AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quinn Stevenson - That's my life ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: Quinn Stevenson - That's my life ♫   Jeu 10 Nov - 17:37


   
   
Quinn Stevenson - anciennement Kennedy

   Δ Infos essentielles
   
∴ Nom : Stevenson depuis quelques mois ∴ Prénom(s) : Quinn... Roberta, ouais je sais...∴ Âge : 16 ans, bientôt 17 ∴ Date de Naissance : 15 décembre 1999 ∴ Lieu de Naissance : Blacksburg, Virginie, Etats-Unis ∴ statut civil : Célibataire ∴ statut familial : Fille unique, orpheline de père, s'est trouvé une vraie famille avec Luka ∴ Métier : Lycéenne et apprentie photographe∴ Grade et poste : / ∴ Groupe : Chicagoan
   


   Δ La routine
   
- Quand j'étais môme tout le monde disait que j'étais un vrai rayon de soleil. Toujours à sourire, à poser des questions, à être curieuse de tout. Autant dire qu'avec la mort de mon père, ça s'est un peu gâté mais j'ai tenu le coup quand même. Et je suis toujours aussi curieuse, même 11 ans après. Je souris un peu moins même si, depuis quelques mois, ça commence à revenir.

- Après… mon beau-père a dit que j'étais une ingrate, que j'étais stupide, incapable de retenir quoi que ce soit… je saurais pas trop dire si c'est le cas ou pas. Enfin, je suis pas stupide, il parait même que je suis une tête. J'ai juste un peu de mal avec les trucs un peu trop… pragmatiques. En fait, plus c'est simple et moins j'y arrive. Oui, je sais, c'est bizarre.

- J'ai aussi un peu tendance à raconter des cracks… j'ai pris l'habitude pour justifier les bleus que j'avais toujours, pour éviter que maman ait des ennuis. Ou que moi j'en ai encore plus une fois à la maison. Et cette habitude est restée. Surtout que bon, on a des faux papiers et tout pour éviter qu'on nous retrouve. Donc c'est un peu devenu comme une seconde nature au final.

- Je suis pas du genre à m'énerver facilement mais je peux être hyper maladroite quand je suis sur les nerfs. Luka dit que j'ai deux mains gauches mais ça pourrait être pire. Juste je casse souvent des trucs quoi. Bon, tout le temps. Ok. Et je râle. Pas souvent, en fait je dois même le faire qu'avec lui mais ça m'arrive. D'ailleurs, il faut que je sois honnête, je peux être une sacré peste quand je croise une de ses copines. Pour pas dire des trucs un peu plus vulgaires. Faut dire que je déteste quand on dit des gros mots. Faut dire que j'ai pris assez de coups quand je parlais pas correctement alors, forcément, une gosse de 16 ans qui parle de façon un peu guindée, des fois, ça fait un peu tâche. Mais bon, je suis pas hyper sociable donc les gens font pas spécialement attention. Et j'essaie d'apprendre. A dire des gros mots. Je vous garantis que c'est pas facile.

- Je suis un peu jalouse aussi. Bon, énormément. Enfin uniquement quand ça le concerne lui. Je devrais pas, je sais, mais j'ai du mal à m'en empêcher. Et je suis rancunière. Très. Et non, je me soigne pas.

- J'ai peur d'un tas de trucs aussi, je pense que c'est important d'en parler. Alors déjà, j'ai peur du noir. Mais vraiment. Les seules fois où j'ai réussi à dormir dans le noir complet c'est parce que Luka était là. Sinon c'est cuit. Je fais des vraies crises de panique à cause de ça des fois. Mais ça va mieux depuis qu'il m'a offert une veilleuse. Une espèce de licorne qui sert de peluche un peu. Et puis bon, nos stores étant tout pourris, il fait jamais vraiment nuit dans l'appart. C'est cool.

J'aime pas être enfermée non plus. Mais ça va, je gère quand ça m'arrive. Juste que ça me rend un peu nerveuse. J'aime bien pouvoir m'échapper si besoin en fait. C'est tout bête, je saurais même pas où aller toute seule en fait.

J'ai peur des inconnus. Surtout si ce sont des flics. J'ai pas confiance en eux en fait. Personne n'écoute les enfants mais eux, par contre, on les croit les yeux fermés. En fait, j'ai peur tout le temps. Qu'on frappe à la porte et qu'on me ramène chez ma mère. Et chez lui. Je me suis fait un petit calendrier, avec les jours qu'il me reste avant mes 18 ans. Autant dire que tous les jours, j'arrache la page avec une satisfaction qui n'arrive pas à la hauteur de la frustration de voir que ça baisse aussi doucement. Quand ce jour arrivera, il pourra plus me faire de mal. Même si Luka a promis qu'il me toucherait plus jamais, j'ai peur. Et ça me noue le ventre à longueur de journée.

- Sinon je suis un peu… maniaque. J'aime pas quand les trucs trainent. Déjà que notre appart, c'est pas un quatre étoiles, j'essaie de le tenir aussi propre que possible. C'est pas gagné avec celui qui vit avec moi mais je vais pas lui en vouloir pour ça si ? Donc je range tout le temps derrière lui. Et je râle. Un peu.

- Dans le genre trucs un peu louches… j'ai une espèce de mutisme sélectif. Je sais même pas si le terme existe vraiment, si c'est une maladie scientifiquement prouvée et tout mais dans le fond c'est pas vraiment important. En gros, quand je suis vraiment mais alors vraiment pas bien, j'arrive plus à parler. C'est même pas volontaire en fait. Juste, je peux pas. Ca dure cinq minutes ou trois mois, ça dépend du degré de contrariété. Et je vous garantis que c'est pas simple à gérer, pour moi comme pour les autres. Enfin, surtout Luka quoi.

- Je me ronge les ongles aussi. J'essaie d'arrêter vu que je les ronge jusqu'au sang et ça fait un peu désordre. Et je trouve des trucs pour me calmer. Genre écouter de la musique, regarder la télé avec mes pieds appuyés sur la cuisse de Luka… des trucs cools quoi. Et je lis beaucoup. Je dévore tout ce qui me tombe sous la main mais, depuis quelques mois, je me suis prise de passion pour tout ce qui a trait à la biologie.

- Y a un truc que j'adore aussi, c'est me balader dans les rues de la ville. Et prendre des photos. C'est le truc le plus cool que j'ai fait depuis mon arrivée et je m'en lasse pas. Je peux passer des heures à errer dans les rues, qu'il fasse beau, qu'il pleuve, je m'en moque. D'ailleurs Grant Park sent tellement bon juste après une averse, c'est un truc de fou. Et c'est encore mieux quand il est là. Et qu'on finit par aller manger une glace ou des marrons ou je sais pas quoi. Là, c'est juste la journée parfaite.

- Et la photo… ça c'est plus compliqué. C'est mon père qui m'a filé la passion de la photo et l'autre a réussi à ne pas tout détruire. Ou alors il était trop stupide pour se rendre compte de ce que je faisais mais en tout cas, j'ai continué malgré tout et surtout, malgré lui. Luka trouvait de l'argent je sais pas où pour développer mes pellicules mais, après son départ, j'ai arrêté. Je m'y remets, doucement. Mais c'est difficile. Pour l'école c'est facile, c'est comme des devoirs. Mais en dehors, c'est autre chose. Et j'ai pas encore osé lui en parler.

   


   Δ Derrière l'écran
   
∴ Pseudo : Quinn ! ∴ Âge : =====/o/ ∴ double compte ?   Nope !∴ Scénario ou inventé  : Inventé∴ disponibilité : 4/7∴ Avatar : Georgie Henley
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Quinn Stevenson - That's my life ♫   Jeu 10 Nov - 17:37


   

"Papa ? Tu fais quoi ?"

Je bats des cils alors que je le regarde. Il est tellement grand que je dois tendre le cou pour le voir en entier. Mais je lui souris de toutes mes dents, pas beaucoup donc. Et il fait pareil. J'aime bien quand il me sourit.

"Je te prends en photo mon amour. Regarde, on appuie là et après, on va dans la pièce noire que je t'ai montrée pour la développer."

"Dans le garaze où maman elle dit que je dois pas aller parce que je suis trop petite et que je vais tout casser ? Je peux faire une floto moi aussi ?"

"Je peux t'apprendre oui ma douce. Mais on dit photo…"

Je fronce les sourcils alors qu'il s'agenouille à coté de moi et me met l'appareil entre les mais. Je suis ravie alors que je le touche avec précaution. Il est un peu gros pour moi quand même.

"Flo… photo !"

Il lâche un rire et me serre contre lui. J'ai quatre ans et jamais je n'oublierais ce rire même si, aujourd'hui, j'ai du mal à me rappeler de son visage. Mais son odeur, la force de ses bras quand j'étais tout contre lui et qu'il me montrait comment utiliser son vieil appareil photo, ça, personne ne pourra me l'enlever.

C'est à ça que je pense devant ce trou béant. Maman m'a acheté une robe noire et une barrette noire à mettre dans mes cheveux. Pour que je sois jolie pour dire au-revoir à papa. Une leucémie qu'elle a dit. Je m'en fiche de qui a fait ça mais on me l'a juste enlevé pour toujours. Et il est dans cette boite. Alors qu'il déteste être enfermé. Et je veux pas qu'on le jette dans ce gros trou. Il pourra plus jamais nous emmener nous promener pour prendre les écureuils et maman qui rit en photo. Mais de toute façon, elle ne rit plus. Plus jamais. Je me rends compte que j'arrive plus à respirer et de gros sanglots me secouent alors que j'enfouis mon visage dans la jupe de maman. Il n'y a plus que nous deux maintenant. Et la pile de dettes laissées par le traitement de papa mais ça, je ne le saurais que des années plus tard, quand je comprendrais pourquoi elle doit avoir trois boulots différents pour que j'ai de quoi manger. Mais elle me ramène tout le temps des jolies barrettes. De toutes les couleurs. C'est trop joli.

*****

"Dis tu sais TOUT réparer alors ? Parce que mon nounours, il a un trou dans son ventre. J'ai pas fait exprès hein, je voulais l'opérer et j'ai pas réussi à refermer parce que maman elle veut pas que je joue avec des aiguilles. Elle dit que c'est trop pointu et que je vais me faire mal."

Dès que je le croise, je le suis en trainant mon petit chariot plein de bric-à-brac. Après la mort de mon père, j'ai pas parlé pendant trois mois. Maman m'a emmené voir plein de médecins qui lui ont dit d'attendre, qu'un jour ça me passerait. Mutisme sélectif ou un truc du genre. J'ai fini par reparler, c'était mieux pour me faire comprendre quand même. Mais pas trop.

Jusqu'à l'arrivé de Luka dans la famille d'à coté. C'est une famille d'accueil. Claire elle est trop sympa, elle me fait souvent des gâteaux et elle me surveille quand maman travaille tard. Ce qui arrive tout le temps en fait. J'ai l'impression de passer plus de temps chez elle que chez moi. Mais je peux poser plein de questions à Luka et ça, c'est chouette. Bon, il répond pas toujours et des fois il m'ignore même complètement. Mais je m'en fiche, ça m'empêche pas de continuer à lui demander des trucs.

Faut dire qu'il est super fort, il a réparé mon vélo. Et mon nounours après. Peut-être qu'il arriverait à réparer le cœur de maman si je lui demande. Il sait tout faire.

*****

"Quinn ? C'est ton nouveau papa. Tu lui dis bonjour ?"

Je plisse des yeux, hésitante. Il a un gentil sourire mais quelque chose dans ses yeux ne me plait pas, sans que j'arrive à dire pourquoi. Pourtant il a une voix super douce et il est génial avec maman. Elle est plus obligée de travailler, il s'occupe de tout qu'il a dit. Parce que bon, c'est un policier et les policiers, ça veille sur les gens non ?

Il a pas menti. Même quand il a dit qu'il allait s'occuper mon éducation. Une vraie petite sauvageonne sans cadre, voilà ce que je suis. Pire qu'un animal sauvage et qui ne comprend rien aux explications les plus simples. Alors, si me parler ne suffit pas, il faut me recadrer autrement. Au début, j'ai cru que ça irait mieux si je faisais ce qu'il disait. Les claques s'arrêteraient, les coups cesseraient de pleuvoir à chaque fois que je fais un truc de travers.

Mais après il a commencé à utiliser sa ceinture. Et maman voyait rien. Enfin, j'essaie de m'en persuader aujourd'hui mais elle pouvait pas ignorer les bleus. Mais personne n'a jamais rien dit. Enfin si, la maitresse d'école a appelé les flics plusieurs fois et j'ai fini dans un sale état après leur visite. Sale petite gosse maladroite qui passe son temps à tomber et qui essaie de faire porter le chapeau à son adorable beau-père qui sacrifie tout pour elle.

En fait, je suis une petite ingrate. Alors j'ai dit à la maitresse d'arrêter, que ça servait à rien. Je me rappelle qu'elle a pleuré et qu'elle m'a serrée dans ses bras. Mais elle les a plus jamais appelés.

Luka… je compte plus le nombre de fois où je vais me réfugier dans sa chambre à la nuit tombée. Il soigne mes bleus, il sèche mes larmes mais il peut rien faire non plus. Personne n'y peut rien de toute façon et puis, c'est que ça doit être de ma faute si ça continue non ?

Six ans. Ca a duré six ans. Un cauchemar qui a fini par devenir plus présent que tout autre réalité que j'avais pu connaitre. Il cogne fort,  en m'expliquant que c'est pour que je n'oublie pas la leçon. Quelle leçon ? Je ne sais plus à force. De toute façon, j'ai l'impression de tout oublier. Je ne sais même plus comment on sourit, sauf avec Luka.

*****

Il est parti.

Je suis roulée en boule dans mon lit et je pleure comme j'ai encore jamais pleuré de ma vie. Je sais pas ce qui s'est passé exactement mais mon beau-père est à l'hôpital et Luka a disparu. Il m'a même pas dit au revoir. Il m'a abandonnée. Alors que j'avais besoin de lui. J'arrive même pas à faire le lien avec l'état de mon beau-père, je me focalise juste sur le fait que lui n'est plus là. En fait, il attendait juste d'avoir son diplôme pour partir, j'aurais du le savoir. Comme s'il allait rester pour moi.

Je suis toute seule.

Je vais passer tout l'été sans prononcer un mot. Mon beau-père, qui finit par revenir quelques jours plus tard à la maison, ne va bien évidemment pas aimer et ce sera mon premier séjour à l'hôpital. Quelle sacré chute dans les escaliers tout de même. Pauvre petite.

Je finis par reparler mais le minimum syndical. Pour éviter de prendre des coups supplémentaires. Rien de plus. Mes rares amis finissent par s'éloigner, lassés de mon mutisme et je me réfugie dans tous les livres qui me tombent sous la main. Eux au moins ne m'abandonneront pas. Je ne touche même plus à mon appareil photo. A quoi bon de toute façon ? Je ne fais jamais rien de bien et il n'est plus là pour trouver comment les développer et pour me dire qu'elles sont jolies comme tout. Et pour se moquer quand elles sont floues en m'ébouriffant les cheveux.

Et plus jamais je ne vais verser une larme. Voilà.

*****

"Chut Quinn. Pas un bruit. C'est moi ok ?"

J'ai les yeux écarquillés alors qu'il a sa main plaquée contre ma bouche. Il fait nuit et il vient de me réveiller alors que je dormais profondément. Qu'est ce qu'il fiche ici ? Je le fixe alors qu'il me relâche, les yeux plissés et le regard qui commence à s'embuer de larmes. J'ai envie de lui crier dessus, de le taper, de… je sais pas trop en fait. Mais je peux pas. Avec mon bras plâtré et les ecchymoses que j'ai sur le cou, j'ai déjà du mal à respirer. Faut dire que "papa" a été de sacrément mauvaise humeur quand je lui ai balancé qu'il était pas mon père et qu'il pouvait se mettre ses brocolis là où il pourrait pas les digérer. Je sais même pas pourquoi j'ai dis ça. D'habitude, je me tais, je baisse les yeux et je le laisse râler en espérant que ça lui passera avant que ça ne me tombe dessus physiquement parlant. Mais là, je sais pas, un truc dans sa façon de me regarder qui m'a déplu. Ou plutôt, qui m'a fait peur. Vraiment. C'était pas comme d'habitude et mon instinct ne m'a pas détrompée quand il a soufflé contre mon oreille que peut-être si j'apprenais à être docile et vu que je devenais jolie, il pourrait s'occuper de moi autrement. Alors, j'ai dit le premier truc qui me passait par la tête pour qu'il redevienne aussi furieux que d'habitude. Je préfère encore les coups à… ça, à ce qui lui est passé par la tête.

J'ai un mouvement de recul quand Luka me regarde, plaquant mes couvertures contre moi. Ce sont mes bleus qu'il regarde, faut pas être débile pour le comprendre. Et j'en ai tellement que je ne suis pas sortie depuis mon retour de l'hôpital.

"Il a continué…"

Je hoche la tête, incapable de dire quoi que ce soit et je finis par poser mon front contre son épaule pour retenir les sanglots qui viennent. Je me suis pourtant juré d'arrêter de pleurer le jour où il est parti. Mais là j'y arrive pas. Il faut dire que ça fait deux ans que je me retiens, ça commence à faire un sacré bout de temps. J'inspire longuement et je cille pour retrouver un semblant de contrôle alors qu'il chuchote, d'un ton assuré.

"On s'en va Quinn. Loin d'ici. Donne-moi tout ce que tu peux maintenant et je te récupère demain à la sortie de l'école."

"Pourquoi ?"

Drôle de question. Alors qu'en fait, je voudrais plutôt savoir pourquoi maintenant et pas il y a deux ans. Quel intérêt de me sortir de là, je n'en vaux pas la peine en fait. Je devrais peut-être lui dire, avant qu'il s'en rende compte trop tard.

"T'occupe. Allez, dépêche-toi."

Au lieu de parler, je hoche la tête et je réunis tout ce qui est important pour moi dans cette pièce. Au final, y a pas grand-chose mais je glisse avec précaution l'appareil photo de papa et ses livres préférés au milieu de quelques peluches et de mes rares trucs un peu précieux. Quelques bijoux, des belles fringues. Rien de bien transcendants et tout rentre dans mes deux valises miteuses. Je me fige avant de poser un index sur mes lèvres et de filer dans le salon. Je connais sa cachette et j'y récupère des poignets de billets que je ramène à Luka, la lèvres inférieure tremblotante.

"Tu vas pas me laisser encore hein ?"

Parce que là, avec ce que je viens de faire, je vais finir massacrée s'il me laisse ici.

"Plus jamais."

Et je le crois. Je sais pas pourquoi, je devrais pas, j'ai dit que je devais faire confiance à personne. Et pourtant le lendemain, il est là, adossé à une voiture, à m'attendre avec un sourire. Mais c'est pas la super voiture qu'il avait avant. Celle-là, elle est toute pourrie. Quand je lui pose la question, il se contente de sourire et de m'ouvrir la portière. Pour nous emmener au bout du monde en m'affirmant que plus personne ne poserait jamais la main sur moi.

A Chicago.

Le trajet a duré deux jours. Où j'ai pas prononcé un mot. J'arrive pas à croire qu'il m'emmène vraiment loin de tout ça. Il m'a pourtant expliqué les choses et tout, qu'on changerait d'identité pour pas qu'il nous retrouve, qu'il avait tout prévu, ce genre de trucs. Moi je suis juste en train de me répéter qu'il est revenu. Pour moi. Qu'il m'a pas abandonnée. Et je trouve pas les mots pour le remercier. Je les ai toujours pas trouvés six mois plus tard d'ailleurs. Parce qu'une part de moi, stupide, continue de lui en vouloir d'être parti la première fois et de m'avoir laissée vivre ce cauchemar deux ans de plus. Je sais plus quoi penser. Alors je fais ce que je sais faire de mieux. Je continue de ne rien dire. Pendant trois semaines.

Jusqu'à ce qu'il m'emmène au lac. Et que je finisse la journée les larmes aux yeux à force d'avoir ri. Je me rappelais même pas quel effet ça faisait en fait. Quand je vous le disais qu'il savait tout réparer… Même moi il y arrive.

*****

Je mange mes céréales, louchant sur la boite alors que j'essaie de deviner le rébus de ce fichu renard. C'est tellement simple que j'arrive jamais à trouver, un truc de dingues ça. Enfin, d'après la psychologue qui nous a reçus à l'école c'est normal. Ce flip ce jour-là, quand j'ai vu Luka devant le bureau du proviseur. J'ai cru qu'un des messages envoyés par le bahut avait fini par filtrer, que je les avais pas tous interceptés et qu'il était au courant. Si c'était le cas, il allait me massacrer. A cette pensée, je me suis contractée avant de me rappeler que lui me ferait jamais de mal. Jamais. Il a promis. J'ai quand même pas fait ma fière quand je l'ai rejoint et j'ai gardé le silence quand on s'est installés dans le bureau. J'ai même pas eu le temps de me demander ce que la psy faisait là quand elle a pris la parole.

"Merci d'être venu Monsieur Stevenson. Nous effectuons des tests d'aptitude sur chaque nouvel élève, pour savoir quels cours sont les plus appropriés à son niveau. Il s'avère que votre soeur a des capacités intellectuelles pour le moins… impressionnantes."

Je lève un œil, brusquement intéressée. Sans blague ? Je vois Luka sourire, comme si ça ne faisait que confirmer un truc qu'il savait déjà. Et la voilà qui se remet à causer, à lui parler de classes particulières, de cours supplémentaires, de tout ce qu'il faut pour mettre toutes les chances de mon coté. Et elle lui raconte que ça explique certaines de mes failles. Comme mon incapacité à suivre les directives les plus simples ou mon inattention chronique. En fait, je m'ennuie. Je grimace à l'idée du prix que ça va coûter, rien qu'avec les nouveaux bouquins. Mais lui, il a juste le regard qui brille en me regardant. Et en acceptant tout ce qu'elle propose. Sérieusement ? Le pire c'est que, dans le fond, je suis ravie. Je vais pouvoir le rendre fier de moi. Et arrêter de sécher les cours si ça devient intéressant.

C'était il y a trois jours et j'y songe alors que je vais bientôt jeter ce fichu de paquet de céréales par la fenêtre parce que je ne comprends rien. C'est à ce moment-là qu'une fille débarque dans notre cuisine. Elle est jolie, vraiment, et affreusement gênée maintenant qu'elle me voit et qu'elle se rend compte que des vêtements n'auraient rien de superflu. Je lève à peine un œil vers elle, ignorant l'agacement que sa présence provoque. Je savais qu'elle était là, faut dire que les murs sont fins dans cet appart et qu'elle est pas particulièrement discrète.

"Luka est sous la douche. T'as qu'à le rejoindre, elles font toutes ça. Mais grouillez-vous de baiser, je dois aller me préparer pour le lycée et je sais qu'il a tendance à prendre son temps. Et si tu peux éviter de crier comme hier soir, les voisins vont finir par gueuler."

Elle cille et son sourire gêné disparait alors qu'elle se précipite en gueulant dans la salle de bains. J'esquisse un sourire satisfait alors que je comprends enfin ce fichu rébus et que ça gueule de plus en plus fort. Jusqu'à ce que la porte d'entrée finisse par claquer. Et Luka arrive, avec une simple serviette de bain et les cheveux dégoulinants. C'est moi ou mon cœur a un raté en le voyant débarquer comme ça ? Mais oui, carrément que si. C'est pas permis d'être aussi sexy, moi je vous le dis.

"Tu fais chier Quinn. Vraiment. Tu comptes vraiment toutes les faire fuir ?"

J'ai un haussement d'épaules innocent et je me contente de répondre, d'un ton aussi neutre que possible.

"Elle avait l'air encore plus stupide que les autres. T'as rien loupé. Oh et t'es en train d'inonder la cuisine. Et moi je vais être en retard pour le bus."

J'attrape mes livres et je mets sur la pointe des pieds pour l'embrasser sur la joue, avant de filer sans demander mon reste.

*****

Je suis assise sur le rebord du lit et je cherche mes habits éparpillés un peu partout dans la pièce. J'ai un bref regard en direction de Billy, mon binôme de sciences avec qui je m'entends super bien. Et avec qui je suis amie. Enfin, je croyais. Parce que là, il me dévore des yeux, visiblement ravi de ce qu'il voit alors que moi, j'ai juste envie de m'enfuir. Sauf que je suis dans ma chambre j'ai oublié ce détail.

"C'était vraiment super Quinn. On remet ça quand tu veux hein et euh… on pourrait peut-être… je sais pas… sortir vraiment ensemble ? Je veux dire, c'était encore mieux que les fois d'avant et euh…"

Je suis en train d'enfiler ma culotte et j'arque un sourcil en le regardant. Super ? J'aurais pas dit ça comme ça moi. C'est le premier garçon avec qui je fais ce genre de trucs et autant le dire tout de suite, j'aimerais bien savoir ce qui arrive à faire crier les filles que Luka ramène dans sa chambre. Parce que bon, c'est sympa mais de là à réagir comme ça. Je secoue la tête, le chassant de mon esprit et je souris. Il est déjà bien trop souvent dans ma tête pour que j'en rajoute une couche non ?

"Ouais c'était cool. T'es génial Billy et c'est pas que je veux pas de toi comme copain mais... c'est pas aussi simple...On peut continuer comme ça. Je veux dire, on est amis, c'est bien aussi non ? Et…"

La porte s'ouvre alors que je viens d'enfiler mon tee-shirt et je vois la tête de Luka dans l'embrasure. Il est figé devant la scène et j'ai beau croire que je le connais par cœur, cette expression-là je la connais pas du tout. Je sais pas s'il est fâché, déçu ou j'en sais rien mais d'un coup, je me sens pas super à l'aise. Et je bouge pas quand il regarde Billy en lui disant de se casser de là avant qu'il lui casse la gueule. Je serre mon jeans contre moi en me mordillant la lèvre et j'ai un sourire désolé à son attention quand il file.

Et le silence s'installe entre nous deux alors qu'il me regarde même pas. Je sens les larmes me monter aux yeux, sans même arriver à savoir pourquoi et je lâche, d'un ton hésitant.

"Luka je…"

Il me laisse même pas finir et lâche, d'un ton super sec.

"J'ai ramené de la pizza. Viens manger."

Et il sort de là.

Je soupire et je m'en vais, après un repas horriblement silencieux et horriblement long. Je vais retrouver ma copine Hannah au diner's du coin pour manger une glace. J'ai un peu d'argent maintenant que je donne des cours aux gosses de riches qui ne savent pas compter. Et Luka ne veut pas de mon argent, il dit qu'il en a pas besoin.

Hannah est adorable, comme toujours. Elle m'accueille sans rien me demander alors que vu ma tête, elle pourrait carrément. Mais faut dire qu'on s'est bien trouvées toutes les deux. Elle était du genre solitaire et toujours toute seule à la cantine. Alors je me suis installée à coté d'elle trois jours après mon arrivée. Et depuis on s'assoit à coté quand on est dans les mêmes cours, on se fait des petites virées l'après-midi. J'ai presque l'impression d'être normale fait. Ca fait bizarre. C'est elle qui m'a poussée à m'inscrire dans des clubs en me disant que ça jouera quand je demanderais une bourse d'études. J'ai grave du mal à le concevoir mais je l'ai suivie et je bosse pour le journal du lycée avec elle. Elle a réussi à me remettre un appareil photo dans les mains et j'adore ça. Je m'en sors pas trop mal je crois. En quelques mois à peine, je fais mieux que durant les 16 années qui ont précédé. C'est fou ça… A croire qu'il y a un lien avec le brun beau gosse chez qui je vis. Je réussis à me reconstruire… à me construire plutôt, même si tout n'est pas simple ou facile.

J'ai quand même souvent des crises surtout quand la journée a été chargée en émotion. Luka me retrouve souvent roulée en boule dans mon fauteuil, ma peluche serrée contre moi à essayer de ranger tout ce que j'ai vu, tout ce que j'ai assimilé dans la journée. C'est difficile et des fois, j'y arrive pas. Alors il s'installe à coté de moi et me serre dans ses bras en me donnant du chocolat. Ca passe. Mais y a encore un tas de trucs que je peux pas faire. Je suis incapable de faire les courses toute seule, j'ai encore peur quand je prends les transports en commun, ce genre de trucs qui peut paraitre normal pour tout le monde mais qui me parait insurmontable. Mais l'école, ça va mieux. De mieux en mieux. A mon grand étonnement. J'ai l'impression de trouver ma place et je sèche presque plus les cours.

Quand j'y réfléchis, cette histoire avec Billy c'est la dernière fois où Luka a mis les pieds dans ma chambre. C'était il y a trois semaines maintenant. Et depuis, je sais pas, j'ai l'impression qu'il est devenu super distant, qu'il y a un truc qui va pas. Qui va plus. Et c'est de ma faute non ? Alors j'essaie de trouver ce qui va pas, ça tourne en rond dans ma tête sans que je comprenne ce que j'ai pu faire de travers. Alors j'essaie d'oublier ce que je ressens pour lui. Et cette sensation qui me noue l'estomac à chaque fois que je le vois et qu'il ne soupçonne même pas. Il faut que j'arrête d'être un poids pour lui, qu'il puisse vivre enfin sa vie sans s'encombrer de moi. Mais j'en ai pas envie. J'arrive pas à concevoir mon existence sans lui.

Et je sais plus quoi penser.

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jonathan Standford
DOCTOR
Messages : 303
Date d'inscription : 25/08/2014
Job : Psychiatre, psycho-thérapeute, chef du service psychiatrique
Côté coeur : marié

Pseudo : missxchaotic
Avatar : Tom Hiddleston
Multicomptes : Jake Botwin , Jay MacFergus
Copyright : Schizophrenic (avatar)


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quinn Stevenson - That's my life ♫   Jeu 10 Nov - 19:52

Bienvenue parmi nous. Je sais que ta fiche est terminée , et nous la lirons dès que possible ^^

_________________

   


When dread leaves, the heart screams for the happiness it is given, time heals, love seals , life moves.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elias A. Standford
AVOCADOS
Messages : 216
Date d'inscription : 01/04/2016
Job : procureur de Chicago.
Côté coeur : officieusement officiellement marié à Jonathan Coyle.

Pseudo : buckaroo.
Avatar : Robert Downey Jr.
Copyright : buckaroo. (avatar & signature)


Voir le profil de l'utilisateur http://cptstarkasm.tumblr.com/

MessageSujet: Re: Quinn Stevenson - That's my life ♫   Jeu 10 Nov - 20:24

OMG GEORGIE ! :cute3:
Excellent choix d'avatar, je suis fan.

Bienvenue autrement et bonne chance pour la validation ! dance
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Georgia MacFergus
POLICE
Messages : 210
Date d'inscription : 02/07/2016
Job : Inspecteur de Police
Côté coeur : C'est compliqué

Pseudo : Captain Freebird
Avatar : Jennifer Morrison
Multicomptes : Leith J. Murphy (médecin urgentiste) & Eibhleann O'Flaherty (ambulancière)
Copyright : Captain Freebird et lumadreamland@tumblr


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quinn Stevenson - That's my life ♫   Ven 11 Nov - 11:04



Felicitations !

Δ Tu es validé
Bienvenue dans le club très prisé des membres validés du forum. A présent que tu es validé(e), voici un petit guide des liens utiles pour démarrer ton aventure sur Call 911 Now! 

Wink Je me suis totalement laissée transporter par ta fiche, elle était vraiment très agréable à lire malgré toutes les choses difficiles et horribles qu'a vécu ton personnage. Merci pour ce petit moment. J'ai hâte d'en lire davantage en RP. hihi

   Comme tu es un animal social, tu ne peux pas survivre sans avoir des relations diverses et variées avec les autres joueurs. Rendez-vous ici.
  Et comme nous voulons te suivre dans tes exploits, n'hésite pas à te créer un petit journal de tes aventures ?
  Besoin d'un logement ou d'un lieu particulier à Chicago ? Je t'invite à déposer une requête.

  Enfin, je t'invite régulièrement à venir faire un tour du côté du bocal de Maurice pour jouer et papoter de tout et de rien et à voter pour le forum pour que nous soyons encore plus nombreux à jouer ensemble.
 
écrire ici si on veut pas de la police

Revenir en haut Aller en bas
 

Quinn Stevenson - That's my life ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 01. [Villa de Quinn Fabray] I'll be there for you [CLOS]
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Call 911 Now ! :: Fiches de présentation-