AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Petit copain, petite copine, c’est des concepts. Franchement c’est puéril.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: Petit copain, petite copine, c’est des concepts. Franchement c’est puéril.   Dim 13 Mar - 22:29


   
   
Carissa Abigail James

   Δ Infos essentielles
   
∴ Nom : James, nom de famille assez répondu et pourtant c'est le mien !  ∴ Prénom(s) : Carissa, c'est le prénom que mon père à choisi pour moi et mon second prénom est Abigail en souvenir de ma grand mère maternelle.  ∴ Âge : J'ai la chance de ne pas encore avoir dépasser la barre des 30 ans et oui je n'ai que 28 ans !!! ∴ Date de Naissance : je suis née le 18 juin.∴ Lieu de Naissance : A la Nouvelle Orleans aux Etats Unis d'Amérique. ∴ statut civil : En couple et tellement heureuse ∴ statut familial : en couple, sans enfant ∴ Métier : ambulancière ∴ Grade et poste : (uniquement si policier/pompier/militaire) écrire ici ∴ Groupe : Les bons samaritains
   


   Δ La routine
   
1. Presque tout le monde à la caserne ou dans sa vie privée l'appelle C.J qui sont les initiales de son prénom et de son nom de famille. Certaines personnes l’appelle Carrie, mais elle n'a jamais aimer ce surnom. 2. Elle avoue elle même ne pas aimer cuisiner, même si elle se débrouille, elle cuisine pour survivre et pas vraiement par plaisir, par contre elle clame haut et fort qu'un homme dans une cuisine et une chose qu'elle trouve très sexy. 3. Carissa à une passion pour la danse, que se sois la salsa, le manbo, le zouck, le classique, elle a fait des années de danse et n'hésite jamais à montrer l'étendue de ses talents lors de soirée. Elle est de nature à aimer s'amuser et faire la fête, les différents Carnaval de La Nouvelle Orleans lui manque beaucoup, mais les inondations pas du tout. 4. Carissa à horreur des clowns, c'est un traumatisme qui remonte à son enfance, alors qu'elle était à l'hôpital pour se faire enlever les amygdales un clown est arrivée pour l'amuser et la fillette l'a détester. Du coup, quand elle en voit un elle fait le plus souvent demi-tour. 5. Bien qu'elle sois très féminine C.J avoue qu'elle à un côté garçon manquer, elle adore la bière, le hockey sur glace et le football américain, plus jeune elle regardait souvent des match avec son père. Carissa pratique également la course à pied et fait de l'exercice pour rester en forme, elle c'est récemment inscrit à des cours de self défense. 6. Carissa à un chien, il s'agit d'un pitbull du nom de Shadow, elle l'a adopter dans un refuge, après le passage d'un ouragan. L'animal lui voue un culte et l'alchimie et réciproque. 7. Carissa ne supporte pas la violence, elle a été battu par son ex petit ami qui fait partie de la police. Cette violence l'a rend donc parfois méfiante envers les hommes en générales. Carissa n'a parler à personnes des violences dont elle a été la victime car elle en a honte. 8. Carissa est accro aux chocolats, tout les types de chocolats, noir, au lait, avec des noisettes, de la noix de coco, sauf le chocolat blanc qu'elle ne considère même pas comme du chocolat. En fait elle avoue être extrêmement gourmande, elle aime manger italien, japonnais, chinois. Son plat préférée est le jambalaya. 9. C.J adore les enfants, mais elle avoue avoir peur d'en avoir. La raison ? Elle ne sait pas si elle est à la hauteur pour être une bonne mère, elle a peur de ne pas pouvoir refréner son côté fêtard ou de faire passer son travail avant ses enfants.
   


   Δ Derrière l'écran
   
∴ Pseudo : Trinity ∴ Âge : l'age de la sagesse ou de la folie ∴ double compte ?   nop ∴ Scénario ou inventé  : inventé ∴ disponibilité : 4/7 ∴ Avatar : Phoebe Tonkin
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Petit copain, petite copine, c’est des concepts. Franchement c’est puéril.   Dim 13 Mar - 22:30


   
Certaines journées semble tellement longue qu’on à parfois l’impression qu’elle dure plus longtemps que vingt quatre heures. Vingt quatre heures, c’est si long et en même temps si court, aujourd’hui fut une de ses journées. La solution ? Un verre de vin et un bain bien chaud, voilà ce que je m’apprêtais à faire ce soir, rien de plus, rien de moins. En faites si un peu plus, en rentrant j’ai nourrit Shadow et oui il faut bien que mon bébé mange aussi. Après m'être occuper de lui pendant quelques, je me suis dirigée vers la salle de bain. Ma soirée détente peut enfin commencer. J’ai fait coulais l’eau chaude qui remplissait lentement la baignoire et allumait quelques bougies à a la vanille, tandis que mon savon commençait à emplir la baignoire de bulles. Lentement je retirai mes vêtements et passa ma main sous le filet d’eau chaude. Bizarrement un vieux souvenir me revint en mémoire, c’était il y a environ deux ans, à cette époque je sortais avec un policier du nom de Adam. A cette époque tout aller bien entre nous.

La maison était rempli de cartons, nous venions à peine d’emménager, cela faisait un an qu’on passer plus de temps l’un chez l’autre, alors nous avions décidé de vivre ensemble, d’avoir notre petit chez nous. Et tout aurait put être merveilleux si le robinet de la cuisine n’avait pas une fuite. Adam n’avait pas voulu appeler de plombier, il était l’homme de la maison et pouvait s’en charger seule. Moi j’étais installer sur la table, mes jambes se balançait lentement dans le vide, pendant que je le regardais en souriant Adam s’escrimait à essayer de réparer la fuite, avant de certainement devoir appeler les vrai pros. Et c’était à croire que j’avais raison, en une minute le calme apparent de la maison se transforma en tempête, le policier avait desserré la vanne au lieu de l’a resserré et toute l’eau coulait maintenant sur lui. Il avait voulu se relever, mais avait était trop rapide et c’était cogner la tête. "Putain, mais c’est pas possible !" "Tiens, il est nouveau celui là, j’le connaissais pas." Je me laissai tomber de mon perchoir et m’installai à califourchon sur lui. J’examinais son crâne et avec tendresse je déposai un léger baiser sur la bosse qui commençait à se former. Mes lèvres courir le long de son front, de son nez, de ses joues avant de prendre possession de ses lèvres, je lui murmurai, tout en lui retirant son t-shirt.  "Je suis secouriste, laisse-moi regarder !" Ce fut à son tour de sourire et de me rendre mon baiser, il retira mon t-shirt et nous avons fait l’amour dans la cuisine. Pour être honnête nous avons baptisé toutes les pièces de la maison. A cette époque tout aller bien entre nous. Mais les choses ont finalement évolué et pas dans le bon côté des choses.

Je secouai la tête cela ne servait à rien, de ressassait les bons souvenirs avec Adam, bien évidement il y en avait eu un paquet, mais les mauvais souvenirs aussi. Ma relation avec Adam ne pouvait pas marcher, mais j’ai mis du temps à m’en rendre compte. J’étais persuader qu’il était le prince charmant dont je rêvais tant enfant. Mais j’avais tord, derrière cette tendresse se cachait un homme brisait et violent. Je ne me rappelle plus la raison du premier coup, c’était une raison stupide. Mais je me souviens qu’après il à pleurer en s’excusant, me racontant que son père battait sa mère et qu’il ne voulait pas faire subir ça à la femme qu’il aimait. Mais il ne c’est pas arrêter là, il y eu d’autre bleus, d’autre coup, il accuser parfois le monde violent qui nous entourait et son travail qui n’aidait pas. Je lui répéter que j’étais sa petite amie et pas un de ses suspects qu’il pouvait molester. Mais cela ne changeait rien il s’excusait se faisait pardonner et moi comme une idiote je lui pardonnais tout. J’ai étais tellement idiote et j’ai mis du temps à me rendre compte de mes erreurs, mais il m’a sauvé. Je l’ai finalement rencontré mon prince charmant, même si je dois avouer il n’est pas vraiment ce que j’imaginais. En faites il est beaucoup mieux. J’avalais une gorgée de vin tout en repensant à ma première rencontre avec l’homme avec qui j’essayais de me reconstruire.


C’était la première fois qu'il se comportait ainsi dans un lieu public. Habituellement il était toujours très doux et tendre, gardant les crises de nerfs pour la maison. Mais j’avais mis sa patience à mal et mon comportement de petite fille pourrie gâtée l’avait énervé, il m’avait attrapé le bras assez violemment et j’avais du me mordre la lèvre pour ne pas crier. Se rendant compte d’où il se trouvait il me lâcha aussi tôt et lança "Tu ne peux pas te comporter comme ça, C.J, tu agis parfois encore comme si tu étais une petite fille." "Je t’ai juste dit que je ne voulais pas aller boire une bière avec tes collègues, j’en ai un peu marre de les voir tout les soirs après le boulot, on pourrait passer un peu de temps ensemble." Il avait eu l’air exaspérer et aller répondre quand son téléphone à sonner. C’était le poste de police, il me laissa en plan en plein milieu d’un parc avec tous mes achats, prétextant une urgence, j’allais donc devoir rentrer à pied. J’ai soufflé un long coup, j’étais fatiguer, j’avais eu une dure journée et Adam venait de m’abandonner. Le parc bien que très agréable n’était pas l’endroit le plus sympathique pour se balader en talon avec des tonnes de sac de nourriture. Et ce que je craignais le plus se réalisa, après avoir parcouru une vingtaine de mètre le talon de ma chaussure déjà fragile se cassa tout simplement. Un des sacs m’échappa et le contenu se déversa par terre. Je ferma les yeux et poussa un soupir, je ne savais plus si j'avais envie de pleurer ou de pousser des hurlements. Parfois faire les deux en même temps me semblait la meilleure des solutions, mais je me contenta de me baisser pour ramasser mes affaires, quand une voix d'homme se fit entendre. J'avais espérer que ce serait Adam qui avait fait demi-tour, mais ce n'était pas lui. "Attendais je vais vous aider." "Non, c’est bon je peux me débrouiller.""J’en suis pas sur mais ça ne me dérange pas." Je ne répondis pas occuper à ramasser les boites qui étaient tombé, nos mains se posèrent simultanément sur une pomme et je levai pour la première les yeux vers lui. Ma première pensée fut : "Qu’est ce qu’il est beau". Et ma seconde pensée fut "Mais tu es vraiment idiote ! Vraiment !" Et pourtant des lèvres fines, un nez droit, des yeux bleu vert dans lequel j’avais envie de me noyer. Il me tendit le fruit défendue, que je pris avec un sourire et se présenta "Moi c'est Connor. Connor McBride" "Carissa James. Merci pour l'aide M. McBride." "Je vous en prie appelez moi Connor." J’ai levé les yeux au ciel, ne voyant plus qu’en cet homme beau et serviable, un simple dragueur. "Merci encore pour votre aide, monsieur McBride, mais vous pouvez m'appeler pas libre !" "Et pourtant je sais que vous n'êtes pas heureuse. Je l'ai vu, vous êtes beaucoup trop bien pour lui." "Je vous demande pardon. Vous ne me connaissais pas, vous ne pouvais pas…" "C’est votre sourire qui vous trahie, vous n’êtes pas heureuse, un jour il pourrait… il pourrait vous tuer vous le savais ?" "Stop vous ne savez pas de quoi vous parler, ne m’approchait pas. Mon petit ami est de la police et si vous continuez je vais hurler !" "On sait tout les deux que vous ne le ferez pas, on sait comment il réagirait. Et ce n’est pas ce que je veux."

A ce moment là, je ne savais pas qui il était exactement, pourtant je n’avais pas peur, quand nos mains se rencontrait j’avais été comme griser totalement sous son charme. Comme s’il était la réponse à tous mes problèmes, puisqu’il était là je n’avais bientôt plus de raison de m’en faire, il avait l’air de savoir et de vouloir me protéger. Mais ce jour là je suis partie, je suis rentré chez moi et y ai passé toute la soirée quand Adam est rentré je me suis presque jeter sur ses lèvres, je l’ai entrainer jusque notre chambre ou je lui ai demander pardon pour le comportement que j’avais eu dans l’après midi, nous avons fait l’amour, mais quand je me suis endormir ce n’était pas à Adam que je pensais, mais à un certain Connor McBride dont je ne savais rien et qui pourtant avait l’air bien différent des autres, différent de Adam. Pour la première fois depuis longtemps je me suis souvenue que plus jeune je trouvais stupide les femmes qui étaient tellement accro à leur petit ami ou époux qu'elle ne pouvait pas se libérer de leur emprise. Je venais de comprendre ce qu'elles ressentaient, c'était plus qu'une emprise c'était un tourbillon de sentiments entre l'amour, la peur, la colère, l'envie de liberté et la peur de cette même liberté. L'idée d'être totalement perdue, l'idée d'être responsable des actes d'Adam et non d'en être la victime. A partir, de cette nuit, cette question m'a hanter régulièrement. Et pourtant, je suis retourné au parc plusieurs fois dans l’espoir de le voir, mais en vain. Et je ne savais pas si je devais me sentir idiote de l’avoir laissé partir la première fois où idiote parce que j’avais envie de le revoir et envie qu’il se souvienne de moi. Et pourtant des mois ont passés, des coups aussi et je l’ai revu. Nous avions discuté, il savait ce que j’endurai, il n’avait pas voulu tout me dire tout de suite, mais avait finit par m’avouer qu’il était un faussaire et qu’il suivait Adam dans le but de connaitre son ennemi, si une personne censé aurait fuit en courant, moi je suis resté. Et nous avons entamé une liaison, pour la première fois depuis longtemps, j'aimais et j’étais aimer en retour. Et plus que tout il voulait que nous partions ensemble, loin de Adam, loin de mes peurs et cauchemars, il voulait que l’on se construise un avenir ensemble. Une partie de moi ressentait la même chose, mais l'autre partie avait peur que la réaction d'Adam ne soit plus que radicale si je lui annonçait vouloir mettre un terme à notre relation. Dans ses moments de doute je pensais partir loin de Connor autant pour ma sécurité que pour la sienne, mais même lorsque je lui annonçait que c'était la dernière fois que je le voyais, je ne pouvais renoncer totalement à nos rencontres secrète et je n'arrivais pas à me faire à l'idée que je n'allais plus le revoir.


Pour des raisons pratique c’était toujours chez lui que nous nous retrouvions chez moi ce n'était évidement pas possible. J’avais peur de la réaction si il apprenait que je le trompais, si jamais il nous surprenait, une partie de moi était certaine qu'il pourrait nous tuer et je craignais encore plus la réaction d'Adam le jour ou je lui dirai que je comptais le quitter. Pour Connor ce n’était pas un problème, il savait que c’était avec lui que je voulais être et même si il avait envie que je quitte rapidement Adam il comprenait mes peurs et me laissais le temps qui me semblait nécessaire pour partir. Pourtant, il lui arrivait parfois de se montrer plus sombre et de me proposer de prendre les choses en main. Dans ses moments là je me demandais de quoi était capable l'irlandais, après tout je savais qu'il avait un côté sombre, dangereux, peut être plus dangereux qu'Adam encore. Enlacer dans ses bras je me sentais vivre, oubliant mes peurs et mes doutes, il passer lentement sa main sur mon dos et sur ma nuque déposant de petits baisers dans mon cou. Et si je répondais à chacun de ses baisers et à chacune de ses caresses, il me sentit peu réceptive et me demanda "Est-ce que tu vas bien ? Il ne t’a pas touché j’espère, sinon…" "... Non, ça va en ce moment il est plutôt calme." Ce n’était pas vraiment un mensonge, mais je préférai ne pas raconter au criminel dont j’étais tombé amoureuse que le policier qui devait l’arrêtais m’avez hurlé dessus et mis une baffe car j’avais raté son dessert préférer un cheese-cake, recette offerte par sa mère et selon elle inratable. A croire qu’il fallait une première à tout car j’avais réussi à le rater. "Tu sais aujourd’hui j’ai perdu une patiente." "Je suis désolé, tu veux en parler ? Il c’est passer quoi ?" "Quand on est arrivé c’était déjà trop tard, multiple blessure à l’arme blanche, elle avait perdue trop de sang. Son mari à avouer le crime, elle voulait le quitter et lui ne voulait pas qu’elle parte. J’ai entendu des flics parler, d’après eux elle était déjà venu déposer plainte contre son mari, mais elle avait finit par l’a retiré et ils sont repartis ensemble."  "Je ne laisserai jamais Adam te… Je hais cet homme au plus au point et je te promets qu’il va payer tout ce qu’il t’a fait subir. Je t’aime C.J et tu n’as rien à craindre avec moi." "Je sais, mais je ne peux pas lui dire que je quitte…" "Tu veux rester avec lui ?" "Non je veux partir, mais je ne lui dirai rien, je lui laisserai un mot lui disant que je veux rompre, mais je n’ai pas la force de l’affronter." "Très bien, tu veux faire ça quand ? Toi et moi ça fait presque six mois, il n’est pas idiot, il se doute peut être de quelques choses ?"  "Je ne sais pas, je veux qu’on se dépêche. Vendredi il à une partie de poker avec ses copains, il rentrera tard. Tu es d’accord ?" "Oui, plus que trois jours et on sera réunis, tu seras en sécurité on ira où tu veux, Dublin, Paris, New York, Los Angeles, Monaco…" Un frisson me parcourut, je bougeai légèrement et ajouta de l’eau chaude, histoire de me réchauffer un peu. Mais je fus pris d’un doute étais-ce à cause de l’eau qui se refroidissait que je frissonnai ou le reste de l’histoire qui me glaçai le sang. Car notre plan ne c’est pas passer comme prévue, Adam est parti plus tôt de sa partie de poker et nous à surpris en pleine fuite. Il s’en est suivi une bagarre entre les deux hommes et Connor à finit au poste. Il y avait une histoire de faux bond et Adam l’a chargé, Connor été inculpé et condamner. Ce qui venait de se passer m’a donné le courage de rompre avec le policier. J’ai vite déménagé loin de notre ancienne maison, mais ce n’est pas réellement ça qui peut empêcher Adam de me retrouver, après tout il est policier et il m’a bien fait comprendre qu’il pourrait me retrouver où il voulait et faire ce qu’il voulait. Il avait bientôt le droit de vie et de mort sur moi. Connor n'est rester que quelques semaines en prison, son avocat à fait appel et il a été libérer pour vice de procédure, ce qui à mit Adam dans une rage folle.

Je sortais de mon tout nouveau chez moi, pour aller promener Shadow au parc, lorsqu’il à fait son apparition. Bien sur je savais qu’il ne me laisserait pas tranquille aussi facilement et je savais qu’il me retrouverait sans même se fatiguer. Après tout nos deux boulots était lier et je n’avais pas changé de caserne. J’avais changé d’adresse, de numéro de téléphone et dit à mes collègues qu’on ne c’était pas quitter en bon terme. Et pourtant il était là devant chez moi à m’attendre tranquillement appuyer contre sa voiture. Il m’approcha en sifflotant. "Shadow, viens mon chien." Adam était venu avec moi pour aller chercher Shadow au refuge, mais lui et le chien ne c’était jamais entendu, peut être que l’animal comprenait ma souffrance, un jour il avait même mordu Adam alors que celui commençait à me hurler dessus. Quand il avait voulu frapper le chien je m’étais interposer et il c’était calmer. Froidement il m'avait ensuite annoncer que si il tirait une balle dans la tête du chien, on lui donnerait une médaille, car ce n'était qu'un dangereux pitbull. Shadow aboya et gronda à l’encontre du nouveau venu qu’il n’avait jamais porté dans son cœur.  "Tout va bien ne t’inquiètes pas. Qu’est ce que tu fais là ? Je t’ai dit que je ne voulais plus que tu m’approches." "Je sais, je sais, mais je veux que tu me pardonnes, je vais changer Cari je te le promets, je vais me faire soigner, tu sais que je ne veux pas être ce genre d’hommes. Je ferai ce que tu veux, mais reviens avec moi." Si ça avait été la première fois qu’il me disait ça, je serai certainement tombé dans le panneau, mais j’avais eu le droit à ce discours pendant deux ans. Deux longues et douloureuses années où il me promettait de changer. "Non, je ne reviendrai pas. Tu m’as fait cette promesse trop souvent et tu as trop souvent faillit. Je ne veux plus revivre ça et je ne t’aime plus." Son regard doux changea du tout au coup, il s’approcha de moi, peut être réalisé t’il qui j’aimais maintenant. D’une voix pleine de menace il ajouta "C’est McBride que tu aimes ? C’est ça ? Tu es donc idiote à ce point là, tu ne comprends pas que c’est pour me faire du mal qui c’est approcher de toi. Tu ne comprends pas qu’il devait bien se marrer pendant qu’il se tapait la salope de femme de flics qui devait l’arrêter. Et regarde où ça t’a mené. Il est aller en prison à cause de toi, il te le fera payer à un moment ou à un autre. Tu finira toute seule. Rien n’a changer Cari je peux faire ce que je veux de toi et maintenant je peux faire ce que je veux de lui. Parce qu'un jour où l'autre il retournera en prison et tu sais en prison les accidents ça arrive souvent. Si tu vois ce que je veux dire." J’étais resté figer, muette, terrorisé par les menaces qu’il émettait. Bien évidement je mettais poser cette question, est-ce qu’il m’utilisait pour faire souffrir Adam et plus le temps passé plus je comprenais que cette question était stupide. Et pourtant les dires de Adam n’était pas faux, tant qu’il était avec moi Connor n’était pas en sécurité, alors pour le protéger, j’allais devoir le quitter. Adam avait raison même si je n'étais plus avec lui, il avait toujours autant d'emprise sur ma vie et sur les décisions que je comptais prendre. A regret je finis par sortir de la baignoire et m’enrouler dans mon peignoir bien chaud, lentement je me séchai, en repensant à ma rupture avec Connor. J’avais été le voir à la galerie ce n’était pas la première fois et à mon plus grand regret je savais que se serait la dernière. Je me souviens qu’il faisait de l’humour comme à chaque fois que je venais le voir. Il essayait de rendre la situation moins pesante pour moi, alors que j’aurai du le faire pour lui. Après tout, j'étais responsable de son séjour en prison et je serai également responsable si la réputation de la galerie se dégrader à cause de la mauvaise image de son propriétaire. Alors, j’ai accusé mon travail, mes relations, je lui ai dit que je voulais penser à moi, je ne pouvais lui dire la vérité, même si il s’en douter. Au du moins si il avait des soupçons sur les véritables causes de notre rupture. Je n’avais qu’une seule envie, pleuré, alors je suis partie. Souvent, Connor me recontacter, m'envoyait des messages ou me faisait livrer des fleurs au travail et j'ai tenu trois mois,avant de retourné près de lui. Il m'arrivait de penser qu'Adam et lui avait se point en commun, la ténacité, aucun des deux ne voulaient renoncer avant d'avoir obtenu ce qu'il voulait. Et si les choses c'était bien terminer pour Connor ce n'était pas le cas pour Adam et je craignais toujours qu'il refasse surface dans ma vie.

Il avait du s’absenter deux petites minutes pour aller chercher une bouteille de vin et m’avait laisser le soin de surveiller la dernière phase de son repas. En faites la seule chose que j’avais à faire était de remuer de temps en temps le mélange de pâtes et de sauce pour ne pas que ça crame. Mais mon téléphone avait sonné et distraite j’avais plus ou moins oublié de baisser le feu, laissant le repas cramer. Ma conversation avait durée à peine une minute, mais ce fut une minute de trop. Une boule à l’estomac apparut, tandis que je regardais notre diner partir en fumée. Je le changeai rapidement de feu et essaya de faire disparaitre la fumée, en vain. Je l’entendais revenir et ma boule à l’estomac ne fit que s’accentuait "C’est quoi cette fumée ?" " Et bien, je… j’ai eu un petit accident… et …" "Ne me dit pas que le dîner à cramer ! Mais il y avait qu’a remuer, je t’avais dit de baisser le feu." "Je… Je…" Je n’ai pas eu le temps de finir ma phrase que Connor éclata de rire, il avait un visage heureux, s’avança vers moi et me prit dans ses bras, il m’embrasse et me lâcha pour se diriger vers le téléphone. Anxieuse je le regardais, me demandant qui il voulait appeler. Il se saisit de deux menus poser non loin du téléphone et toujours en souriant me demanda. "Alors italien ou chinois ?" Je me suis senti soulager, la peur et la douleur était partie, à un moment je m’étais revu avec Adam et j’avais imaginé sa réaction si j’avais brûler le repas. "Chinois !" "Il faudra quand même que tu m’expliques comment tu as fait ton compte. C’est vrai quoi c’est quand même moi qui ai fait le plus dur ! Je suis sur que tu arriverais à oublier l’eau des pâtes si je me baladais à moitié nu dans la maison !" "Oh, ça c’est sur, parce que pas toi peut être ?" "Je sais pas j’aime bien les pâtes quand même." "Et... T'es pas sympa !" " Bon d’accord, d’accord tu as gagner, mais pour plus de sécurité il faudra faire le test ou pas."  

Aujourd’hui, je me sens heureuse, mais je sais que je ne suis toujours pas en sécurité, Adam vient parfois me voir au travail, parfois il le fait exprès et parfois c’est à cause de nos interventions en commun. Mais je sais que Connor et mes autres collègues sont là pour m’aider, même si les personnes connaissant la vérité sur Adam sont rares, je sais qu’il en existe et quelque uns et ça me rassure. Mon estomac me tira de ma rêverie, je rejoignis ma cuisine fit chauffer un plat au micro onde et m’installa avec Shadow devant la télé. Finalement ma vie est peut être mieux que ce que j’imaginais et après tout elle ne fait que commencer…
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Petit copain, petite copine, c’est des concepts. Franchement c’est puéril.   Lun 14 Mar - 3:05

Bienvenue parmi nous :excited:
Excellent choix d'avatar et hihi

Bon courage pour la suite de ta présentation hug group
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Coyle
CHICAGOANS
Messages : 527
Date d'inscription : 22/06/2014
Job : Chef cuisinier, propriétaire de son restaurant
Côté coeur : Célibataire
Chefs are nutters.
They're all self-obsessed, delicate, dainty, insecure little souls and absolute psychopaths.
Every last one of them.



Pseudo : Captain Freebird
Avatar : Aaron Paul
Multicomptes : Not Yet
Copyright : (c) Schizophrenic


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Petit copain, petite copine, c’est des concepts. Franchement c’est puéril.   Lun 14 Mar - 8:58

Soit la bienvenue parmi nous Carissa! hourra

Je valide ce que dis Jayce à propos de ton avatar ! J'ai hâte d'en savoir plus sur cette ambulancière que tu nous prépares. thank you

Si tu as des questions n'hésite surtout pas à venir me voir :love2:
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar

Jonathan Standford
DOCTOR
Messages : 303
Date d'inscription : 25/08/2014
Job : Psychiatre, psycho-thérapeute, chef du service psychiatrique
Côté coeur : marié

Pseudo : missxchaotic
Avatar : Tom Hiddleston
Multicomptes : Jake Botwin , Jay MacFergus
Copyright : Schizophrenic (avatar)


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Petit copain, petite copine, c’est des concepts. Franchement c’est puéril.   Lun 14 Mar - 20:54

Benvenuti , très bon choix d'avatar, bonne chance pour ta fiche ^^

_________________

   


When dread leaves, the heart screams for the happiness it is given, time heals, love seals , life moves.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Petit copain, petite copine, c’est des concepts. Franchement c’est puéril.   Lun 14 Mar - 21:43

Jayce, merci pour ce gentil message, mais excusez moi monsieur le pompier, mais je crois qu'il y a le feu dans ma chambre, vous pouvez venir voir ?!? bed 2

Merci, Leith, j'adore aussi ton avatar ! Il me fait trop rire...

Jonathan, comment te dire, allons envahir le monde ensemble !!!!! Je serai à tes ordres et ... oups je m’égare la ! Je voulais dire merci pour l’accueil.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar

Jonathan Standford
DOCTOR
Messages : 303
Date d'inscription : 25/08/2014
Job : Psychiatre, psycho-thérapeute, chef du service psychiatrique
Côté coeur : marié

Pseudo : missxchaotic
Avatar : Tom Hiddleston
Multicomptes : Jake Botwin , Jay MacFergus
Copyright : Schizophrenic (avatar)


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Petit copain, petite copine, c’est des concepts. Franchement c’est puéril.   Mar 15 Mar - 16:52

Je ne pense pas que ton chéri serait d'accord avec ces plans jeune demoiselle siffle

_________________

   


When dread leaves, the heart screams for the happiness it is given, time heals, love seals , life moves.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: Petit copain, petite copine, c’est des concepts. Franchement c’est puéril.   Mar 15 Mar - 19:49

Mais on ne lui diras pas !!! Tu es un Dieu et je ne suis qu'une pauvre humaine, incapable de résister à ton charme !!! hug pom pom hourra
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Coyle
CHICAGOANS
Messages : 527
Date d'inscription : 22/06/2014
Job : Chef cuisinier, propriétaire de son restaurant
Côté coeur : Célibataire
Chefs are nutters.
They're all self-obsessed, delicate, dainty, insecure little souls and absolute psychopaths.
Every last one of them.



Pseudo : Captain Freebird
Avatar : Aaron Paul
Multicomptes : Not Yet
Copyright : (c) Schizophrenic


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Petit copain, petite copine, c’est des concepts. Franchement c’est puéril.   Sam 19 Mar - 10:25

Je viens de lire ta fiche, penseur voici quelques petites choses à corriger avant de pouvoir être validée.

Il faudrait que tu fasses une relecture de la partie bio car il y a beaucoup de fautes de conjugaison et d'accord. Il y en aurait seulement quelques unes ça serait passé mais là il y en a trop. N'hésite pas à faire un passage sur bon patron pour déjà pas mal dégrossir les choses et si tu as besoin d'aide fais moi signe.

Pour le reste tout est ok calin1 .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Coyle
CHICAGOANS
Messages : 527
Date d'inscription : 22/06/2014
Job : Chef cuisinier, propriétaire de son restaurant
Côté coeur : Célibataire
Chefs are nutters.
They're all self-obsessed, delicate, dainty, insecure little souls and absolute psychopaths.
Every last one of them.



Pseudo : Captain Freebird
Avatar : Aaron Paul
Multicomptes : Not Yet
Copyright : (c) Schizophrenic


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Petit copain, petite copine, c’est des concepts. Franchement c’est puéril.   Sam 26 Mar - 9:11

Salut Carissa dance ,

Une semaine est passée et sauf erreur de ma part d'admin mal réveillée ce samedi matin, tu n'as pas fait les corrections demandées. :cute2:

Je passe ta fiche dans la zone en danger, il te reste sept jours pour faire la relecture.
Si tu as besoin d'aide n'hésite pas à venir me voir.
:love2:

Revenir en haut Aller en bas
 

Petit copain, petite copine, c’est des concepts. Franchement c’est puéril.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» dalia harrison ø ex-petite amie (cher llyod) - réservée.
» [M] JONATHAN GROFF - Petit-ami
» Test: Qui aurait été votre petit copain à l'akatsuki et qui aurais-été-tu?
» Mika Jones... ♪ [Terminé]
» humm... heu... Petite histoire courte! (ouais on vas dire ça)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Call 911 Now ! :: Fiches de présentation-