AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Coups et blessures - LEITH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Livia I. Preston
CHICAGOANS
Messages : 93
Date d'inscription : 07/04/2016
Job : Ancien agent sous couverture reconverti en fleuriste.
Côté coeur : Évitons d'en parler, merci.
Pseudo : Clumsy
Avatar : Scarlett Johansson
Copyright : schizophrenic


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Coups et blessures - LEITH   Jeu 26 Mai - 0:39





Livia & Leith
Coups et blessures

« Comment ça j’ai plus d’œufs ? Mais… » comptant sur ses doigts, Livia dut se rendre à l’évidence. Elle avait bel et bien descendu une boîte de douze en quatre jours. A elle seule. C’était à peu près la seule chose qu’elle savait faire cuire sans que ça ne se termine en explosion nucléaire. Et encore, c’était rarement bon. Madame Spelmann était malade et n’avait pas trop le cœur à faire la cuisine, aussi les repas de Livia étaient sérieusement compromis. Il n’y avait absolument rien à manger, hormis pour Hope dont les croquettes à quarante dollars le paquet semblaient suffisantes, Dieu merci. Bon, il allait falloir faire des courses pour survivre, des plats à réchauffer feraient largement l’affaire. Et puis quelques fruits, aussi, c’est bien les fruits, la seule manœuvre dangereuse, c’était de les couper. Laissant donc Hope qui couinait déjà en voyant que sa maîtresse se préparait à sortir sans l’emmener, Livia s’empara de son sac à main et de ses clés et sortit, claquant la porte derrière elle.

Montant dans sa voiture, elle prit le chemin du supermarché Trader’s Joe, mettant un peu d’ordre dans ses boucles farouches qu’elle n’avait pas arrangées avant de partir. C’était son premier jour de repos depuis trois semaines, et la voilà obligée de sortir faire des courses. La journée n’était vraiment  pas au beau fixe. Livia aurait pu en profiter pour jouer de la guitare ou du piano, aller se baigner, traîner dans les magasins, aller embêter Ethan… Mais non… Livia se mit à râler toute seule au volant de sa voiture. Soudain, la sonnerie du système de téléphonie intégrée à son véhicule sonna, et l’écran afficha le numéro de son père. La perspective d’entendre la voix de celui-ci arracha un sourire à la Française, qui décrocha bien volontiers. « Salut, Padre. » « Ça m’étonne que tu décroches au premier appel, ma chérie. Tu ne travailles pas aujourd’hui ? » Livia retint un rire, s’arrêtant à un feu rouge. Elle le lui avait déjà annoncé la semaine précédente. « Non, je suis bien obligée de m’arrêter une fois de temps en temps… Comment ça va, à la ferme ? Tout le monde va bien ? » S’ensuivit un interminable monologue de son père, qui lui raconta comment se portait Helen, une de ses vaches qui allait bientôt mettre bas ; que les poules avaient encore été attaquées par un renard la nuit précédente… Monologue que Livia écouta avec la plus grande attention. Elle adorait quand son vieux père parlait avec passion de tout, même s’il s’emballait. C’était très attachant. Absorbée par le discours de son père, Livia ne comprit pas ce qu’il se passa lorsqu’une ombre passa devant elle, heurtant son capot avant de retomber plus loin sous l’effet du choc. Elle poussa un « Oh mon dieu ! » dans sa langue maternelle tout en écrasant le frein, ce qui suscita l’inquiétude de son père qui prononça son prénom à plusieurs reprises d’une voix angoissée. « Je… J’te rappelle papa. » répondit Livia d’une voix blanche. Elle venait de renverser quelqu’un. Mondieumondieumondieumondieu.

Elle sortit de sa voiture rapidement, pour voir un homme allongé au sol. Il était conscient, seulement un peu choqué visiblement. Un vélo était couché sur la route, la roue avant complètement tordue. Heureusement qu’elle ne roulait pas très vite. Livia le rejoignit, et l’aida à se rasseoir en douceur. « Est-ce que tout va bien ? Je suis vraiment, vraiment désolée, je ne faisais pas attention, c’était entièrement ma faute. Vous avez mal quelque part ? » Elle parcourut rapidement son corps du regard, en quête de blessures. Les membres n’étaient pas pliés anormalement, il ne se plaignait pas et en apparence il n’y avait que quelques égratignures. Mais il pouvait toujours y avoir des blessures internes. Puis Livia chercha son regard. Des yeux sombres et un peu hagards se plantèrent dans les siens. « C’est quoi votre prénom ? Je vais vous emmener à l’hôpital. » Question bête pour vérifier s’il avait toute sa tête.

Il avait l’air plus âgé qu’elle, la quarantaine peut-être, ses traits étaient fins et saillants ; un profil assez original en somme. Et il avait l’air grand, très grand comparé à elle. Une silhouette élancée et dégingandée. Il avait l’air d’être une personne agréable à vivre, pas méchant pour deux sous. Et en plus, il se déplaçait à vélo. Quelque part, cela ajouta à la culpabilité de Livia qui ne bougeait pas, attendant que l’inconnu se reprenne. « Je m’appelle Livia, et vous avez le droit de m’insulter, si ça peut vous aider. » finit-elle par dire d’une traite dans la rue déserte.

BY .TITANIUMWAY
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Coyle
CHICAGOANS
Messages : 540
Date d'inscription : 22/06/2014
Job : Chef cuisinier, propriétaire de son restaurant
Côté coeur : Célibataire
Chefs are nutters.
They're all self-obsessed, delicate, dainty, insecure little souls and absolute psychopaths.
Every last one of them.



Pseudo : Captain Freebird
Avatar : Aaron Paul
Multicomptes : Not Yet
Copyright : (c) Schizophrenic


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Coups et blessures - LEITH   Dim 5 Juin - 11:56

Leith avait promis à ses enfants de leur préparer des croques monsieur pour le plateau TV de samedi soir. Jusque là rien d’extraordinaire sauf qu’aujourd’hui il réalisait qu’il avait fait cette promesse mercredi et que depuis ce jour là avec le boulot et la routine quotidienne il avait un peu oublié d’aller faire les courses pour pouvoir honorer sa promesse. Ainsi, il attendit que son aîné revienne de son entraînement de hockey pour garder les plus petits et pouvoir aller faire ces dites commissions. Entre temps, la liste s’était un peu allongé mais en faisant le tri dans les désirs de ses marmots il put voir ce qui serait commandé via Internet et pouvait attendre quelques jours et ce qui était entre guillemets vital. Les infos avaient indiqué une circulation dense et plutôt que d’aller emprunter la voiture de sa soeur Sharell il avait opté pour le vélo. Un peu de sport ne lui ferait pas de mal de toute façon. Effectivement, le centre de la ville était anormalement encombré mais sans doute devait-il y avoir un match des Blackhawks ou des Bulls ce soir là et suivant si l’équipe visiteurs était proche de Chicago, de nombreux visiteurs faisaient le déplacement en voiture pour assister à la confrontation. En une demie heure, l’urgentiste traversa la majeure partie de la ville vers le grand centre commercial situé au Sud de la ville là où il savait que de source sûre il trouverait tout ce dont il avait besoin. L’épicerie du coin était malheureusement fermée pour les congés des propriétaires et plutôt que de s’embêter à chercher un équivalent et risquer de faire chou blanc, l’écossais avait opté pour la simplicité même si celle-ci était plus éloignée. De toute façon, il n’était pas pressé. Il gara son vélo contre l’une de ces structures métalliques à la forme excentrique prévue pour cela, passa l’antivol dans le cadre et la roue arrière son vélo et enleva la selle comme les autres personnes l’avaient fait. En temps normal il la laissa sur son vélo mais le fait que tous les vélos garés à côté du sien l’aient fait lui indiquaient que ce n’était sans doute pas sans raison. Après tout cela ne coûtait rien de la garder avec soi. Leith passa une heure dans l’hypermarché. l’écossais n’aurait pas cru que ce serait si long mais il faisait attention à ses achats, cherchant toujours à prendre des aliments bio et sans conservateurs si possible. Ce n’était possible pour tout, clairement mais s’il pouvait limiter l’exposition à tout ces E-machin et ces substances remplies de perturbateurs endocriniens il le faisait. Cela augmentait un peu la note mais il était médecin et la santé, il s’y connaissait suffisamment pour savoir que cela méritait bien quelques dollars supplémentaires. Et puis cela assurait aussi sa tranquillité d’esprit, il fallait le reconnaitre..

Maintenant que son gros sac à dos était bien rempli il n’avait plus qu’à faire le chemin en sens inverse. Quelques tours de pédalier l’emmenèrent hors du parking du centre commercial et il entama tranquillement son chemin. Leith traversa un carrefour et tout ne fut plus aussi paisible et tranquille d’un seul coup. Il vit une voiture venant de la gauche s’engager et il eut beau appuyer de toute ses forces sur les freins rien n’y fit, l’impact eut lieu. Quelques secondes plus tard, l’écossais gisait sur le bitume et il lui fallut plusieurs secondes pour que son cerveau intègre ce qu’il s’était passé. Fort heureusement, Leith portait un casque et plus que jamais il se félicitait d’en avoir un. Voilà une recommandation qu’il pourrait refaire à ses enfants quand il rentrerait chez lui. L’urgentiste entendit des pas précipités approcher de lui et quelques instants plus tard une femme dans la trentaine apparut dans son champ de vision. Elle l’aida à se redresser et s’asseoir et pendant qu’il sentait son organisme encaisser le contre coup du choc, la demoiselle se confondit en excuses et en questions. L’écossais leva les yeux vers elle et croisa ses prunelles vertes de la conductrice. Cette dernière avait un visage fin et une chevelure rousse colorée, du moins de ce que pouvait en juger Leith, cette couleur ne semblait pas naturelle. De ce qu’il pouvait en juger, elle avait l’air sincère dans ces excuses et semblait avoir plus eu peur que lui dans la manoeuvre. « ça va » répondit-il en grimaçant tout de même un peu. « ça va » assura-t-il de nouveau autant pour convaincre la trentenaire que lui-même. « Leith » répondit-il docilement à la question de la rouquine. Mais il secoua la tête quand elle évoqua un voyage à l’hôpital. Il n’en avait pas besoin. Il était un peu sonné mais de ce qu’il pouvait en juger, le reste allait bien. « Je ne pense pas qu’il soit utile d’aller aux urgences, vraiment » Heureusement la rue dans laquelle ils se trouvaient n’était pas sujette à un grand passage sans quoi ils se seraient retrouvés klaxonnés de toute part. « Enchanté Livia » lança-t-il quand elle lui eut donné son prénom à son tour. Il secoua de nouveau la tête quand elle lui donna l’autorisation de l’insultait s’il le souhaitait. Non ce n’était pas dans ses habitudes et puis autant quelques jurons pouvaient lui échapper dans des situations stressantes à l’hôpital, autant il n’avait pas l’insulte facile. « Et vous, vous n’avez rien ? » demanda-t-il en observant la dame à son tour. Après tout, elle aurait pu se cogner la tête ou il ne savait quoi. Il était médecin après tout, il s’inquiétait toujours des autres avant lui-même, c’était une vilaine déformation professionnelle. Il se libéra de son sac à dos et commença à regarder autour de lui et l’état de la roue avant de son vélo. C’était sûr, il allait beaucoup moins bien rouler ainsi, celle-ci était bonne pour la casse car il n’avait aucune chance de pouvoir la réparer ou la faire réparer, pas avec les rayons cassés et la forme anarchique de la jante.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Livia I. Preston
CHICAGOANS
Messages : 93
Date d'inscription : 07/04/2016
Job : Ancien agent sous couverture reconverti en fleuriste.
Côté coeur : Évitons d'en parler, merci.
Pseudo : Clumsy
Avatar : Scarlett Johansson
Copyright : schizophrenic


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Coups et blessures - LEITH   Mer 20 Juil - 23:31





Livia & Leith
Coups et blessures

« Vous êtes sûr? » s’enquit Livia lorsqu’il exprima son refus d’aller aux urgences, le cœur toujours battant à cent à l’heure mais toutefois soulagée. Ça aurait pu être pire. Elle jeta un nouveau regarde au vélo du pauvre homme. « Je paierai toutes les réparations nécessaires à votre vélo. Ou alors si c’est bientôt votre anniversaire je peux même vous en offrir un neuf. » Un bref sourire apparut sur ses lèvres, légèrement nerveux. Elle se redressa pour l’aider à se remettre sur ses deux jambes, attendant d’être sûre qu’il tienne debout tout seul pour le relâcher. « Je n’ai rien. » Répondit-elle lorsqu’il s’enquit sur son état. Cet homme arrivait quand même à s’inquiéter de son état à elle alors qu’elle était bien à l’abri dans sa voiture… Elle avait encore plus honte, c’était un type bien. Livia lança tout de même un regard à son véhicule. Quelques marques du choc apparaissaient sur la peinture de la carosserie de sa voiture mais elle ne l’avait pas volé. Livia se concentra donc de nouveau sur le blessé. « Laissez-moi au moins vous ramener chez vous, Leith, vous voulez bien ? » Il n’allait tout de même pas rentrer à pied et même si il pouvait appeler quelqu’un pour venir le chercher, cétait la moindre des choses pour Livia de le ramener chez lui. Elle le conduisit jusqu’à sa voiture et ouvrit la portière. « Je vais prendre votre vélo dans le coffre, asseyez-vous dans la voiture et laissez-moi faire. » Elle ne lui laissa pas le choix cette fois-ci, lui faisant comprendre d’un regard qu’il ne serait pas raisonnable de sa part de tenter de l’aider. Il vallait mieux pour lui ne pas tenter le diable en sollicitant son corps plus que de raison après un moment pareil. Déjà qu’il alllait sûrement avec quelques contusions dans les jours à venir… Livia se dirigea vers le bicycle abîmé et le souleva. Il n’était pas bien lourd, mais Livia soupira, le contrecoup de l’accident la submergeant subitement. Ethan n’allait pas manquer de la chambrer avec toute cette histoire. La rousse parvint à hisser le vélo dans son coffre – qui heureusement était grand – et referma celui-ci, avant de regagner sa place au volant. Elle posa ses mains sur celui-ci en inspirant un grand coup, histoire de reprendre contenance et de se concentrer. Tant pis pour les courses. Finalement, Livia tourna la tête vers le dénommé Leith qui l’avait sagement attendu. « Alors, où habitez-vous ? » demanda-t-elle d’un ton aimable et presque calme. Leith lui indiqua donc son adresse, 1814 Rosa Parks Street. Livia put se mettre en route, roulant calmement et soudain bien plus attentive à chacune des intersections qu’ils traversaient. La route n’était pas très longue ; elle comprenait mieux pourquoi il avait voulu se déplacer à vélo. Bon, finalement, sans vouloir aller jusqu’à dire que le malheur des uns fait le bonheur des autres, la journée de Livia était soudain beaucoup moins ennuyante et monotone. Et puis, ça lui avait permis de rencontrer quelqu’un, même si le motif de la rencontre n’était pas des plus ympathiques. Ils arrivèrent finalement devant un grand immeuble, de six étages détermina Livia en comptant rapidement les fenêtres. « C’est un beau bâtiment. Vous y vivez seul ? » demanda-t-elle en tournant les yeux vers Leith. Elle remarqua son sac à dos, qui était posé sur ses genoux. La Française haussa un sourcil. « J’espère qu’il n’y avait rien de fragile dedans… Vous avez vérifié que tout est entier ? » Téléphone ou autre appareil, elle croisait les doigts pour que tout soit intact. Heureusement pour elle et sa tendance à culpabiliser, rien n’était cassé. La fleuriste souffla, puis descendit de la voiture, les poings sur les hanches, regardant le haut du building, comme un alpiniste de préparant à se lancer à l’assaut d’un col. « J’espère que vous nêtes pas au dernier étage, ou alors que vous avez un ascenseur… Je peux garder votre vélo dans le coffre pour l’instant, en attendant de voir ce que vous décidez à propos de son sort. Je vous accompagne ou vous préférez que je disparaisse maintenant ? » sourit-elle en s’appuyant contre sa voiture, les bras croisés contre sa poitrine.

BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Coyle
CHICAGOANS
Messages : 540
Date d'inscription : 22/06/2014
Job : Chef cuisinier, propriétaire de son restaurant
Côté coeur : Célibataire
Chefs are nutters.
They're all self-obsessed, delicate, dainty, insecure little souls and absolute psychopaths.
Every last one of them.



Pseudo : Captain Freebird
Avatar : Aaron Paul
Multicomptes : Not Yet
Copyright : (c) Schizophrenic


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Coups et blessures - LEITH   Dim 7 Aoû - 16:47

Leith avait plutôt de la chance dans son malheur d'être tombé sur une personne comme Livia. Sous l'effet de la panique une petite partie de la population ne se serait pas arrêté et aurait pris la fuite. Fort heureusement la fleuriste n'était pas de ce côté là de la barrière et c'était sans doute pour cela que l'urgentiste n'était pas le moins du monde en colère. Et voir l'inquiétude et la prévenance de la demoiselle à son égard aidait l'écossais à relativiser.   « C'est très gentil à vous » répondit le quadragénaire quand elle lui proposa naturellement de prendre à sa charge le coup des réparations de son vélo ou le rachat d'un modèle neuf si jamais la date de son anniversaire était proche. Comment lui en vouloir ? A en juger parce qu'il voyait de l'état de son vélo, l'écossais ne ferait pas payer les réparations à Livia. Dans les faits il faudrait qu'il rachète une roue. S'il s'accordait suffisamment de temps pour faire la réparation, il vérifierait la chambre à air et la réparerait si besoin et il ferait la même chose avec le pneu. Dans le cas où il faudrait que ce soit vite fait, il prendrait un kit complet presque prêt à poser et cela ne devrait pas non plus lui coûter trop cher compte tenu de ses besoins et du grand âge de son vélo. Néanmoins, la chère demoiselle n'avait pas besoin de connaître ses plans. Il comprenait bien qu'elle se sentait coupable et redevable mais Leith ne saisirait pas la perche tendue.

Quand elle lui proposa de le raccompagner chez lui, Leith comprit d'une part qu'il n'avait pas vraiment le choix et d'autre part que c'était dans son intérêt d'accepter la proposition de la demoiselle. S'il refusait, il se serait bêtement retrouvé à devoir payer un taxi car aucun bus n'aurait accepté de le laisser monter avec son vélo HS.   « Volontiers » Une fois sur ses deux jambes grâce à l'aide de la fleuriste, il voulut l'aider pour embarquer son vélo dans le coffre mais celle-ci déclina. Le médecin voulut insister mais celle-ci semblait résolue à se débrouiller seule et l'urgentiste dut se contenter de la voir manoeuvrer assez péniblement seule via le rétroviseur intérieur. Force était de constater que même si elle n'en payait pas de mine, Livia avait tout de même pas mal de force et cela suscita une forme d'admiration chez l'écossais. Non pas qu'il ne pensait pas qu'une femme pouvait avoir de la force mais il se souvenait que sa défunte épouse lui laissait toujours la tâche de s'occuper de son vélo du coup ceci lui avait servi en quelques sorte d'étalon. La jolie rousse reprit la place du chauffeur et le médecin l'observa discrètement, apercevant le trouble qui la traversa quelques instants avant qu'elle ne se tourne vers lui l'air presque normale. Naturellement il lui indiqua son adresse au nord de la ville et ils ne leur fallut pas longtemps pour rejoindre leur destination. Pour ne pas donner l'impression qu'il surveillait le moindre des faits et gestes de Livia, Leith évita d'attarder son regard trop longtemps sur la demoiselle. Il ne souhaitait pas la mettre mal à l'aise et lui laisser croire qu'il était en train de la juger sur son aptitude à être un bon usager de la route qui respecte les règles. Son regard balaya le tableau de bord, le vide poche sur sa droite mais il ne put pas déduire grand chose de ce qu'il vit. L'écossais en conclut qu'il aurait été un très mauvais Sherlock Holmes.

La voiture s'arrêta devant le bâtiment.  « La façade a été ravalée il y a peu de temps, vous seriez venu six mois plutôt c'était une autre histoire... » commenta le médecin en regardant lui aussi l'immeuble qui accueillait son foyer. « Pas exactement... » ajouta-t-il en pouffant de rire quand Livia le sonda pour savoir s'il vivait seul. Il se gratta un sourcil en précisant sa réponse « Je vis avec mes enfants » Dont il se garda bien d'énoncer le nombre pour ne pas faire culpabiliser la demoiselle. Quant à son sac à dos, l'urgentiste haussa les épaules. « Rien qui ne soit important. » Sur ces mots, ils descendirent de voiture. Leith y alla plus doucement qu'à l'accoutumée mais outre les zones endolories qui se faisaient davantage ressentir, il n'y vit là rien d'alarmant qui aurait pu indiquer un besoin d'aller à l'hôpital. « Yup, dernier étage et ascenseur en panne » répondit-il avec un sourire. Il était verni. « Mais rassurez-vous, le vélo reste en bas. » Il mit son sac sur l'épaule, les lèvres pincées et l'écossais parut soudain prit par une hésitation. Celle-ci parut néanmoins balayée par une rapide prise de décision. « Pourquoi ne pas tirer quelque chose de positif de tout cela, mh ? Accepteriez-vous de gravir ces six étages pour que je vous offre quelque chose à boire pour vous remercier de m'avoir raccompagné ? » La formule lui parut après coup plus alambiquée qu'il ne l'aurait voulu mais tant pis, il était trop tard pour reculer maintenant.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Coups et blessures - LEITH   

Revenir en haut Aller en bas
 

Coups et blessures - LEITH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Goodbye my old friend...
» PAVEL - Tu me plaques comme une affiche au mur, je porte plainte pour coups et blessures. J'étais à deux doigts de finir fou de toi.
» Les trois coups d'etat, le "manje ranje de lespwa" pour le deuxie
» Pour en finir avec les coups d'État en Haiti...
» nouvelle table des blessures pour les héros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Call 911 Now ! :: RP-