AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Amelia Woods

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: Amelia Woods   Mer 16 Mar - 19:41



Woods Amelia

Δ Infos essentielles
∴ Nom : Woods, qui n'est pas mon vrai nom mais un nom qu'on m'a donné à l'hôpital ∴ Prénom(s) : Amelia, on m'appelle aussi Amy mais je déteste qu'on m'appelle comme ça∴ Âge : 24 ans∴ Date de Naissance : 28 novembre 1991 ∴ Lieu de Naissance : San Francisco (Californie), Etats-Unis  ∴ statut civil : Célibataire ∴ statut familial : inexistant ?∴ Métier : Je cherche du boulot à Chicago ∴ Grade et poste : (uniquement si policier/pompier/militaire) écrire ici ∴ Groupe : Chicagoans


Δ La routine
Vous voyez le film Flashdance ? Tout le monde connaît Flashdance, si vous ne connaissez pas Flashdance ce n’est pas grave, j’adorais ce film, et aussi les films avec Hugh Grant, j’aimais beaucoup Coup de Foudre à Notting Hill, et les films d’amour, il y a longtemps, avant, j’aimais lire, je lisais des romans, des romans d’amour, je regardais des films, j’aimais les histoires à l’eau de rose, j’étais romantique et je croyais en le grand amour. Je n’ai plus vraiment ce genre de rêve, je n’ai plus vraiment de rêve. Je ne lis plus de romans d’amour, je lis de la SF, c’est moins dangereux de lire de la SF que de croire en des choses comme l’amour.

Mais peu importe, revenons à Flashdance, il y a cette chanson, celle qui fait Maniac she is Maniac, je suis un peu comme ça, pas comme l’héroïne Alex, je suis maniaque. Je suis maniaque, mais aussi hyperactive, ça m'arrive de paniquer, quand j'ai peur, j'ai plus ou moins peur de tout, du noir, je panique dans les espaces clos, je ne supporte pas d’être attachée, les gens me terrifient, j’ai peur qu’on me touche, je ne supporte pas certaines choses, j'aime pas le contact physique, l’odeur de l’alcool, du tabac, du café, de la transpiration, me dégoûtent. Je n’ai pas vraiment d’allergie mais si j’essaye de boire de l’alcool je vais vomir ou m’évanouir. La nuit je dors avec une veilleuse, je fais des cauchemars, tout le temps, j’ai du mal à dormir, j’ai des cauchemars éveillés, des sortes de crises d’angoisses, j’ai du mal à manger, je fais beaucoup de choses pour m'occuper.

J’ai des tics, quand je suis stressée, ou quand je suis en manque, ou quand j’ai peur, je me gratte la peau, souvent les bras, ou le crâne, pour pas me faire de mal j’ai un bracelet au poignet et quand j’ai envie de me gratter je joue avec mon bracelet, je fais ce truc horrible avec mon nez, que font les gens qui se droguent. Je déteste sentir que j’ai besoin de ça, sentir le manque, me sentir vulnérable, je n’aime pas être dépendante, fragile, j’ai assez mauvais caractère même si ça se ne voit pas, je suis trop timide pour m’énerver, me mettre en colère, je suis mal à l’aise avec les gens, quand je parle avec d’autres personnes j’ai des tics, je tire les manches de mes vêtements, ou je n’arrête pas de remettre mon pull, de bouger mon écharpe ou mes cheveux.

J’ai l’air bizarre, je n’aime pas ça, je n’aime pas que les gens s’intéressent à moi, j’essaye d’avoir l’air plus normal, de ne pas montrer que je suis fragile. Je suis très expressive, j'ai toujours l'air joyeuse, je souris tout le temps, je ne veux pas pleurer, ou être triste, même si je suis triste, et déprimée, je cache ce que je ressens, ce que je pense, je suis rarement sincère, je maîtrise beaucoup mon corps, j’ai peur de perdre le contrôle. Je me contrôle beaucoup, après la désintox, j’ai repris que trois fois de la drogue, je suis restée clean pendant plus de six mois, je vais toujours au groupe de soutien, j’essaye de parler de ce que j’ai vécu avec la drogue. Je ne parle jamais du reste, j'ai beaucoup de mal à parler de ce qui est arrivé, j’ai vu beaucoup de psychiatres pendant l’enquête, qui m'ont forcé à parler, ils me faisaient prendre des médicaments. J’ai détesté ça.


Δ Derrière l'écran
∴ Pseudo : Jessie ∴ Âge : 23 ans ∴ double compte ?   Non∴ Scénario ou inventé  : Inventé ∴ disponibilité : plusieurs jours dans la semaine ∴ Avatar : Karen Gillan

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Amelia Woods   Mer 16 Mar - 19:42



Avertissement : Cette fiche traite de sujets sensibles (drogue, prostitution, violence, abus sexuels)

On m'a trouvée au bord d’un sentier dans le Golden Gate Park, en 1991, c'étaient des joggers qui m'ont découvert, j'étais dans un tas de couvertures, je pleurais et j'étais en hypothermie. J’ai été conduit dans une ambulance à l’hôpital le plus proche, j’étais affamé et j'avais froid, ils ne savaient pas si j’allais mourir ou si j’allais vivre, j’ai survécu, un jour, puis un autre jour, puis pendant 24 ans. Je suis restée en observation quelques temps, une enquête a été ouverte pour retrouver mes parents, sans résultat.

J’ai été placée dans un orphelinat, j’y suis restée pendant les trois quarts de mon enfance et de mon adolescence. J’ai passé l’autre quart dans des familles d’accueils. J’y restais un mois, parfois plus, d’autres fois moins longtemps. L’orphelinat était un grand bâtiment de pierres grises, je dormais dans un dortoir surpeuplé et où il faisait froid, j’avais peur du noir, la journée nous étions en classe ou en salle de détente. Je ne m’entendais pas très bien avec les autres, j’étais réservée, et on se moquait de moi, parce que j’étais petite ou à cause de la couleur de mes cheveux, c’est vrai qu’ils ne sont pas beaux, j’ai cru longtemps que c’était parce que mes cheveux étaient moches que personne ne voulait de moi mais un jour j’ai appris la terrible vérité, personne ne nous voulait parce que personne ne nous aimait.  

J’avais un ami à l’orphelinat, mais il a disparu, il s’est échappé une nuit, en 2005, il s’appelait Christopher, il avait parlé plusieurs fois de quitter l’orphelinat, il avait deux ans de plus que moi, il m’avait montré, quelques nuits avant son départ, comment ouvrir la porte du dortoir, et la fenêtre du rez-de-chaussée. Un mois après lui, j’ai essayé de m’échapper de l’orphelinat, mais la police m’a retrouvé le lendemain matin et j’ai été punie pour un temps indéfini. Tous les jours, en plus d’assister aux cours, je devais faire le ménage des chambres et des salles de bains, laver le linge, aider à la préparations des repas, faire la vaisselle… Au bout de deux ans j’ai décidé que je ne resterais pas deux ans de plus à l’orphelinat, je suis partie dans la nuit, j’ai volé la clé d’en bas, de la nourriture, j’ai pris des vêtements et j’ai tout mis dans un sac qu’on utilisait pour le linge. Je voulais quitter la ville. J’ai marché toute la nuit vers le sud, je n’avais pas d’argent pour prendre le bus alors j’ai marché et j’ai fais du stop, un peu avant l’aube une voiture s’est arrêtée et je suis montée dedans. Il y avait trois autres personnes avec moi dans la voiture, deux garçons Tom et James, et une fille, Clarisse. Ils rentraient d’une fête d’après eux, mais ils n’avaient pas l’air saoul.

Ils étaient sympas et ils ont un peu parlé d’eux, puis ils ont aussi posé des questions à mon sujet, me demandant d’où je venais et où j’allais, je leur ai dis que j’étais partie de chez moi et que j’allais à San José. Ils m’ont proposé de l’alcool mais j’ai refusé de boire. Clarisse s’était endormie contre la fenêtre et Tom était passé à l’arrière pour parler avec moi. Il y avait quelque chose d’étrange, Clarisse était dans un état bizarre, et Tom n’arrêtait pas de me toucher. Je leur ai dis que j’allais descendre ici, qu’une amie habitait pas très loin et que j’allais marcher jusqu’à chez elle. James a rigolé et il s’est garé au bord de la route, il m’a dit « comme tu veux ». J’ai appuyé deux fois sur la poignée de la porte avant de comprendre que la voiture était verrouillée. J’ai paniqué, il était bien trop tard. Tom m’a attrapée par derrière et il m’a maintenue contre son torse. J’ai ouvert la bouche pour crier mais il a forcé le goulot d’une bouteille entre mes lèvres et m’a forcée à boire. Je les entendais rire et je les ai entendu m’insulter. Je me suis débattue contre le garçon qui me tenait un moment, mais finalement la drogue a fait son effet et je suis tombée endormie dans ses bras.

Je n’avais aucune idée ni de l’heure ni de l’endroit où je me trouvais. Quelque chose m’empêchait de respirer par la bouche. J’ai ouvert les yeux dans la panique, tout était sombre et je ne pouvais pas bouger, je me suis débattue pour me délivrer mais j’étais attachée, je ne pouvais pas crier, ils avaient mis une sorte de bâillon sur ma bouche. C’était horrible, c’était comme si je ne pouvais pas respirer, tout était noir et tout tournait autour de moi. J’ai roulé sur le sol et je me suis cognée contre la paroi, je me suis étirée et je me suis rendue compte que je pouvais toucher le haut et le bas avec ma tête et mes pieds, j’ai essayé de m’asseoir mais j’ai heurté le plafond au-dessus de moi. Ça a duré longtemps, des heures, je ne sais pas, au bout d’un moment je me suis rendue compte que j’étais dans le coffre d’une voiture, parce que je sentais la boîte bouger et que j’entendais les bruits du moteur et de la circulation sur la route.  

J’ai du m’évanouir à cause de l’oxygène, parce que je me souviens que je me suis réveillée quand on s’est arrêté. Ils ont ouvert le coffre et ils m’ont attrapée et traînée dehors. Il faisait nuit, il n’y avait pas de lumière, mais je discernai plusieurs silhouettes dans l’ombre. J’ai essayé de me débattre, mais je n’ai pas réussi à m’arracher des bras qui me tenaient, ils m’ont jetée à l’arrière d’un fourgon. J’étais à nouveau seule. Je les entendais parler dehors, je n’entendais pas assez bien pour pouvoir comprendre ce qu’ils disaient, une minute plus tard quelqu’un a ouvert la porte et est entré, j’étais effrayée, j’ai regardé derrière lui, j’ai vu, quelqu’un, la silhouette d’un homme, refermer la porte. Celui qui était entré avec moi a dit qui s’appelait Jeff, il m’a proposé à boire, j’avais très soif, j’ai hoché la tête affirmatif implorant pour de l’eau.

« Je vais enlevé ton bâillon, mais si tu cri, je te frappe à mort. Tu as compris ? »

A nouveau j’ai hoché la tête, j’étais bien trop terrifiée pour crier. J’ai poussé un petit cri quand il a arraché le scotch de ma bouche, je l’ai regardé sans rien dire, j’avais peur qu’il me batte, il ne m’a pas frappé, il a poussé le goulot d’une bouteille sur mes lèvres, j’ai froncé les sourcils en sentant l’odeur de l’alcool, il a tenu mon menton et m’a fait boire, la vodka a brûlé ma langue et ma gorge puis mon ventre. Je me suis étouffée, il a éloigné la bouteille, j’ai toussé puis craché, il a remis du scotch sur ma bouche puis il m’a regardé.

« Tu aimerais que je te détache ? »

J’ai hoché la tête, il a commencé à défaire les liens de mes jambes, mais il n’a pas délié mes mains, il m’a tenue allongé et il a commencé à enlever mon pantalon. J’ai paniqué, j’ai essayé de me débattre, mais il m’a maintenu au sol. Il a commencé à me caresser, puis il a baissé son pantalon, il a abusé de moi, j’étais dans une sorte d’état de choc, j’ai du déconnecter, parce que je ne me rappelle pas ce qui s’est passé ensuite. On s’est arrêté avant le levé du soleil, ils m’ont sorti dehors et ils m’ont emmené dans une sorte de hangar. Il y avait des hommes, ils m’ont mis sur un matelas, ils m’ont fait boire de la vodka, je me suis déconnectée à nouveau, je crois que je me suis évanouie, lorsque je me suis réveillée j’étais nue et sale et j’avais mal, partout, j’étais couverte de bleus et de sang. Un homme m’a donné à manger et il a laissé de l’eau et de l’alcool près du matelas. Je ne sais pas combien de temps ça a duré, je n’avais aucun moyen de connaître l’heure qu’il était, je ne pouvais pas voir le ciel ou la lumière du soleil ou des étoiles. J’alternais entre des phases d’éveils et de sommeils, je ne dormais pas vraiment, j’errais dans un endroit bizarre, je délirais. Je préférais l’endroit bizarre à la douleur. Quand le brouillard s’estompait, je buvais de la vodka jusqu’à que l’alcool me fasse délirer.  

Quelques jours après, une semaine peut-être je ne sais pas, je suis repartie, on nous a emmené et on nous a fait monter dans un camion, il y avait d’autres filles, elles étaient comme moi, elles avaient été enlevées, droguées et violées. Personne ne savait où est-ce qu’on nous emmenait. Le soir on est arrivé à Seattle, mais nous n’avions aucune idée à cet instant de l’endroit où nous pouvions être. On vivait dans un espèce d’immeuble, dans un quartier à la périphérie de la ville, dans la zone industrielle. J’ai survécu dans l’horreur du trafic humain. Des hommes on a vendu mon corps à d’autres hommes, j’ai été prostituée, dans la rue, dans des maisons de passes, dans des hôtels de luxes, dans des salons de clients particuliers. J’ai résisté un certain temps, mais ils étaient violents quand nous n’étions pas obéissantes, ils nous battaient. Ils nous terrifiaient. Ils nous faisaient boire, ils nous droguaient. On leur appartenait, ils nous contrôlaient, on était conditionnée par la domination et la soumission, dominées et soumises par la violence et l’addiction, la drogue était un échappatoire parfois mortel quand nous n’arrivions pas à accepter notre sort. J’avais peur, et honte, mais on avait pas le choix, à part se donner la mort, j’ai fini par accepter en m’effaçant, j’ai pris l’habitude de déconnecter, je me reculais dans ma tête et je les laissais faire ce qu’ils voulaient avec ce corps.

Ça a duré quatre ans, jusqu’au jour où il y a une descente des fédéraux. Tanya, une de mes amies là-bas récemment arrivée dans cet enfer, était un agent, elle était sous couverture avec son coéquipier. Un soir on nous a fait descendre dans une chambre, il y avait un des grands patrons et il y avait un homme avec lui, j’étais particulièrement stressée, Tanya aussi était là, apparemment l’homme voulait négociait des femmes et le patron voulait faire une exhibition, on était du bétail. L’homme en question était aussi un flic sous couverture, il se faisait appeler Teddy, mais comme Tanya, ce n’était pas son vrai nom. Ce soir là, quelques minutes après que je sois descendue dans la chambre, les fédéraux sont entrés dans l’immeuble. Ils ont arrêté le patron et mis en sécurité les filles. Grâce à eux, et à leur boulot, et aux témoignages des filles, ils ont pu démanteler l’un des plus importants trafic humain de la côte ouest, ils ont arrêté tous les hommes qu’ils ont retrouvé qui étaient mêlés de près ou de loin à ce trafic et ils ont rendu leur liberté aux femmes qui vivaient dans la peur et l’horreur.

Il a fallut démêler ce qui s’était passé, on a été interrogée et soignée, nombreuses d’entre nous étions malades, on nous a demandé de raconter notre histoire et on a du témoigner, nous étions protégées pendant la durée des procès et jusqu’à la promulgation des sentences et l’incarcération des coupables, ça a pris quatre ans pour que tous les responsables qu’ils avaient arrêté soient enfermés dans une prison d’état. J’ai suivi un programme de désintoxication la première année pendant le procès, et pendant ces quatre années je suis allée toutes les semaines aux réunions des drogués anonymes. Après, j’ai quitté l’état, j’avais besoin de m’éloigner, de mettre le plus de kilomètres possibles entre mon corps et cette ville, tout ici me rappelait ce que j’avais vécu. Tanya m’a donné l’adresse d’un foyer à Chicago, elle m’a donné un contact aussi à l’hôpital pour une thérapie de groupe et elle a payé le voyage.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jonathan Standford
DOCTOR
Messages : 306
Date d'inscription : 25/08/2014
Job : Psychiatre, psycho-thérapeute, chef du service psychiatrique
Côté coeur : marié

Pseudo : missxchaotic
Avatar : Tom Hiddleston
Multicomptes : Jake Botwin , Jay MacFergus
Copyright : Schizophrenic (avatar)


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Amelia Woods   Mer 16 Mar - 20:49

Content de voir que finalement tu restes ^^ Bonne chance pour terminer ta fiche.

_________________

   


When dread leaves, the heart screams for the happiness it is given, time heals, love seals , life moves.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Coyle
CHICAGOANS
Messages : 528
Date d'inscription : 22/06/2014
Job : Chef cuisinier, propriétaire de son restaurant
Côté coeur : Célibataire
Chefs are nutters.
They're all self-obsessed, delicate, dainty, insecure little souls and absolute psychopaths.
Every last one of them.



Pseudo : Captain Freebird
Avatar : Aaron Paul
Multicomptes : Not Yet
Copyright : (c) Schizophrenic


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Amelia Woods   Jeu 17 Mar - 9:55

Re-Bienvenue Amelia ! hourra

Bon courage pour la fin de ta fiche fou
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Amelia Woods   Jeu 17 Mar - 13:53

Merci sushi (pourquoi ce smiley ?)

Je m'excuse, encore une fois, pour le temps péniblement long que j'ai mis à faire cette fiche. J'ai terminé ma fiche (ou du moins cette version, après un changement de personnage, plusieurs hésitations, plusieurs réécritures, une grosse période à vide, et un déménagement ayant entrainé une trop longue coupure internet).
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Coyle
CHICAGOANS
Messages : 528
Date d'inscription : 22/06/2014
Job : Chef cuisinier, propriétaire de son restaurant
Côté coeur : Célibataire
Chefs are nutters.
They're all self-obsessed, delicate, dainty, insecure little souls and absolute psychopaths.
Every last one of them.



Pseudo : Captain Freebird
Avatar : Aaron Paul
Multicomptes : Not Yet
Copyright : (c) Schizophrenic


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Amelia Woods   Jeu 17 Mar - 17:41

Fiche Validation:


Felicitations !

Δ Tu es validé
Bienvenue dans le club très prisé des membres validés du forum. A présent que tu es validé(e), voici un petit guide des liens utiles pour démarrer ton aventure sur Call 911 Now! 

Pauvre Amelia, elle n'a vraiment pas eu chance. Je suis sûre que notre Jojo national va l'aider à aller mieux.

   Comme tu es un animal social, tu ne peux pas survivre sans avoir des relations diverses et variées avec les autres joueurs. Rendez-vous ici.
  Et comme nous voulons te suivre dans tes exploits, n'hésite pas à te créer un petit journal de tes aventures ?
  Besoin d'un logement ou d'un lieu particulier à Chicago ? Je t'invite à déposer une requête.

  Enfin, je t'invite régulièrement à venir faire un tour du côté du bocal de Maurice pour jouer et papoter de tout et de rien et à voter pour le forum pour que nous soyons encore plus nombreux à jouer ensemble.
 
écrire ici si on veut pas de la police


Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Amelia Woods   Jeu 17 Mar - 17:45

Merci, enfin, j'ai rétabli l'ordre des choses
Revenir en haut Aller en bas
 

Amelia Woods

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Blair Woods [validée]
» (D5) here's some advice. (CASTIEL & AMELIA)
» Amelia Pevensie
» Let's stroll in the woods... [PV Chris]
» A DECLARATION OF SUPPORT FOR THE PALESTINIAN PEOPLE BY AFRICAN PEOPLE IN THE US

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Call 911 Now ! :: Fiches de présentation-