AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JAYCE ROBBINS ▬ RESCUE SQUAD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: JAYCE ROBBINS ▬ RESCUE SQUAD   Mar 1 Déc - 22:24



Jayce Ezra Robbins

Δ Infos essentielles
∴ Nom : Robbins ∴ Prénom(s) : Jayce Ezra ∴ Âge : 33 ans ∴ Date de Naissance : 17/09/1982 ∴ Lieu de Naissance : Chicago, Illinois ∴ statut civil : Célibataire ∴ statut familial : Fils unique ∴ Métier : Pompier ∴ Grade et poste : Lieutenant secours∴ Groupe : LES BONS SAMARITAINS


Δ La routine
Seulement ma mère m'appelait Ezra ○ A l'âge de mes 8 ans mes parents ont décidé de divorcer ○ A 10 ans, ma mère quittait Chicago avec son nouveau copain, depuis je n'ai plus la moindre nouvelle ○ Mon père est devenu mon modèle, j'ai suivis ses traces ○ A 21 ans, j'ai perdu mon père, mort dans l'exercice de ses fonctions ○ La même année j'intègre le Chicago Fire Department ○ J'ai intégré l'équipe des secours à 28 ans ○ Grade de lieutenant en poche à 31 ans, je dirige depuis la Rescue Squad de la caserne 51


Δ Derrière l'écran
∴ Pseudo : Elo ∴ Âge : 24 ans ∴ double compte ?   Non ∴ Scénario ou inventé  : Inventé ∴ disponibilité : Autant que possible ∴ Avatar : Taylor Kinney

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: JAYCE ROBBINS ▬ RESCUE SQUAD   Mar 1 Déc - 22:25


Aujourd'hui est une journée comme une autre, tout du moins depuis ce matin rien ne me laisse penser que les choses vont être différentes, moi du haut de mes huit ans, je me suis levé ce matin par l'aide de ma mère me servant de réveille, avant de m'habiller et prendre mon petit déjeuner afin de tenir la matinée à l'école, où je m'y rendais comme chaque jour sans la moindre envie. Ce qui changeait depuis quelques semaines c'était mes parents, aussi loin que remonte mes souvenirs, ma mère me déposait devant le portail de l'école et le soir c'était mon père qui me récupérait, si bien sûr il n'était pas de garde à la caserne, mais voilà, les choses avaient changé, maintenant c'était les parents de ma meilleure amie qui me récupérait pour me déposer à la maison. Mais sincèrement qui a huit ans s'en soucie vraiment, quel enfant pourrait vraiment remarquer tous les problèmes qu'il y avait, parce que oui dans ma famille les choses bougeaient et pas qu'un peu, mais ça j'allais l'apprendre à mes dépends, le soir en passant la porte. « Ezra, chérie tu peux venir nous voir s’il te plait. » Je n'aimais pas lorsque ma mère m'appelait ainsi, lorsqu'elle prenait mon deuxième prénom pour me parler, à chaque fois c'était mauvais signe, les trois fois précédentes où elle s'en était servi, c'était avant de m'annoncer le décès de ma grand-mère, celui de mon oncle et le fait qu'ils n'avaient pas eu le choix que de piquer notre chien bien trop malade. Rien que ces simples mots, me faisais peur, je sentais mon cœur accélérait plus fort à chaque pas que je faisais pour arriver dans le salon où je retrouvais mes deux parents assis sur le canapé, me laissant la place sur le fauteuil. « Mon grand avant que l'on commence, il faut que tu saches, que tu n'y es pour rien et que jamais ça ne changera, avec ta maman ou encore avec moi. » Si les deux voulaient s’amuser à me faire peur et à me perdre complètement dans la situation, ils venaient de réussir, je tournais mon regard vers l’un puis vers l’autre cherchant des réponses, attendant de savoir ce qui pouvait bien se passer, est-ce que j’avais fait quelque chose de mal ? Non ce n’était pas possible, mon père venait de me dire que je n’y étais pour rien, est-ce qu’une nouvelle personne venait de mourir dans la famille ? « Depuis quelques temps, entre ton père et moi ça ne va plus, on en a beaucoup discuté tous les deux, ton papa et moi on va se séparer. » Du haut de mes huit petites années, j’avais la sensation que mon petit monde était en train de s’écrouler, depuis toujours ils étaient mes modèles, moi plus tard je voulais être comme eux, comme mon père, avoir une famille comme la nôtre, heureuse, puis aussi être pompier, mais tout ce qui était le plus important dans ma vie était en train de prendre fin. « Non… Non, vous ne pouvez pas me faire ça, vous ne pouvez pas vous séparer. » « Mon grand, je sais que ce n’est pas facile, mais je te promets que pour toi cela ne changera absolument rien, on sera toujours là pour toi, quoi qu’il se passe. » « Tu es la plus belle chose que l’on est faite. » Comment est-ce qu'ils pouvaient me dire tout cela après l'annonce qu'ils venaient de me faire ? Ils pouvaient me promettre tout ce qu'ils voulaient, je n'y croyais pas, je ne voyais pas comment les choses pouvaient rester pareil maintenant que je ne verrais plus mes parents ensemble, comme avant. Je descendais du fauteuil, quittant le salon en courant, laissant mon cartable trainer en plein milieu pour me rendre au plus vite dans ma chambre, m'allonger sur mon lit, la porte fermée pour me retrouver tout seul, c'était ce dont j'avais le plus envie maintenant.


La promesse que m'avait faite mon père, il n'avait pas pu la tenir, je ne lui en voulais pas à lui, parce que malheureusement il n'y était pour rien, mais j'en voulais à ma mère, à huit ans j'apprenais le divorce et à dix elle quittait Chicago pour partir je ne sais où dans le pays, elle avait rencontré un homme qui lui avait rapidement fait tourner la tête et lorsqu'il a dû partir à cause d'une mutation, elle n'a pas eu la moindre hésitation à le suivre. Les premiers temps j'allais chez elle, pendant les vacances, puis petit à petit mes voyages là-bas sont devenus de plus en plus rare avant de ne plus avoir lieu du tout, oui je lui en voulais beaucoup, je ne pourrais jamais lui pardonner tout ce qu'elle avait fait sans même réfléchir aux conséquences pour son fils, mais je n'avais pas eu besoin d'elle pour être heureux. Avec les années, mon père était devenu mon modèle, lorsque je finissais l'école ou avec les années passaient le lycée, je me rendais à la caserne où il travaillait, j'adorais me retrouver avec les pompiers, c'était l'endroit où je me sentais le mieux, là où je voulais être. A force de passer du temps, là-bas, j'ai fini par vouloir suivre les traces de mon père, au point qu'à vingt-et-un an, je suis inscris pour devenir pompier, mais malheureusement aujourd'hui ma présence devant la caserne, n'était pas pour mon premier jour comme stagiaire, mais pour rendre hommage à l'un des soldats du feu à ne pas avoir pu s'en sortir vivant, je le connaissais très bien, parce qu'il s'agissait tout simplement de mon père. Dès l’inscription on nous le dit clairement, c’est un métier à risque, personne n’est à l’abris, on ne peut malheureusement pas toujours en sortir vivant et pourtant on accepte de travailler avec ce risque. Je portais sur moi mon costume, que je portais que très rarement, accompagné d’une chemise, entouré du meilleur ami de mon père, son lieutenant et du chef de la caserne, je faisais face au reste de l’équipe, toute en tenue pour honorer la mémoire de l’un des leurs. « Certains d’entre nous connaisse Robbins depuis ses premiers pas dans cette caserne et depuis ses débuts en tant que pompier il est devenu un membre important de la famille du Chicago Department, à nos yeux il était plus qu’un coéquipier, il était notre frère. Sa disparition est un choc pour nous tous, mais aussi une grande perte pour chacun d’entre nous et je suis honoré d’avoir eu dans mon équipe un homme comme lui.   » Je ne savais pas trop ce qui était le plus dur pour moi, me dire qu'à partir de maintenant, je me retrouvais seul et que jamais plus je ne pourrais venir lui demander conseil ou alors d'entendre tout ce que les gens pensaient de lui, de savoir ce qu'il représentait pour eux. Mais une chose était sûre, je luttais pour ne pas laisser mes émotions prendre le dessus, lorsque je craquerais je serais seul, personne ne sera avec moi à ce moment-là. « Mon père était un homme bien, ce qui comptait le plus pour lui c'était le bonheur de sa famille, de son fils, comme de ses coéquipiers. Il y a tellement de choses que je pourrais dire à son sujet, mais rien que vous ne sachiez pas déjà, la seule chose que je vous demande, c'est de continuer à vivre comme il aimait le faire, profitez de vos proches, de votre vie, comme il le disait si bien, un jour où l'on ne sourit pas est un jour perdu crois moi. » Mon regard naviguait de droite à gauche, je voyais chaque pompier devant moi, je baissais mon visage avant de reculer de ce micro installé pour la cérémonie, je reprenais ma place, près du lieutenant de l’échelle, celui qui avait sous ses ordres l’homme qui était mon père. Je voyais les pompiers de la caserne se mettre au garde à vous dans l’attente des indications du chef, je ne pouvais pas m’empêcher de suivre le moindre de leurs mouvements, d’ici quelques mois j’allais intégrer les rangs du Chicago Departement, mais depuis mon plus jeune âge j’avais ce métier dans la peau, encore un peu plus maintenant, je voulais faire honneur à mon père.


Ça y est, j'y étais, mon premier jour dans la caserne 51, je devenais le nouveau stagiaire, j'étais arrivé bien avant l'heure, bien trop pressé de commencer cette garde, j'avais déjà sur moi la veste du Chicago Department, le tee-shirt du « candidate » juste en dessous. Je passais les portes sourire aux lèvres, c'était désormais officiel, j'étais pompier, je venais d'atteindre l'un de mes rêves les plus vieux, je ne pourrais pas être plus heure qu'à cette minute précise. « Bonjour, je peux vous aider ? » Je tournais mon regard vers le son de la voix que je venais d’entendre, mon sourire s’élargissait encore un peu plus, ne pouvant désormais plus aller plus loin. « Bonjour, je suis Jayce Robbins, le nouveau stagiaire. » En même temps que je terminais de parler, je tendais ma main de libre afin de serrer celle de l’homme qui était devant moi. « Bienvenue le stagiaire, je suis le lieutenant des secours, viens avec moi, je vais te présenter ton lieutenant. » Un remerciement de la tête, je commençais à marcher en même temps que l’homme que je venais de rencontrer, on passait par un couloir avant d’arriver dans une salle qui faisait autant la salle de repos que le coin cuisine, je regardais autour de moi, deux pompiers étaient assis sur le canapé bien concentré sur l’émission qu’ils regardaient, quatre autres étaient eux assis à table en train de faire une partie de carte, un peu plus loin, sûrement une des ambulancières étaient en train de lire le journal de la journée et à côté de la machine à café se trouvait un dernier pompier, c’était d’ailleurs vers celui-ci que l’on se dirigeait. « Le stagiaire vient d’arriver, je te le laisse. » « Bonjour mon lieutenant, je suis Jayce Robbins. » « Bonjour, Robbins, bienvenue au 51. » « Merci. » « Je vais te présenter à l'équipe et te faire visiter la caserne, mais avant, il faut que tu saches que l'on a une règle importante ici pour les nouveaux, le stagiaire s'occupe du repas pour toute l'équipe et il s'occupe du ménage de la caserne. » « C’est d’accords, ça me va. » Je n'étais pas vraiment un grand cuisinier, quand j'étais seul bien souvent c'était un repas très simple et pas du tout compliquer, les règles étaient les règles, puis de toute façon j'avais entendu par mon père que dans beaucoup de caserne le nouveau subissait souvent une sorte de bizutage, je venais de connaitre le mien. « C’est parfait, viens avec moi, on va aller voir le chef et après je te présente à l’équipe de l’échelle. » Je gardais mon sac à la main alors que je suivais mon lieutenant, mon chef, celui avec qui j'allais apprendre mon métier sur le terrain, dans de vraies situations avec de vrais incendies ou de vrais accidents. Si je connaissais tous les recoins de la caserne où avaient travaillé mon père, comme chaque pompier qui s'y trouvait, ici c'était encore tout nouveau pour moi, j'allais devoir y trouver mes marques.


Neuf ans que je suis ici, dans cette caserne où j'y ai trouvé ma place sans le moindre problème, les toutes premières interventions n'ont pas été les plus faciles, mais j'avais fini par y arriver, suivre les ordres et rentrer dans un bâtiment en flamme sans avoir ce premier mouvement de recul avant d'y aller. Depuis j'avais évolué également, je n'étais pas resté un stagiaire durant tout ce temps, mais j'avais aussi changé d'équipe, il y a cinq ans j'ai passé les épreuves afin d'intégrer l'équipe des secours, qui en tant que pompier ne rêve pas d'intégrer l'équipe la plus prestigieuse de ce métier ? Mon père n'avait jamais voulu le faire, c'était son choix, il était heureux à l'échelle, mais moi je voulais plus, je voulais continuer de monter, de faire mieux que ce que je savais faire. Il y avait quatre mois en arrière j'avais eu une discussion avec mon lieutenant, qui m'annonçait qu'il songeait sérieusement à prendre sa retraite, il était temps pour lui de profiter de sa vie, de sa famille, mais avant de quitter cette caserne il souhaitait connaitre celui qui allait prendre sa place, celui à qui il allait laisser les reines de cette équipe. Cette personne il souhaitait que ce soit moi, depuis quatre mois je travaille afin de préparer le concours, que je m’y présente en étant le plus prêt possible. C’était un poste qui demandait beaucoup de réflexion rapidement, c’était le chef de file des secours, celui qui donnait les instructions, celui sur qui cinq gars comptaient lors d’une intervention, celui qui n’avait pas le droit de se tromper et qui devait gérer son équipe. Le concours avait eu lieu il y a désormais quinze jours et depuis j’étais dans l’attente de mes résultats, tout le monde ici au 51 savait le départ futur du lieutenant, que j’attendais avec impatience de savoir si j’allais monter d’un grade. « Robbins, du courrier pour toi ! » Assis à la table de la salle de repos, je posais les cartes que j’avais en main après avoir tourné mon regard vers les gars de l’équipe, je laissais quelques secondes se passer avant de me lever et venir rejoindre la secrétaire qui me donnait la lettre que je venais de recevoir. Mon regard bloquait dessus, j’étais à la fois excité de l’ouvrir et à la fois stressé du résultat qu’il y avait à l’intérieur. « Ouvres-là. » J'hochais la tête d'un mouvement positif avant de déchirer le haut de l'enveloppe, prenant entre mes doigts la lettre que je dépliais, posant mes yeux dessus qui lisaient chaque ligne présente dessus. « Je l’ai… J’ai réussi ! » Mon sourire s’élargissait d’un seul coup sur mon visage, voilà, j’y étais, à trente-et-un ans j’allais devenir le lieutenant de l’équipe des secours, je ne pouvais pas rêver mieux, les membres de la caserne étaient autour de moi, mais ce moment de fête prenait fin rapidement lorsque la sonnerie se faisait entendre, nous appelant sur les lieux d’un incendie, il était désormais temps de remettre sa concentration sur le plus important.


Je me retrouvais avec les autres pompiers, assis à table en train de manger, cette règle qui faisait que le stagiaire s'occupait du repas et du ménage, existait encore aujourd'hui, un bizutage qui ne quitterait jamais la caserne du 51, on avait le droit ce soir à un plat de lasagne, je n'allais pas m'en plaindre, j'étais un grand fan de cette recette. Cela faisait maintenant deux ans que j'étais devenu le lieutenant de l'équipe des secours, autant de temps que je dirigeais une équipe que je connaissais et en qui j'avais une totale confiance, même si toutes les interventions n'étaient pas toujours faciles, je savais qu'à chaque moment je pourrais compter sur leurs professionnalismes. « Il est de loin le meilleur stagiaire qui cuisine que j’ai vu dans cette caserne ! » « Pour le pire, je n’ai pas le moindre doute à dire qu’il s’agit de Jayce. » Heureusement que j'avais terminé les lasagnes que j'avais dans la bouche sinon il y aurait eu de grandes chances pour que je m'étouffe, aux paroles de l'un des pompiers de l'échelle, je n'avais pas pu m'empêcher de rigoler, je ne pouvais pas nier que les pauvres avaient malheureusement bien souffert lorsque j'étais le stagiaire de la caserne, je ne pouvais pas dire que j'étais mauvais cuisinier, mais j'étais tout de même bien meilleur pompier, sur cela, je n'avais aucun doute. « Je suis vraiment ravi de voir qu’après 11 ans, tu te souviens de mes talents culinaires. » Un sourire aux lèvres, on était désormais lancé sur une conversation concernant les repas que je faisais au sein de la caserne il y a un peu plus de dix ans maintenant, je voyais celui qui avait parlé de ma cuisine, ouvrir la bouche pour parler, me répondre, mais la sonnerie retentissante apportait un immense silence. « Echelle 81, secours 3, ambulance 61, accident de la route à l’échangeur 21 sur l’autoroute Sud. » Les réactions n’avaient pas attendu, tout le monde sans exception lâchait les couverts sur la table, se levant de sa chaise pour rejoindre les camions, ma tenue sur moi, j’attrapais ma veste avant de monter à l’avant du camion des secours, je fermais la portière derrière moi. Le trajet en direction du Sud de la ville, j’en avais profité pour mettre ma veste et la fermer, en arrivant sur les lieux de l’accident, je descendais, posant mes pieds au sol avant de mettre mon casque sur ma tête. « On n’a pas de temps à perdre ! » L'accident en question comprenait un poids lourd et plusieurs véhicules, ce qui était le plus urgent en soit, mais, plutôt le fait que la fumée qui s'échappait tout comme les quelques flammes qu'il y avait, laissait penser qu'une explosion ne tarderait pas à se présenter, on allait devoir évacuer un maximum de personne dans un minimum de temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Coyle
CHICAGOANS
Messages : 527
Date d'inscription : 22/06/2014
Job : Chef cuisinier, propriétaire de son restaurant
Côté coeur : Célibataire
Chefs are nutters.
They're all self-obsessed, delicate, dainty, insecure little souls and absolute psychopaths.
Every last one of them.



Pseudo : Captain Freebird
Avatar : Aaron Paul
Multicomptes : Not Yet
Copyright : (c) Schizophrenic


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: JAYCE ROBBINS ▬ RESCUE SQUAD   Mar 1 Déc - 22:36

Biiiiiiieeeeeenveeeeeeeeenuuuuuuuuuue !! dance dance dance dance dance
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jonathan Standford
DOCTOR
Messages : 303
Date d'inscription : 25/08/2014
Job : Psychiatre, psycho-thérapeute, chef du service psychiatrique
Côté coeur : marié

Pseudo : missxchaotic
Avatar : Tom Hiddleston
Multicomptes : Jake Botwin , Jay MacFergus
Copyright : Schizophrenic (avatar)


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: JAYCE ROBBINS ▬ RESCUE SQUAD   Mar 1 Déc - 22:37

Bienvenue. Hâte de voir ce que tu vas nous écrire. albino

_________________

   


When dread leaves, the heart screams for the happiness it is given, time heals, love seals , life moves.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: JAYCE ROBBINS ▬ RESCUE SQUAD   Mar 1 Déc - 22:39

Bienvenue.
Bon courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: JAYCE ROBBINS ▬ RESCUE SQUAD   Mar 1 Déc - 22:57

Merciiii beaucoup à tous les trois calin1
J'espère que l'histoire de Jayce vous plaira hihi
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edward Coyle
CHICAGOANS
Messages : 527
Date d'inscription : 22/06/2014
Job : Chef cuisinier, propriétaire de son restaurant
Côté coeur : Célibataire
Chefs are nutters.
They're all self-obsessed, delicate, dainty, insecure little souls and absolute psychopaths.
Every last one of them.



Pseudo : Captain Freebird
Avatar : Aaron Paul
Multicomptes : Not Yet
Copyright : (c) Schizophrenic


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: JAYCE ROBBINS ▬ RESCUE SQUAD   Mer 9 Déc - 22:53

FELICITATIONS TU ES VALIDE!


Bienvenue dans le club très prisé des membres validés du forum. A présent que tu es validé(e), voici un petit guide des liens utiles pour démarrer ton aventure sur Call 911 Now!

J'ai beaucoup aimé ton histoire, le pauvre n'a pas eu une enfance super heureuse... J'ai bien aimé que tu parles de son parcours de stagiaire à la caserne et il faut que je me consigne quelque part de ne jamais laisser ton personnage faire la cuisine au mien  :rire:

   Comme tu es un animal social, tu ne peux pas survivre sans avoir des relations diverses et variées avec les autres joueurs. Rendez-vous ici.
  Et comme nous voulons te suivre dans tes exploits, n'hésite pas à te créer un petit journal de tes aventures ?
  Besoin d'un logement ou d'un lieu particulier à Chicago ? Je t'invite à déposer une requête.

N'hésite pas à compléter ton profil au maximum pour permettre plus facilement aux autres membres d'en savoir sur ton personnage.

  Enfin, je t'invite régulièrement à venir faire un tour du côté du bocal de Maurice pour jouer et papoter de tout et de rien et à voter sur la page d'accueil pour le forum pour que nous soyons encore plus nombreux à jouer ensemble.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: JAYCE ROBBINS ▬ RESCUE SQUAD   Mer 9 Déc - 23:15

Merci beaucoup jocolor
Effectivement si tu tiens à la santé de Leith, il vaut mieux pour ton perso que Jayce ne lui fasse pas la cuisine pleure
Revenir en haut Aller en bas
 

JAYCE ROBBINS ▬ RESCUE SQUAD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bôn Nouvèl: IFAD USD 10 million rescue package for farmers in Haiti
» rescue Jack Russel
» RESCUE Caniche moyen de 6/7 ans a rejoint le paradis
» the falcon squad
» Rescue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Call 911 Now ! :: Fiches de présentation-