre le conscient et l’inconscient. D’entendre une voix. Sûrement celle de Tobias. Pourquoi il fait ça ? Pourquoi il veut une fois de plus jouer les héros ? Tu n’as pas le temps de penser à une réponse plausible.  T’entend déjà les pompiers et la police arrivé. Puis des échanges de coup de feu. Dans le fond, c’est peut-être mieux que le reste de cette histoire soit floue dans ta tête. Péniblement, t’ouvres les yeux. T’es sur un lit. Le genre de matelas que tu connais que trop bien. Tu regardes autour de toi. Les murs blancs. L’odeur de médicaments. Un frisson te parcoure. T’aimes pas les h^^hôpitaux. Bien que t’y sois une habituée, c’est le genre d’endroit qui t’effraie toujours. Cette sensation de mort bien trop présente. Puis tu cherches la table de chevet pour attraper ton téléphone. Malheureusement, elle n’est pas du côté de ton bras valide. Mais tu vois un fauteuil dans le coin de la pièce et Tobias. Tu soupires assez bruyamment pour qu’il entende que t’es réveillé et que tu n’as clairement pas envie de le voir. Ca faisait longtemps que tu ne t’étais pas retrouvé aussi proche. Que ce soit au Starbuck ou ici. Et ça t’effraie. Mais tu le détestes et c’est pour ça que sur ton glacial, tu lui balances :

]« Je croyais que c’était que la famille et les amis qui pouvait venir ? » Tu marques une brève pause. Juste le temps de reprendre ton souffle. Il n’a pas le temps de répondre : « Et jusqu’à preuve du contraire tu n’es ni de la famille, ni un ami. Alors tu veux quoi, encore ? » Avec ton bras valide, t’essaie d’attraper ton téléphone. Tu le fais glisser sur le table de chevet mais il finit par tomber : ]« Et merde ! »

Tu reposes ton regard sur Tobias. Un regard noir. Glacial. Si t’avais des snipers à la place des yeux, il serait déjà mort sur place. C’est à ce moment-là que le médecin décide d’entrer dans la chambre. Il ne manquait plus que ça. Il allait sûrement poser un tas de question comme dans les films et tu n’avais clairement pas envie. Tu lèves les yeux au ciel, tandis que lui est souriant. « Bonjour Mademoiselle, vous allez bien ? Tu hoches la tête. Tu n’as pas envie de lui parler. « L’opération c’est bien déroulé. On vous a enlevé la balle qui était dans votre épaule. On va vous garder en observation jusqu’à demain matin. Cependant, il faudrait que vous nous disiez si vous avez des maladies ou des problèmes cardiaques, respiratoires ou autre ? C’est important pour l’antidouleur qu’on va vous administrer. » Il te regarde. Il a l’air tellement gentil que ça en serait presque exaspérant. Tu réponds simplement : « Non, rien à signaler. »

A ce moment-là, tu regardes Tobias avec ce regard qui signifie beaucoup. Ce genre de regard qui veut dire « ferme ta gueule ! ». Ce genre de regard qu’il connait bien. « je vous laisse donc tranquille, je repasserais en fin d’après-midi. » Tu lui fais un sourire tellement hypocrite que ça en serait presque vexant. Tu penses échapper à l’intervention de Tobias. T’espères vraiment qu’il va la fermer et pas perdre une nouvelle occasion de se taire. Tu n’as pas envie d’être envoyé dans un IRM ou une connerie comme ça pour qu’il analyse réellement ton problème cardiaque. Ca faisait des années que tu vivais avec ça, tu pourrais continuer encore et encore. Un jour ton cœur lâchera et ce sera comme ça. On finit tous par partir un jour de toute façon, non ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Don't let me down {Layla/Tobias}   Mer 23 Nov - 12:51


DON'T LET ME DOWN

Layla M. & Tobias W.

Ramasser le téléphone de la belle, tombé à terre dans un mouvement désespéré. Ce fut si logique pour lui, qu'il n'y fit même pas attention. Ses pensées étant bien trop concentrées sur les propos que tu viens de dire : Tu n'es ni de la famille, ni un ami. Alors tu veux quoi, encore ? Tobias ne le sait que trop bien, et pourtant. Pourquoi est-ce que cela lui fait-il si mal, d'entendre ces propos, sortir de sa bouche ? Pourquoi la vérité est-elle si difficile à entendre ? Et le pire dans tout ça, c'est qu'il sait que ton comportement n'est que le reflet de ce qu'il t'a fait endurer. Alors, il préfère ne rien répondre. A l'entrée du médecin dans la petite pièce, il a déposé le téléphone sur le lit, à quelques centimètres de ta main. Le médecin ne fait pas attention à lui, c'est un de ceux qui le connaissent déjà.

- « [...] Cependant, il faudrait que vous nous disiez si vous avez des maladies ou des problèmes cardiaques, respiratoires ou autre ? C’est important pour l’antidouleur qu’on va vous administrer. » demande-t-il d'une voix ferme, prouvant bien qu'il s'attend à une réponse honnête.
- « Non, rien à signaler. »

A ce moment précis, les yeux de Tobias sont devenus plus grands, plus larges. Limite, exorbités. Et il les pose sur toi, dans un regard de stupéfaction, mélangé à de l'incompréhension. Le jeune policier regarde alors le médecin partir, et lui reste bouche bée. Il remarque seulement maintenant, que tu continues à mentir sur ton état de santé. Et, à ce moment précis, il ressent une pointe de douleur dans son coeur. Comme si quelqu'un s'était amusé à y enfoncer lentement, une aiguille si longe et pointue, qu'elle ne l'a fait souffrir qu'en arrivant au fond de son âme.

- « T'as toujours pas mesuré les risques, hein ? » dit-il avec une vois plus brusque, et plus roque, qu'il n'avait pas utilisé face à ton depuis bien longtemps.

Tobias s'est mit à froncer les sourcils, et il voit bien dans ton regard que tu espérais qu'il n'ouvre pas la bouche. Mais, quiconque connait Tobias Whitemort, sait qu'il ne rigole pas avec la mort. Et c'est ce qu'il risque de t'arriver, si les calmants qui te sont prescrits ne sont pas en accords avec ta maladie. Alors, le jeune homme n'attend pas une seconde de plus, et quitte cette petite chambre. Sa main, toujours posée sur le cadre de la porte, il rappel le docteur -qui n'est qu'à quelques mètres dans le couloir. Celui-ci se rapproche, et arrive dans le carde de la porte.

- « Finalement... » commence alors Tobias, sans même te lancer un nouveau regard. « Elle doit être chamboulée par tout ça, parce qu'elle a bel et bien une maladie cardiaque... »
- « Ca aurait pu être très dangereux, en effet ! » Signale le médecin, entrant une nouvelle fois dans la pièce. Il te regarde avec des yeux assez sombres, puis se remet à sourire pour montrer que tout va bien. Que la situation aurait pu être plus grave. « Nous allons donc vous faire de nouveaux examens, pour vous donner les antidouleurs adéquats. Heureusement pour vous, Mlle Moore, que vous avez quelqu'un comme le Sergent Whitemort pour s'occuper de vous. »

Tobias, lui, est resté prêt de la porte. Les bras croisés sur son torse, son regard posé sur vous. Il sait bien qu'il va s'en prendre plein la tête -les regards que tu lui lances en sont la preuve. Mais, ce n'est pas le plus important pour lui. Toby a très bien réussi à vivre, en sachant que tu le détestais pour ses tromperies. Il ne pourra que vivre encore mieux, si tu le hais parce qu'il a fait les choses correctement. Pendant quelques minutes, le docteur t'a décrit les quelques examens que tu allais devoir passer. Certain nouveaux, d'autres que tu as déjà passé lorsque vous étiez encore ensemble. Se retrouver ici, dans un hôpital, à tes côtés, lui rappel tellement de choses. C'est comme ouvrir un livre, à la page où l'on s'était arrêté la dernière fois. Comme reprendre une lecture difficile, et pourtant si importante. Reprendre le cours d'une vie, si chère à ses yeux. En plein dans ses pensées, il percute que le médecin s'adresse à lui, lorsque ce dernier répète une deuxième fois sa phrase.

- « Sergent Whitemort ? » En voyant qu'enfin, il capte une réaction de la part du jeune homme, il fronce légèrement les sourcils et repose une dernière fois sa question. « Vous êtes blessé ? »

Tobias fronce lui aussi, les sourcils. Puis, il baisse son regard sur les tâches de sang, qu'il a su son tee-shirt et sa veste American Apparel. Il se met à sourire, se détendant un peu en remarquant que ce n'est pas le sien. D'un signe de la tête, il répond négativement au médecin. Décroisant les bras, il se rapproche un peu du médecin, et de ton lit par la même occasion.

- « Non, c'est le sien... »
- « Bien, me voilà rassuré... On a pas besoin d'un autre membre de la Police à l'hôpital, n'est-ce pas ? »Le médecin sourit, et Tobias lui rend. Puis, il sort de la pièce, prêt à indiquer les marches à suivre aux infirmières.
Revenir en haut Aller en bas
 

Don't let me down {Layla/Tobias}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» père Tobias
» Mais c'est qui Père Tobias en fait ?
» Maryse Vs Layla Vs Vickie Vs Velvet Vs Ashley
» S. Noam Wernik-Pacchioni — Tobias Sorensen
» Layla & Michelle McCool Vs Maryse & Velvet Sky

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Call 911 Now ! :: Chicago :: A l'Est, le coeur de Chicago :: Starbucks-